COBAYE[S] : L’expérience de création d’un JDR indépendant

Aujourd’hui, je vais m’intéresser à un JDR indépendant français auto-édité en mars 2020 : Cobaye[s].  Pourquoi en parler aujourd’hui ? Et bien parce que votre serviteur a eu le plaisir d’interviewer l’un des auteurs du jeu et que, à travers cet imposant livre de plus 300 pages et à couverture rigide, nous allons pouvoir parler du difficile parcours de création d’un JDR indépendant.

Présentation générale de Cobaye[s]

Ce JDR est le bébé de deux auteurs (Baptiste Lafficher et Rémi Chevrier) et d’un dessinateur (Thomas Brizard), équipe qui a pu profiter de pas mal de soutiens comme la page des crédits du jeu en témoigne. Le jeu a été financé par une campagne participative réussie sur Ulule en novembre 2019.

Cobaye[s] est un JDR uchronique décrivant un futur très technologique mais totalement contrôlé par les laboratoires scientifiques. Dans ce monde où la biologie et la cybernétique transforment les corps, chaque personne va avoir son opinion sur le bienfait ou le risque d’être un cobaye de cette société … une société où l’écart entre riches et pauvres est devenu un gouffre.

Les joueurs vont plutôt incarner des personnages qui vont s’opposer aux puissants laboratoires, mais l’univers est suffisamment bac à sable et proche de notre réalité pour qu’un meneur inventif puisse utiliser d’autres twist de scénario s’il le souhaite. A noter que l’univers du jeu se veut vraiment très proche de notre monde réel, invitant à utiliser les lieux que nous connaissons et y appliquer le filtre uchronique du jeu.

Le livre de base se veut être un “tout en un”. Il donne tous les outils pour que les meneurs puissent créer leurs propres aventures dans Cobaye[s] : grande galerie de PNJs prêts à jouer, description des principaux laboratoires, outils de création de ses propres modifications corporelles, des règles avancées pour aller plus loin … et un scénario d’introduction pour se faire la main.

Le système de jeu de Cobaye[s]

Le jeu utilise un système D100 assez spécifique, qui pourra paraître old school à certains, mais pour autant qui semble assez léger à la lecture.

Un personnage est structuré par 9 caractéristiques et 18 compétences (2 par caractéristique). Les compétences apportent un multiplicateur au score de base sur 100 d’une caractéristique pour obtenir le score total du personnage sur ce talent (de x1 à x3). Pour réussir une action, il utilise le D100 en Roll under (il ne faut donc pas dépasser la valeur cible). Alors oui un personnage va avoir des scores de 240% dans certains cas … mais ce n’est pas inutile à cause du mécanisme de difficulté des jets. En effet, plus l’action est difficile et plus il faudra jeter de D100 et cumuler leurs résultats. Pour une action de difficulté 3, par exemple, il faudra additionner 3D100 et faire moins que sa valeur caractéristique x niveau de compétence..

Tout cela donne des scores élevés à lire sur la feuille de personnage, ce qui peut être étonnant car très peu fréquent de nos jours, mais par contre l’utilisation du système semble vraiment très directe … la description des jets à faire dans le scénario contenu dans ce livre tient systématiquement en deux mots, gage d’une gestion plutôt intuitive.

La création de personnage incarne bien le côté très scientifique qui porte l’ambiance du jeu, les joueurs devront en effet d’abord définir leur morphotype (tu as combien en masse grasse ?). Après vient le choix de la « personnalité », un archétype psychologique basé sur le point de vue sur son corps et sur le fait d’être cobaye, amenant des objectifs personnels et des modificateurs. Chaque personnalité est illustrée par un personnage pré créé (9 en tout) ce qui est plutôt appréciable.

La création consiste ensuite à de la dépense de points de création (nommés cellules souches et qui sont aussi l’expérience) pour l’achat des compétences, des dons/handicaps et des possessions.

Cobaye[s] : parlons de la forme

Visuellement le livre est d’assez bonne qualité. La maquette est assez simple mais pas sans quelques initiatives esthétiques bienvenues. Les illustrations sont inégales mais l’ensemble reste agréable à regarder. 

La mise en page est aérée avec une police de caractère plutôt commune et d’assez grande taille. Les textes alternent entre une présentation pleine page et une présentation sur deux colonnes selon les sections du livre. La couverture rigide est épaisse et solide, avec une bonne qualité de papier ce qui donne un aspect très professionnel à l’ouvrage en lui-même.

Interview de Baptiste Lafficher : le ressenti de l’auteur

Maintenant que nous avons donné notre regard extérieur sur Cobaye[s], voyons le regard que porte l’un des auteurs du jeu sur sa genèse… et les difficultés de la création et édition d’un JDR.

Le Fix : Bonjour Baptiste Lafficher, merci d’avoir accepté de partager votre expérience de création d’un JDR indépendant avec nous sur le Fix.

Pour commencer, pouvez vous nous dire de qui se compose l’équipe de création de votre JDR Cobaye[s] et comment cette équipe s’est retrouvée autour d’un tel projet de création ? Est ce que certaines personnes ont été décisives pour arriver au bout du projet ?

Baptiste Lafficher : L’équipe “principale” se compose de Rémi Chevrier, Thomas Brisard et de moi-même. Mais énormément de gens gravitent encore autour de ce projet. Des relecteurs, des amis (qui sont parfois les deux) beaucoup de rencontres font que le projet prend des tournants, et c’est encore vrai maintenant, Je vais tenter de ne pas en oublier : Romain, Camille, Ekitair, Lilian, Malik, Laura, Agir, Pauline, Meli, tous ces gens qui ont un domaine d’expertise qui rajoutent une couche de savoir et une envie de précision de notre part. 

Comment tout ce petit monde se met à travailler autour de cette idée ? car je suis un putain de tirant? ^^
Cette idée naît au lycée surtout, Rémi écrivait de son côté mais la concrétisation est venue plus tard personnellement. J’en ai eu marre de dire que « j’étais en train d’écrire un livre” je voulais dire “j’ai écrit un livre”. 

Et donc c’est là que j’ai décidé de vraiment me mettre sur le projet, de regrouper les écrits et de prendre toute aide qui se présentait. C’est une étape essentielle, je pense, le moment où tu réalises que seul c’est pas faisable et que pourtant tu veux que ce projet sorte. 

Le Fix : Pouvez-vous nous parler en quelques mots de votre JDR ? Que propose Cobaye[s] ? Aviez vous une note d’intention précise en tête ?

Baptiste Lafficher : Cobaye[s] est un jeu de rôle de science-fiction qui se déroule sur une réalité parallèle à la nôtre, dans un monde où les laboratoires ont pris le contrôle de la planète et où les tests sur les humains n’ont jamais été contrôlés comme dans notre réalité.
Où en serait la mutation et la nanotechnologie dans ce cadre ?
Notre volonté était de faire un JDR avec un imaginaire appréhendable par tous très facilement. Si je vous dis que vous êtes à Paris, tout le monde a au moins une ou deux images qui lui viennent, et pourtant il est ici possible d’y croiser des monstres mutants …en gros s’attacher à la réalité sans pour autant oublier le jeu. 

Le Fix : Quelle a été la longueur du processus de création de votre JDR, entre les premières idées et l’édition du 1er ouvrage ?

Baptiste Lafficher : OULA ça va faire peur à ceux qui aimeraient se lancer là dedans ^^. Comme je l’ai dit, l’idée date du lycée et c’est sorti quand j’avais 33 ans . je vous laisse compter.
Mais pour être plus précis il y a eu trois idées de jeu de rôle avant qui nous ont permis de développer le système de jeu de Cobaye[s], sachant que le monde des études supérieures et le monde du travail sont durs pour se dégager du temps. Mais au final, si je dois compter les vrais années à temps plein … c’est 4 ans.

Le Fix : Comment s’est fait l’impression des livres ? Vous avez négocié en direct avec un imprimeur ?

Baptiste Lafficher : Je suis allé voir plusieurs imprimeurs qui ont tous dit qu’ils ne savaient pas faire ce que je voulais. Puis j’ai trouvé l’imprimeur Escourbiac, et oui j’ai négocié et suivi toutes les étapes d’édition. Il a même fallu reprendre la maquette genre 10 minutes avant l’impression !

Le Fix : Pour vous, qu’est ce qui a été le plus difficile pour réussir à venir à bout de cette aventure créatrice ?

Baptiste Lafficher : On est son propre ennemi dans ces moments là. Les gens disent de moi que je suis maso d’avoir “tout fait tout seul” mais, comme je l’ai fait moi même au bout d’un moment, il faut finalement accepter que l ‘aide extérieure ne dénaturera pas “ton bébé”. et que toute critique constructive a un intérêt. Il est possible que l’on finisse par se dire “je comprends mais en fait c’est pas ce que je veux », mais il faut écouter tout de même. et surtout si on vous propose de l’aide il faut savoir l’accepter, car la motivation de quelqu’un de nouveau nourrira votre propre motivation. 

En effet, le temps peut paraître être une éternité lorsque ça fait deux jours de passés et que pas une ligne ne sort. Et pourtant …  une rencontre, une question, et paf vous allez soudain écrire trois pages en deux heures !

Le Fix : Si vous aviez deux conseils principaux à donner à des fous furieux voulant se lancer dans une création de JDR, vous leur diriez quoi ?

Baptiste Lafficher : Mon premier conseil serait : vous allez en chier mais ça vaut le coup !

Et mon second serait : entourez vous des gens qui veulent être là, leur motivation sera votre énergie 

Le Fix : Merci d’avoir répondu à ces quelques questions ! Comment peut-on se procurer Cobaye[s] aujourd’hui ?

Baptiste Lafficher : Se procurer Cobaye[s]? eh bien nous avons fait un tout petit tirage et depuis le début de l’année nous avons un distributeur (JeuDElire).  Donc notre stock est chez lui.
Il est donc possible de le trouver en boutique quand le jeu y est disponible.
Sinon rejoignez nous sur le discord et spammer pour que l’on fasse une deuxième édition ! XD instant promo.!
Sinon j’avoue que cela devient difficile d’avoir un exemplaire. 

Merci beaucoup pour toutes ces réponses, en espérant que Cobaye[s] trouvera finalement le chemin d’une nouvelle édition 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *