Capitaine BlackBook en interview

En plein période de confinement, alors que l’activité générale est à la baisse, Black Book Editions garde le cap et son dynamisme éditorial en annonçant quasi-consécutivement trois nouveaux jeux : Capitaine Vaudou, Les terres d’Arran et, dernièrement, Jim Henson’s Labyrinth. Concernant les deux premières annonces, nous avons été poser quelques questions à Damien C. pour en savoir un peu plus :

Le Fix : Capitaine Vaudou !!! Yohooo, et une bouteille de rhum !!! Peux-tu revenir sur la genèse de ce projet ?

Damien (BBE) : Alors, le projet est né lorsque les deux auteurs Jean-Pierre Pécaud et Pierre Rosenthal et l’équipe de joueurs qui se retrouvaient dans les années 90 autour d’eux (et comprenant un certain Marc Nunès) se sont remis à la table de jeu. Jean-Pierre, devenu un auteur de bande-dessinée à succès (Arcanes), avait l’envie de créer une BD Capitaine Vaudou et voulait que le jeu de rôle puisse sortir en même temps, pour créer une continuité de cet univers.

Le projet était lancé. Il a pris ces voiles chez l’éditeur Monolith, connu pour ses énormes licences de jeux de figurines mis en jeu par Fred Henry, un grand rôliste ami de Marc Nunès.

Fred nous a plus tard approché pour nous occuper de toute la phase finale du projet en co-édition. Nous n’avons pas hésité. David de BBE parlait d’une réédition de Capitaine Vaudou depuis plus de 15 ans. Un grand merci à Monolith et aux auteurs de Capitaine Vaudou pour leur confiance. Pour nous, c’est une joie de pouvoir monter à bord d’un tel navire.

Le Fix : Black Book Editions possède dans son catalogue plusieurs systèmes de règles (Chroniques oubliées, Héros et Dragons, voire Savage Worlds). Pourquoi avoir opté pour le système Simulacres ?

Damien (BBE) : Ce sont les auteurs qui ont choisi de repartir sur Simulacres. Mais nous aurions été déçus si un autre choix avait été fait. Simulacres était un système avant-gardiste à l’époque de sa création et la vérité c’est que son mélange de simplicité et d’intelligence méritait un retour. D’ailleurs, il garde une bonne base de fans – dont moi – et nous pensons qu’il intéressera un nouveau public.

Le Fix : Nouveau jeu de pirates au catalogue. Est-ce que ça signifie que l’on doit faire une croix sur le suivi pour Pavillon Noir ?

Damien (BBE) : Ah non, pas du tout. Pavillon Noir est à ce jour le jeu de rôle de pirates de référence. C’est une autre approche et surtout, un suivi est prévu. Il y a un deuxième tome pour Les Carnets De Vercourt et on attend avec impatience la suite de la campagne des 5 Soleils. Mais c’est un grand œuvre de Renaud Maroy, il faut un peu de patience entre chaque ouvrage et respecter le temps de travail dont a besoin l’auteur.

Bien sûr, le public qui aime la mythologie pirate naviguera sans problème d’un jeu à l’autre. Il n’y a pas de concurrence entre ces jeux à mon avis. Plutôt une complémentarité et les joueuses et joueurs de l’un trouveront sans doute des choses intéressantes dans l’autre (un système riche ou un système plus conceptuel, un univers très historique ou un univers plus fantastique, etc.)

D’ailleurs, pour celles et ceux qui ne le savent pas, Capitaine vaudou est un jeu de rôle qui se base sur l’Histoire, mais une Histoire déformée par le fantastique. C’est un univers ou chaque bateau pirate possède son sorcier Vaudou. Personne n’imagine ne pas faire appel aux pouvoirs des Sorciers dans ce monde très fantastique.

Le Fix : Qu’apportera cette nouvelle édition ? Allez-vous voir aussi grand que pour Laelith ?

Damien (BBE) : C’est dur de voir aussi grand que Laelith, notre projet le plus massif à ce jour ! Mais disons qu’il y a une logique un peu similaire, toute proportion gardée. La nouvelle édition apportera une grosse dose de contenu supplémentaire et un nouvel écrin basé sur une qualité d’illustrations couleur qu’on croise rarement dans les eaux de la création française. Monolith, qui a lancé le projet et à qui l’on doit beaucoup à ce niveau là, n’a pas lésiné sur les moyens pour offrir des illustrations sublimes au projet.

Le Fix : Souscription rime avec cadeaux à foison. Quels seront les paliers que les rôlistes pourront débloquer ?

Damien (BBE) : Il est trop tôt pour en parler, mais gageons que vos lecteurs pourront trouver sans doute une exclu dans la semaine à ce sujet. 😉

Le Fix : Autre projet annoncé dernièrement : l’adaptation JDR de la saga en bande dessinée : Les Terres d’Arran. D’ailleurs, est-ce que Les terres d’Arran sera le nom définitif du jeu ?

Damien (BBE) : Oui et non. On est encore dans la phase de teasing, donc je ne peux pas encore trop t’en dire. Mais il y aura au moins un ouvrage qui s’appellera les Terres d’Arran, oui.

Le Fix : Là encore, qu’est-ce qui vous a plu dans cet univers ?

Damien (BBE) : De mon côté, je suis un lecteur de la première heure des séries des Terres d’Arran. Mon intérêt n’a fait que croître à mesure que les concepts à l’origine du projet se sont développés.

Pour celles et ceux qui ne le savent pas, tout a commencé avec Elfes, une série basée sur 5 peuples elfiques. Chaque tome est une histoire complète, et alterne avec un type d’elfe. Tous les 5 tomes, on repart sur la série des 5 types d’elfes (pour résumé, les tome 1, 6, 11, 16, etc. sont toujours sur les elfes bleus, les tomes 2, 7, 12, 17, etc. toujours sur les elfes sylvains, etc.).

Au fur et à mesure, un metaplot uni l’ensemble des histoires complètes, donnant un charme certain à l’ensemble, mais aussi une grande profondeur de l’univers.

D’autant que suite au succès des Elfes, la série des Nains (basés sur 5 clans nains, là aussi des histoires complètes) a commencé. Puis celle sur les Orcs & gobelins (basés sur des personnages spécifiques plus que sur des groupes cette fois) et enfin celle des Mages (qui amène en creux l’histoire des humains dans les Terres d’Arran).

La multiplication de ces histoires liées par un metaplot qui a déjà connu au moins 3 grand enjeux majeurs, évoque les plus belles heures créatives du jeu de rôle. Nous avons finalement contacté Soleil pour leur proposer cette adaptation.

Le Fix : Tu te rends compte qu’avec ce jeu, les râlistes vont encore dire que BBE ne fait que du med-fan !

Damien (BBE) : Oui. Mince :-p

Plus sérieusement, pour nous, le but est plutôt de proposer des bons jeux et de faire grandir l’attrait pour le jeu de rôle en général, qui reste notre grande passion. Les Terres d’Arran est une fantastique opportunité de faire de la qualité, d’intéresser les rôlistes à la BD, mais aussi de faire venir des lecteurs de la BD au jeu de rôle.

Le Fix : Peut-on en savoir plus sur le jeu ? L’équipe qui sera derrière ? Le système choisi ? Etc.

Damien (BBE) : Désolé, à ce stade, il est trop tôt pour en parler. Mais une fois la PP Capitaine vaudou terminée, je ne doute pas que tu reviendras me harceler !

Le Fix : La souscription est prévue pour quand ?

Damien (BBE) : Juin 2020.

—————————————————————————————————————————

Note du FIX

La suite et fin de cette interview faisait le point sur les gammes en cours et à venir de l’éditeur. Entre temps, Black Book Editions a publié sur son site un point trimestriel sur ses projets. Nous vous invitons donc à lire cette news pour avoir des informations à jour.

Ceci étant, nous vous mettons ici un extrait de cette fin d’interview pour les jeux qui ne sont pas abordés dans ce point trimestriel :

  • Joan of Arc : on suit attentivement la situation du jeu de figs ; la version papier du ldb est en rupture (mais reste dispo en PDF) vu que l’essentiel de nos stocks a été utilisé pour dépanner Mythic Games suite aux soucis d’envois d’une version anglaise au lieu d’une version française aux backers européens francophones. L’écran du MJ + supplément reste quant à lui dispo.
  • Mythic Battle Pantheon : rien de nouveau par rapport à ce qu’on avait annoncé sur l’écran. Mais on aimerait bien !

https://www.black-book-editions.fr/news-2803.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *