Pour sûr, on espère que cette pré-commande sera honorée.

« QuuuuuueeeeeeOOOOiiiiiii !!??? Tel un youtubeur en mal de contenu, le Fix se met à parler de jeu vidéo pour attirer le chaland ! », vous indignez-vous !

Rassurez-vous ! Que nenni.

Nous parlons ici d’une adaptation de jeu vidéo en jeu de rôle. Tout va bien.

Dishonored est un jeu vidéo sorti en 2012, développé par les Français de chez Arkane (sans « h ») Studio et édité par Bethesda. Le jeu a deux points forts : un excellent gameplay et son univers. Laissons le premier de coté pour nous intéresser au second : l’Empire des Îles. Constitué de quatre îles en pleine révolution industrielle à la Charles Dickens, chacune possède sa propre régime politique et sa propre économie.

Religion, politique, magie occulte et huile de baleine (qui est la source d’énergie principale), la richesse du monde et le dépaysement qu’il propose sont sources de nombreuses histoires et intrigues.

Adapté en JdR par Modiphius, cette version rôlistique vous permet de jouer des criminels, des assassins, des explorateurs ou des loyalistes.

Si on vous en parle, c’est parce que le jeu est annoncé en version française pour le 1er novembre et est actuellement en pré-commande sur le site de l’éditeur, Arkhane (avec un « h ») Asylum Publishing.

Le livre de règles de Dishonored, de 320 pages tout couleur, contient:

  • Des règles complètes et simplifiées pour la création de personnage, le combat et l’équipement, qui vous permettront d’incarner vos personnages et d’explorer le monde de Dishonored au moyen d’une version épurée du système 2d20.
  • Des chapitres complets décrivant le monde de Dishonored : la ville de Dunwall, la cité portuaire de Karnaca ainsi que les îles de Gristol, Morely, Serkonos et Tyvia.
  • Des informations et des règles pour les pouvoirs du Vide et la marque de l’Outsider, l’utilisation des charmes d’os et les pouvoirs octroyés par l’Outsider.

Le tout est présenté comme développé en étroite collaboration avec les concepteurs d’origine d’Arkane Studios pour l’univers.

On voit donc que AAP continue résolument dans deux voies qui semblent lui réussir depuis quelques années : les licences populaires qui permettent d’attirer de nouveaux rôlistes qui ont apprécié l’œuvre (Alien, Dune, etc.) et les jeux qui sortent sans foulancement préalable.

Pourvu que ça dure !

Difficile par contre de savoir si une gamme va naître de cet essai ou si cela restera un one shot puisqu’en VO il n’existe rien (sauf un scénario PDF…), pas d’écran ni de supplément.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *