Mathieu Saintout mais ne dira rien

Rooooh, même pas vrai. Mais, comment le Fix pourrait-il reculer devant la perspective d’un bon (?) calembour, hein ? ^^ Nous avons donc aujourd’hui tendu notre micro à Mathieu Saintout, directeur de Arkhane Asylum Publishing. La jeune maison d’édition a en effet une grosse actu et notre petit doigt nous dit même qu’elle en garde sous le coude. Faisons donc le point avec celui connaît les arcanes de ce copieux planning.

1. Mage 20e, Maléfices, Tales from the loop, Adventure Time, The Witcher, des jeux signés John Wick… Et bien, le moins que l’on puisse dire, c’est que Arkhane Asylum a de l’appétit. Les yeux plus gros que le ventre ?

Je ne pense pas, nous devons réfléchir et avoir un catalogue qui va durer, certains de ces jeux ne verront pas le jour avant 2018, donc cela peut faire beaucoup, mais certaines gammes vont s’arrêter donc notre catalogue ne va pas non plus grossir indéfiniment. Les éditions anniversaires du Monde des Ténèbres ne vont pas être réimprimées au-delà de cette année, car White Wolf a annoncé la nouvelle édition de Vampire, nous nous concentrerons donc sur cette nouvelle sortie plutôt que sur les éditions destinées aux nostalgiques.

2. Certaines de ces licences ont été annoncées avec tambours et trompettes (par exemple de pleines pages de pub dans la presse pour Maléfices) des mois voire des années avant la sortie de ces jeux. Avec la multiplication des crowdfundings, il faut inciter les futurs pledgers à en garder sous le coude, c’est ça ?

Pour Maléfices, nous l’avons annoncé trop tôt, car nous avons été bloqué par des raisons juridiques, des questions de droit de propriété intellectuelle plus exactement que nous avons voulu maitriser avant de lancer le développement. Mais globalement, je préfère plutôt annoncer des projets déjà bien entamés.

3. Arkhane Asylum est en quelque sorte l’héritier de la Bibliothèque Interdite (qui a fermé ses portes en 2012) : qu’est-ce que tu retires de la fin de cette aventure éditoriale ?

Bibliothèque Interdite était surtout une maison d’édition de roman qui faisait du jeu, Arkhane Asylum est née des cendres de la BI mais ne fera pas de roman, j’ai été passablement échaudé par cette expérience. Nous ferons toutefois des ouvrages pour les rôlistes, on a quelques belles surprises pour la fin d’année 😉
Au niveau expérience personnelle, j’ai tout de même appris tout mon métier grâce à la BI, la perte du catalogue Black Library a effectivement tué la société, mais cela a été une belle aventure avec plus de 1 million de roman vendus quand même.

4. Vos derniers foulancements ont eu lieu sur la plate-forme Ulule et cela a plutôt très bien fonctionné pour vous. Envisagez-vous pour autant de faire un peu comme tout le monde en passant à l’avenir par la plate-forme Casus Belli de BBE ?

Nous devons en parler avec Black Book, je dois d’ailleurs les contacter mais nous avons un très bon contact avec Ulule et il y a du sens de conserver les licences du Monde des Ténèbres sur la même plateforme pour que la communauté puisse trouver les jeux au même endroit. Mais je ne ferme jamais une porte, on ne sait jamais comment va évoluer le marché du jeu. BBE fait du super boulot, et grâce à eux, de nombreux jeux voit le jour. Rien que pour cela, je leur tire mon chapeau.

5. Moi qui rédige le planning du Fix, ça fait des années que j’annonce la VF de Houses of the Blooded (de John Wick). Ça va finir par se faire ou bien ?

Oui, c’est un peu notre arlésienne, mais cette année est la bonne ! Nous devrions faire un Ulule à la rentrée pour sortir le jeu pour Noël. Ce sera un financement express avec un jeu déjà prêt. Désolé du retard, surtout qu’on adore le jeu. Nous avons toutefois repensé sa maquette et ajouté des illustrations exclusives à la VF. Ensuite, il a été un peu coincé avec l’arrivée des licences du Monde des Ténèbres qui nous accapare beaucoup (vu la taille des ouvrages… Mage fait 688 pages quand même !)

6. Vous avez annoncé aussi des jeux comme Trente ou Le Grand Livre des petits jeux (une compilation). C’est quoi ce culte que vous vouez à John Wick, en fait ? Le wickisme ?

Pour être honnête, c’est l’un de nos auteurs préférés, surtout qu’il a le chic pour inventer des systèmes originaux et des univers nouveaux, ce qui nous plait beaucoup. Nous n’avons pas eu la chance de faire 7th Sea, mais nous continuerons de soutenir son nom et sa marque John Wick Presents avec les jeux que nous avons en catalogue et avec les Dirty MJ qui cartonne toujours autant.

7. Adventure Time, c’est la VF d’un jeu espagnol sur un dessin animé US peu connu chez nous. C’est un peu risqué comme projet, non ?

C’est un pari en effet, mais je voulais un produit capable d’aller en grande surface pour toucher un nouveau public. Étant fan d’Adventure Time, j’ai pensé que cela pourrait nous ouvrir des portes intéressantes. Les espagnols nous disent que cela marche très fort pour eux, on peut donc espérer avoir le même succès en France.

8. Dans la kyrielle de rééditions de Grands anciens qu’on voit un peu partout, votre projet sur Maléfices apparaît un peu spécial : si le jeu date en effet de 1985, il avait quand même connu une réédition en 2006. C’est pas si vieux, si ?

Ça fait quand même 11 ans, c’est pas mal ! Et puis l’édition de 2006 n’a pas été une sortie d’une maison d’édition (mais d’une association) et est resté plutôt confidentielle, en plus de ne pas avoir été un gros succès à cause de son côté trop historique. C’est une belle édition, mais nous allons faire encore mieux ! J’ai une vision pour Maléfices, et nous allons la concrétiser avec une équipe fantastique.

9. Tiens, au fait : Maléfices, c’est de la création francophone. Il y en a pas tant que ça dans votre catalogue très, très anglo-saxon. Vous avez d’autres projets dans ce genre là ?

En effet, nous finalisons les droits d’un autre vieux jeu français et nous travaillons aussi sur une création complète, un univers qui sera le nôtre, mais je ne peux pas en parler maintenant, c’est trop tôt. Disons juste que j’ai la chance de connaître de bons auteurs de romans qui vont nous aider à créer un monde génial.

10. De la même façon, quand on scanne votre catalogue, on est surpris de n’y voir ni medfan (en attendant The Witcher, en tout cas), ni space opera. Vous n’aimez pas les classiques ou quoi ?

Le medfan déchaine un peu les foules, et nous n’avons pas souhaité nous lancer sur ce créneau un peu trop rempli. Il y a de nombreuses références, et nous avons plutôt décidé de nous concentrer sur des jeux originaux, comme Tales from the Loop qui propose une vraie nouveauté rôlistique et ludique. Mais pour le space opera, nous devrions pouvoir annoncer une belle acquisition prochainement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *