Le jour du Seigneur

Sorti en VO en 2015, le jeu medfan Shadow of the Demon Lord fut annoncée en VF chez Black Book Editions à peine un an plus tard, en octobre 2016.

Et bien, quelques mois plus tard (#Tousse #Tousse), voilà enfin cette tant attendue version française ! Titrée habilement L’Ombre du Seigneur Démon, la VF sera en foulancement pas plus tard que ce soir à 19h sur GameOn Tabletop.

Alors oui, depuis le temps, la hype autour du jeu a peut être diminué d’un cran. Ou deux. Mais positivons : la version française inclura tous les erratas et pourra se permettre de proposer la traduction des meilleurs suppléments parus.

On sait en effet que l’éditeur prévoit de publier un recueil regroupant les Victims of the Demon Lord. Ces derniers sont des suppléments PDF de 15-20 pages qui détaillent un peuple jouable du jeu. Chaque supplément revient sur l’origine du peuple (permettant ainsi d’enrichir le background de votre personnage), propose des options de créations, des sorts, de nouvelles voies et de l’équipement.

La version originale du jeu propose huit petits suppléments de ce type. On sait que le recueil sera amené à grossir selon les paliers débloquer durant la souscription. On espère donc qu’il sera le plus complet possible.

En attendant, voici une brève présentation des peuples abordés dans chaque Victims of the Demon Lord :

  • BETWEEN TWO WORLDS : parle des Fauns.
  • BORN TO KILL : aborde le peuple des Orcs.
  • FOR GOLD AND GLORY : attention, contient des nains.
  • GHOSTS IN MACHINES : décrit les « clockworks ». Des créatures mécaniques imprégnées d’âme volée. Car oui, même si l’univers est présenté comme étant « fantasy », il faut préciser qu’il possède un niveau de technologie avancée : avec des armes à feu ainsi que des « robots ». Cooool.
  • ONLY HUMAN : Je vous laisse deviner le peuple aborder dans celui-ci. (…) Ah, vous avez pris Allemand en LV1 alors ?
  • SNOT AND STITCHES : parle des gobelins.
  • STOLEN LIVES : traite des changelings, ces êtres féériques capables de prendre l’apparence de n’importe qui.
  • UNCOMMON COURAGE : termine cette série de supplément en parlant des halflings.

Pas d’elfes ? Et non !

Les elfes sont des êtres maudit et, par conséquent, non jouables. Ceci étant, la liste des ces peuples ci-dessus donne une idée de l’univers et des peuples jouables.

Et l’univers justement, parlons-en. Shadow of the demon lord propose un univers pré-apocalyptiques. Comme son nom l’indique, l’ombre du seigneur démon plane sur le monde et la fin est proche. Dans ce chaos ambiant, les joueurs incarnent des « héros ». Enfin, pas dans le sens noble du terme, mais disons plutôt des personnages qui sortent du lot et qui on l’opportunité de changer le cours des choses (bon courage !), mais ils pourront aussi précipiter sa chute.

Le setting de base est assez « générique ». Il fait pensé à du Warhammer. On sent que l’auteur du jeu, Robert J. Schwalb, a travaillé sur la 2ème édition de Warhammer.

Coté système, on est sur une base de D&D 3.5 optimisé. Le joueur lance un D20 + bonus de caractéristique contre un seuil de difficulté fixé à 10+ (ou le seuil de défense/résistance mentale de l’adversaire). Vient s’ajouter à cette mécanique simple, un système d’aubaine et de catastrophe. Le nombre d’aubaines représente un pool de D6 à lancer. On ajoute le meilleur à la somme du D20 + bonus. Une catastrophe se gère de la même manière sauf qu’on soustrait le meilleur D6 au résultat.

On n’a pas encore tout le détail du contenu du foulancement (patience, c’est ce soir !) mais, scoop invraisemlblable, on peut déjà vous révéler qu’il y aura un collector du livre de base dont voici la couvrante. (…) Idéale pour lire dans le métro, non ?

Comme il se doit, il y aura aussi quelques autres accessoires habituels comme un dossier de PJ et, bien entendu, un écran du MJ :

https://s.scifi-universe.com/actualites/contenu/icone-sfu-ombreduseigneurdemon-bbe-01202142184624.jpg

https://www.gameontabletop.com/cf497/l-ombre-du-seigneur-demon.html

3 pensées sur “Le jour du Seigneur

  • 6 avril 2021 à 21:21
    Permalink

    Mais y a-t-il seulement la moindre aventure à faire jouer ???

    Répondre
  • 7 avril 2021 à 16:05
    Permalink

    J’avoue ne pas parvenir à m’enthousiasmer…
    On a affaire à un univers sombre, très sombre, voire même glauque parfois. C’est tellement proche de Warhammer que je n’en voit pas la plus-value. Et côté univers, Midnight a, selon moi, beaucoup plus de cohérence.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *