Brigandyne 2, pour plus de sang et plus d’acier

Disponible depuis 2015 en impression à la demande, Brigandyne premier a eu son petit succès d’estime auprès des amateurs de mécanique simple à base de jets de pourcentage « à la Warhammer ». Bénéficiant de suppléments tous aussi utiles qu’intéressants et d’une campagne de qualité, l’auteur – James Tornade – aurait pu en rester là et se consacrer à son dernier jeu : FACES. Mais non. Puisqu’on apprend que début novembre débutera la souscription pour Brigandyne 2 sur Game On Tabletop. Que nous réserve cette nouvelle édition ? Découvrons-le ensemble avec l’interview de son auteur : James Tornade.

Le fix : Tu t’es fait connaître avec Brigandyne, puis avec FACES. Là, tu reviens à tes premières amours ? Pourquoi ce retour à Brigandyne ?

James Tornade : Pour plusieurs raisons. D’abord, Brigandyne a été mon plus jeu le plus populaire, mais aussi mon tout premier livre, fait avec les moyens du bord, et il méritait donc une édition plus professionnelle, avec une présentation digne de ce nom. Ensuite, les nombreux retours que j’ai eus m’ont motivé à réfléchir à une nouvelle version des règles, épurée des scories, et plus équilibrée, tout en proposant du matériel optionnel ou des ajouts de « crunch » (des talents spéciaux par exemple). Enfin, Brigandyne est mon jeu médiéval-fantastique de prédilection, celui que je ressors dès que j’en ai l’occasion pour une petite campagne, et il était tout à fait normal que j’y revienne donc, pas seulement en MJ mais en auteur, pour vous proposer cette deuxième édition.

Le fix : Que nous réserve cette deuxième édition ? Si on peut bien parler de nouvelle édition.

James Tornade : Pas mal de choses. Au niveau des règles, la base reste la même, vous ne serez pas surpris par la mécanique, et les combats restent tout aussi rapides et violents. Mais il y a tout de même un bon nombre de changements.

En vrac : les archétypes ont été équilibrés, chaque carrière est décrite et dispose de ses propres atouts, les points de fortune disparaissent au profit d’une jauge de Sang-froid qui indique l’état de stress du personnage, la qualité de réussite ou d’échec ne se lit plus exactement de la même manière (plus simple et intuitive), le système d’expérience a lui aussi été réécrit (terminé les PJ qui ne boostent que le combat séance après séance), le système de magie a été largement amélioré et beaucoup de précisions ont été apportées, les formules magiques revues entièrement… Bref, ça c’est pour le fond. Concernant la forme, les livres bénéficient d’une mise en page plus jolie, plus lisible et d’illustrations qui collent bien au thème.

Le fix : Les mauvaises langues diraient que comme Brigandyne, c’est Warhammer alors Brigandyne 2 ce sera Warhammer 2. C’est pas vrai, hein !?

James Tornade : Oh si je pouvais avoir le dixième du succès de Warhammer V2, je serais déjà hyper heureux.

Mais pour répondre à la question, si à la base Brigandyne tire clairement son inspiration de Warhammer, la deuxième édition va prendre ses distances et développer son propre univers, sa propre atmosphère aussi. On sera dans un autre « feeling », avec des inspis plus proche de l’Europe du XIVe et XVe siècle, aussi bien que des jeux de rôle comme Terres de Légende, Game of Thrones ou Dying Earth pour le côté roublard de Cugel l’Astucieux.

Quelques ouvrages de la 1ière édition

Le fix : Brigandyne, ce n’était pas qu’un système, mais bien une gamme avec un bestiaire, un compagnon et une petite campagne intitulée Rêve de gloire. Est-ce que ces anciens suppléments seront compatible avec Brigandyne 2 ?

James Tornade : Oui les changements et équilibrages ne sont pas radicaux, et 90% des règles restent pleinement compatibles.

Le fix : Est-ce que le jeu sera fourni avec un univers ou est-ce qu’à l’instar du premier, ce ne sera qu’un système de jeu ?

James Tornade : Oui, le jeu est découpé en deux livres. Le premier détaille la création de personnage, les règles, la magie, les règles optionnelles. Et le second présente le bestiaire, les démons (qui ont une place à part) et l’univers de jeu. Je vais essayer de vous le pitcher en peu de lignes, histoire de ne pas vous assommer avec des détails inutiles.

Les aventures prennent place sur Thalios, un continent peuplé à 90% d’humains. A l’ouest, il y a les Treize Royaumes, qui n’ont de cesse de tisser des alliances précaires ou de se faire la guerre, et qui suivent la religion du Dieu unique et de son prophète Abel, sous le contrôle de la Sainte Papauté. A l’est, il y a l’Empire (déjà présenté dans la campagne Rêves de Gloire), un territoire beaucoup trop vaste pour les frêles épaules du jeune empereur, et qui se relève péniblement d’invasions barbares. Mais il existe aussi une multitude de micro-pays indépendants. Ainsi que des zones « vierges » pour laisser libre cours aux création des MJ. Je veux absolument éviter le syndrome du contexte figé dans le marbre qui bloque l’imaginaire et toute envie de créer son propre lieu (ou d’incorporer un lieu imaginaire présenté dans un magazine par exemple). En tant que MJ, j’ai beaucoup subi cette sensation sur d’autres jeux aux backgrounds très fournis et précis, et je souhaite donc ici présenter l’univers dans ses grandes lignes, mais en laissant le carte blanche aux MJ pour créer leurs villes, leurs régions, leurs cultures, sans que cela n’entre en contradiction avec le jeu « officiel ».

Le fix : Est-ce que d’autres suppléments sont prévus ?

James Tornade : Bien sûr. Plusieurs grandes aventures sont en cours d’écriture. A l’image de Rêves de Gloire, ce sera avant tout des campagnes « finissables » en moins de 10 séances. J’ai encore mal digéré les frustrations de MJ que j’ai eues en n’arrivant pas à terminer des méga campagnes du commerce, et je me suis dit qu’on pouvait déjà raconter une très bonne histoire en 5-6 scénarios qui se suivent. C’est clairement mon format préféré, et on essaiera à chaque fois de prendre le MJ par la main avec plein de conseils pour mener chaque scénario, installer l’ambiance, former un groupe cohérent, etc. Et je préfère prévenir d’avance : les campagnes ne se suivront pas, ce sera une nouvelle proposition à chaque fois (un peu comme les campagnes Cthulhu qui sont toutes indépendantes).

La campagne sortie pour la 1ère édition

Le fix : Pour Brigandyne 2, tu vas passer par une souscription. Pourquoi passer de l’impression à la demande à un financement participatif ?

James Tornade : L’un n’empêche pas l’autre ! Le jeu sera aussi disponible en impression à la demande à la sortie du jeu, pour ceux qui n’ont pas souscrit. Mais en ce qui concerne le choix du financement participatif, c’est parce qu’il permet de toucher un plus large public que celui des spécialistes des jeux de rôle indépendants.

La plateforme Game On Tabletop commence à être bien connue des rôlistes, et le financement participatif crée une émulation, ce qui n’est pas possible avec une simple sortie dans son coin.

Le fix : Justement, en parlant de la souscription, que nous réserves-tu pour cette première campagne de crowdfunding ?

James Tornade : Un financement TRÈS simple et clair. Avec peu de contreparties, pas d’early birds (j’ai toujours trouvé ça horrible de louper un early bird, alors je ne veux pas le faire subir aux autres), pas de collectors, et surtout pas de goodies dont je n’ai pas l’utilité comme les marque-pages, les dés (j’en ai déjà tout un coffret), la figurine collector, le bloc de feuilles de perso vierges… Il y aura donc uniquement des objectifs qui débloquent du matos utile en jeu : aventure, personnages prétirés, démons supplémentaires, sortilèges supplémentaires, etc.

Le fix : En dehors de Brigandyne, est-ce que tu continues de travailler sur FACES ? De nouveaux suppléments sont-ils prévus pour le jeu ?

James Tornade : Comme je n’ai qu’un seul cerveau malheureusement, je ne peux travailler que sur un gros projet à la fois. FACES est donc en pause pour le moment, même si des brouillons de suppléments dorment sur mon disque dur. Je vous tiendrai au courant s’ils se réveillent !

6 pensées sur “Brigandyne 2, pour plus de sang et plus d’acier

  • 19 octobre 2021 à 10:29
    Permalink

    Merci pour l’interview ! Très hâte de jeter mon argent à Mr Tornade 🙂

    Répondre
  • 19 octobre 2021 à 16:00
    Permalink

    Une petite question, qui m’interpelle, si bien sûr vous connaissez la réponse 😉 Quand James Tornade fait référence à « aussi bien que des jeux de rôle comme Terres de Légende » ; c’est bien au JDR (en anglais dragon warriors) qu’il pense ?
    un Vieil Orc

    Répondre
    • 19 octobre 2021 à 16:41
      Permalink

      Oui c’est bien ça ! L’univers très low fantasy inspiré de l’Europe était vachement bien.

      Répondre
      • 19 octobre 2021 à 20:26
        Permalink

        Super ! 🙂 cela a été mon JDR principal pendant plus de 15 ans.

        Répondre
  • 19 octobre 2021 à 17:28
    Permalink

    Non je pense qu’il parle d’un jeu absolument peu connu nommé terres de légende, issu de la collection des livres dont vous êtes le héros (c’était une série de 5 livres de poches qui une fois tous ensemble donnait un jdr complet, simple, rapide et très proche de l’OSR actuel) ça me fait plaisir d’entendre parlé de ce jdr car c’était mon tout premier, avant de passer à AD&D

    Répondre
    • 19 octobre 2021 à 20:28
      Permalink

      C’est bien de ce jeux (j’ai toute la série ;)), sa version anglaise originelle se nomme « Dragon warriors » ; j’avoue l’avoir appris bien des années plus tard ^^
      Un Vieil Orc

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *