Oh, toi, tu vas avoir des problèmes !

A la base, c’est ce qu’un souscripteur de Maléfices, L’Empire des Cerisiers ou ceux de Mage – financé depuis juillet 2017… – va avoir envie de dire au patron de chez Arkhane Asylum quand il va apprendre que l’éditeur se lance dans, The Troubleshooters, un énième foulancement alors qu’on attend toujours la moindre livraison des CF en question.

Mais là, le foulancement est dirigé par l’éditeur suédois Helmgast (connu notamment pour sa réédition de Kult) et AAP n’en est que le partenaire pour assurer en parallèle la traduction en français (un peu comme Historia avec les italiens de Mana Project Studio… oups, mince, ça fait un CF de plus en attente, du coup). On peut donc supposer que l’éditeur azuréen n’a pas la main sur le calendrier de cette nouvelle campagne qui se déroule depuis peu sur Kickstarter (page en anglais et français en scrollant, version du jeu à choisir dans le Pledge Manager après avoir souscrit). Bon, ça va pour cette fois, vous pouvez circuler.

 

On garde quand même le titre pour évoquer ces PJ qui semblent destinés à « chercher les ennuis » selon le titre du jeu (la VF envisagée, Les Risque-Tout semble avoir été abandonnée si on en croit les visuels). Pour rappel, ce jeu suédois est étonnamment consacré au genre de la BD d’aventure franco-belge (Tintin, Spirou, etc.), ambiance qui semble plus tenir au visuel (superbement rendu d’ailleurs ici par une illustratrice suédoise) qu’à autre chose mais qui, au-delà de l’incroyable diversité qu’il peut y avoir entre toutes ces inspirations, est sans doute aussi lié à un certain feeling d’aventure sérieuse et de ton léger voire humoristique. Une sacrée gageure à rendre en JdR.

Ainsi, The Troubleshooters se déroule dans des années 1960 uchroniques où la situation historique est enrichie de quelques faits étranges qui puisent leur inspiration dans les plus grands succès de la BD franco-belge. Par exemple, une fusée atomique franco-japonaise a atterri sur la Lune en 1964. La principauté d’Europe centrale Arenwald et la république de Sylvérie s’entretuent depuis l’avènement du rideau de fer. Le monde est menacé par l’organisation maléfique The Octopus, dirigée par le Comte von Zadrithqui, tente de rompre le fragile équilibre entre le Bloc de l’Est et l’Alliance de l’Ouest. Etc.

Au niveau des règles, on part sur du suédois. Cela semble assez traditionnel (la base est un système de pourcentage) et parfois un peu velu si on en croit le quickstarter (indisponible en VF) qui compte quand même une vingtaine de pages de résumé de celles-ci.

Le CF qui vient de débuter semble assez sobre selon le genre franco-suédois cette fois-ci. On a bien sûr un livre de base de taille raisonnable. Bon, ce sera quand même plus qu’un bon vieux 48 pages mais cela ne devait pas (trop) dépasser les 200. Si je vous dis qu’il y aura un collector, je suis sûr que vous me faîtes confiance, pas vrai ?

Le seul autre véritable contenu du CF est un scénario, Le Mystère du U-boot, qui lui devrait respecter les standards BD en termes de pagination. Il entraînera les PJ de Paris à New-York, puis vers le royaume insulaire de Sitomeyang et son archipel tropical d’Asie du Sud-Est, à la recherche d’un sous-marin allemand perdu. Bref, une histoire de Tif et Tondu, quoi. Curieusement, il y a aussi une version collector pour ce « module ». On n’arrête pas le progrès. Des mini-scénarios au format PDF (ou en livret imprimé si vous êtes généreux) font aussi partie des paliers.

Au titre des gadgets rigolos, on peut quand même remarquer la présence de passeports, en fait des livrets de PJ de 32 pages dont l’essentiel est réservé aux tampons et visas. Cela veut dire les notes et gribouillages pris en cours de jeu mais aussi les « vrais » visas puisque chaque aventure officielle inclura une feuille d’autocollants transparents figurant les visas des pays où se déroulent les étapes de l’aventure. Vos joueurs pourront donc les coller dans les passeports des PJ.

Enfin, aux paliers relativement élevés apparaîtront des accessoires comme des dés, un paquet de cartes d’équipement, des jetons et des autocollants. A priori, curieusement, aucun écran du MJ n’est au programme. Exception culturelle suédoise ?

D’ailleurs, à ce propos et pour finir cet article, on peut quand même légitimement se demander comment on en est arrivé là. Franchement, c’est top que la culture francophone soit reprise à son compte par nos amis européens. Mais, et nous ? Il n’y donc pas eu un seul porteur de projet (que ce soit un auteur ou un éditeur) francophone pour initier un tel projet depuis 37 ans que nous produisons nos propres jeux de rôles ?! Étonnant, non ?

https://www.kickstarter.com/projects/helmgast/the-troubleshooters-action-adventure-tabletop-rpg/

5 pensées sur “Oh, toi, tu vas avoir des problèmes !

  • 20 mai 2020 à 11:19
    Permalink

    Si si, il est question de l’écran du jeu mais il semble que ça soit une option

    Répondre
  • 20 mai 2020 à 11:24
    Permalink

    Le jeu semble prometteur MAIS avec le passif de cet éditeur qui commence à accélérer la course aux CF, je ne peut cautionner ça en pledgeant un projet de plus.

    Pour Maléfices, les souscripteurs ont reçu un mail indiquant que le livre était en relecture en janvier… Pour une livraison en décembre 2019…

    Le projet prends un an dans la vue et c’est normal

    Bref

    Répondre
  • 20 mai 2020 à 11:47
    Permalink

    L’écran de Jeu à été débloque au 3ème palier du Foulancement, peut être parce que c’est revenus à plusieurs reprises dans les commentaires des Kickstarter/reseaux sociaux.

    Répondre
  • 22 mai 2020 à 04:19
    Permalink

    Quel dommage que l’on ai pas su nous démarquer en faisant ce jeu nous même.
    l’idée est bonne, je prends. 🙂

    Répondre
  • 25 mai 2020 à 14:14
    Permalink

    Pour rebondir sur la conclusion de l’article, il n’y a sans doute pas eu de jeu généraliste adapté de ce genre parce que, dès qu’on le connaît d’un peu près, c’est finalement assez compliqué de mettre dans le même sac « Tintin », « Spirou et Fantasio » et « Yoko Tsuno ». Il fallait bien regarder ça depuis la Suède pour avoir le recul nécessaire à un jeu qui tenterait une synthèse entre des séries pour nous aussi diverses.

    On n’a pas eu exactement ça, mais on a eu plusieurs adaptations de BD précises, qui connaissent même un regain ces derniers temps avec « Aquablue » et « Valérian » dont Le Fix a parlé. Avant ça, Casus et d’autres magazines avaient abordé le sujet avec des adaptations non-officielles (dont une d’Aquablue, je crois) et des univers « fortement inspirés de » (l’univers de Danae pour « BaSIC » revendiquait « La Quête de l’Oiseau du Temps » parmi ses inspirations principales). Et on a eu droit à de nombreux jeux adaptés de BD françaises ou franco-belges… plus récentes que celles dont le jeu s’inspire ou relevant de genres différents : de mémoire, « Légendes des Contrées oubliées », « Les Métabarons », « Donjon », « Lanfeust », plus récemment « Blacksad » et « Les Quatre de Baker Street »… Les relations entre le jeu de rôle et la BD se sont toujours bien portées et ce n’est pas fini. Sans l’obstacle représenté par certaines licences trop chères ou des ayant-droits chatouilleux (pour « Tintin »), on aurait sûrement eu des adaptations officielles.

    Enfin et sans rapport : j’espère que le nom « Les Risque-tout » sera gardé pour la VF, car je le trouve réussi et pile dans l’ambiance des BD adaptées.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *