Les corbeaux n’ont jamais été aussi vivants

Si on en croit Wikipedia :

Le corbeau est un oiseau réputé pour sa grande longévité (qui pourrait dépasser trente ans), son intelligence et son organisation sociale semblent très supérieures à la moyenne des oiseaux.

Mais comme on ne connait pas d’autres oiseaux dans le milieu du JdR (à part les fameux early birds, bien sûr…), on ne peut pas confirmer. Du coup, nous avons été à la rencontre des membres du Studio Deadcrows pour en apprendre plus sur eux, mais surtout sur leurs productions ludiques.


1. Bon, je résume : le studio Deadcrows, l’asso Le Manoir du Crime, la société Book in Games, le partenaire Les XII Singes… c’est un peu le bordel dans votre tête, non ?

Ah, mais oui, je te confirme que c’est le bazar dans nos têtes pour tout un tas de choses, mais concernant les structures, c’est très carré. Attends, je t’explique :
Manoir du Crime c’est une association de JdR. Elle a un local, regroupe des joueurs et organise des animations.
Book In Games, c’est une société, dont le Studio Deadcrows est la branche qui publie du JdR.
Les XII Singes sont des partenaires d’édition sur certains de nos projets.

2. En fait, à quoi sert le partenariat avec un éditeur tiers (Les XII Singes), si c’est pour passer quand même par un foulancement ? Vous aviez peur d’y aller tous seuls comme des grands ?

Nous ? Nous n’avons peur de rien ! Y compris de sortir un jeu de SF de près de 600 pages…
Non, le partenariat avec les XII Singes c’est un moyen d’être plus fort à deux. Ils ont pas mal d’expérience, nous sommes très présents sur le terrain. De plus nous partageons une même vision du loisir et du marché. Donc quand nous avons un projet, nous nous en parlons et nous voyons s’il y a un intérêt et une envie de conjuguer nos forces.

3. Votre première expérience en la matière (foulancement + partenariat) a été Venzia. Avec quelques mois de recul, quel bilan en tirez-vous ?

La précommande participative de Venzia nous a permis de sortir un magnifique livre de base tout en couleur, avec une couverture rigide et un chouette papier ainsi qu’un écran en simultané et plein de goodies. Tout cela n’aurait pas été possible avec une sortie classique en boutique. Donc, cela permet d’augmenter la qualité de nos productions et d’envisager des choses impossibles autrement.

4. Pour en rester à Venzia, où en est le projet ? Quel est le suivi prévu ?

La Confrérie des Hippogriffes vient de sortir (enfin) en boutique. Le changement de distributeur nous a fait prendre pas mal de retard et quelques cheveux blancs.
Pour la suite, on bosse, on bosse ! Les 6 Atlas des Méga-Cités sont écrits, en cours de relecture et d’illustration. Et comme nos auteurs sont chauds, on les lance sur le prochain supplément sur les Pèlerins.

5. Qu’est-ce qui vous a véritablement permis de revenir parachever la gamme Capharnaüm ? L’apparition du principe du crowdfunding ou plus simplement un bon vieux changement d’éditeur ?

Ce n’est pas du tout le changement d’éditeur. Le 7e Cercle attendait avec impatience l’Atlas. Non, c’est paradoxalement la sortie de Venzia qui nous a remotivés à finir la gamme. Ensuite, il est clair que les précommandes participatives nous permettent de monter des projets plus ambitieux comme celui de la réédition anniversaire du livre de base.

6. Le jeu sera également traduit en anglais prochainement. Vous suivez le projet de près ? On peut imaginer des créations originales en version anglophone ?

Oui, nous suivons le projet. Nous avons d’excellents rapports avec Mindjammer Press et Sarah Newton et nous sommes très fiers de voir notre bébé se lancer sur un nouveau territoire.

7. Moi, naïvement, je croyais qu’un « studio », c’était une structure pour la création, l’écriture. Pourquoi alors vous lancer dans de la pure traduction avec Mindjammer ?

Parce que pour toi, la traduction ce n’est pas de l’écriture ? Qu’il n’y a pas de création ? C’est moins noble ? Ce n’est pas notre point de vue en tout cas.

8. Bon, OK. Mais vous pourriez proposer du contenu original pour le jeu du coup, non ?

Oui ! Tout cela est soumis à accord de Mindjammer Press, cela va de soi, mais oui, nous y comptons bien. D’ailleurs, tu verras que dès la précommande participative, nous proposons du contenu exclusif de création française.

9. OK, par contre, j’ai déjà Eclipse Phase et je n’ai pas encore réussi à venir à bout du copieux livre de base. Pourquoi devrais-je me lancer en plus dans un autre jeu de SF transhumaniste comme Mindjammer ?

Les deux jeux ne traitent pas du tout le thème de la même manière. Mindjammer est un jeu plein d’espoir, de découvertes et d’exploration. Il est quelque part entre Star Trek et Mass Effect. Et son système de jeu (Fate) est simple et fun, laissant pas mal d’initiatives et de libertés aux joueurs.

10. Hum, on verra. C’est pour quand le CF ? Et surtout, surtout… il y aura des early birds ou bien ?

Cela vient de commencer, toutes les réponses sont sur la page de la précommande : http://www.black-book-editions.fr/crowdfunding-51.html

11. On a aussi entendu parler d’un futur CF pour une nouvelle édition de AmnesYa 2K51. Eho, vous n’allez pas nous faire racheter toute notre ludothèque, si ?

Pour l’instant, ce n’est qu’un projet et nous avons plein de projets.

12. Il paraît également que vous travaillez sur une VF de Squirels attacks !, un jeu sur… euh… sur les écureuils. (…) Et sinon, vous, ça va ?

Oui, comme je le disais en début d’interview, nos cerveaux sont parfaitement normaux ! Sinon, ce jeu, c’est juste un gros kiff. C’est très simple, nous y avons joué et nous avons voulu le publier. Qui n’a jamais rêvé d’incarner un écureuil en dans l’espace en combi rouge ? Hein, qui ?

13. Bon. Ahem. Et sinon, vous avez d’autres projets derrière ou bien vous êtes à votre maximum, là ?

Tout plein, mais nous avons tellement de travail que nous n’avons pas le temps d’en parler. D’ailleurs il faut que j’y retourne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *