Eleusis

Intrigué par les vidéos découvertes sur RôlisteTV présentant le jeu et son système, j’ai fais l’acquisition d’Eleusis, le dernier né des éditions John Doe.

Au moment où Nephilim refait parler de lui et où Trinité poursuit son bonhomme de chemin chez les XII singes, un petit nouveau semble vouloir faire sa place dans l’univers des jeux de rôles «ésotérique».

Ouvrage en noir et blanc de 224 pages au format qu’affectionne l’éditeur, le jeu se distingue surtout par la qualité de ses illustrations de style BD, dont la couverture couleur ne manquera pas de rappeler des choses aux lecteurs du premier album de Largo winch. La mise en page est un peu brouillonne à mon gout (présentation des pouvoirs avant celle du système rendant le chapitre plus difficile à comprendre) et une police de caractère parfois un peu difficile à lire.

eleusis-interieur

Dans Eleusis, on joue des mystes, c’est à dire des humains (mortels) qui ont le don d’influencer la trame du destin. Grâce à ces capacités hors du commun, ils ont déjà très bien réussi leur vie et occupent dés la création des personnages, des positions de pouvoirs. Ils font partie d’un Gone (le groupe de personnages joueurs) et peuvent faire partie de sociétés secrètes ou de groupe d’intérêts qui dirigent le monde des humains dans l’ombre.

Inspiré de la mythologie de la Grèce antique, ce monde ésotérique est assez facile à saisir car il sait rester sur son créneau et ne cherche pas à ratisser large en essayant de synthétiser en un seul univers tous éléments de l’ésotérisme. De plus, jouer un humain, même doué de capacités influençant le destin est surement plus accessible que d’incarner une créature magique multi séculaire. Ainsi Eleusis donne une seconde chance à l’ésotérique chez les joueurs qui avaient du mal avec d’autres jeux plus complexes.

Jouer à Eleusis c’est aussi la chance (rare dans le JDR) de jouer des millionnaires, des vedettes ou même le dictateur d’un petit pays. Sans problème de fin de mois, nos personnages vont pouvoir laisser libre cour et nos Egos démesurés et pourrons enfin délaisser les auberges mal famés pour les clubs huppés de Miami ou les palaces de la french riviera.

On pourrait craindre que pour interpréter des tels personnages il faille un système de jeu complexe, mais bien au contraire Eleusis fera le bonheur de ceux qui aime les règles simples basées sur un seul type de dés et des types de pouvoir génériques permettant un vaste éventail d’utilisations.

Bien que simple le système permet toute fois de simuler clairement l’influence que les joueurs auront choisi pour leur personnages sur une entreprise, une administration, un pays……. La création de personnages n’est donc limitée que par l’imagination du joueur et le jeu peut facilement être adaptés à d’autres époques que l’époque contemporaine, les mystes ayant traversés et influencés l’Histoire avec un grand H depuis le quatrième siècle avant JC.

Et c’est bien là le problème d’Eleusis, car si il est plus facile d’accès pour les joueurs, il me semble assez exclusifs pour les maitres de jeu. En effet les pouvoirs des personnages, demanderont au MJ de gros efforts d’improvisation pour s’adapter constamment aux actions de ses joueurs. De plus ce style de jeu où les personnages peuvent profondément influencer le cour du scénario demande aussi un style d’écriture particulier pour les campagnes et les scénarios.

Le meilleur exemple en est la «mini campagne» fournie avec le jeu. Basée sur le trafic de drogue autour du bassin méditerranéen, il s’agit plus d’un cadre (lieux, intrigues, scènes clefs et PNJ) que d’un scénario classique à proprement parlé. Il est en effet impossible pour les deux auteurs d’anticiper toutes les actions que pourraient faire les joueurs même avec les six personnages pré-tirés fournis en fin d’ouvrage.
Pour il faut donc espérer que les auteurs et les futurs fan fournissent du matériel de jeu pour ceux qui ne sont pas doués pour un tel type d’écriture ou qui n’ont pas de temps à y consacrer.
Au final si vous aimez les scénarios linéaires ou bien cadrés passez votre chemin, si vous êtes un MJ souples et débordants d’idées : foncez!

Notre avis