BBE : et maintenant, le monde !

Et oui, après Sans-Détour, voici le deuxième gros éditeur francophone de JdR qui annonce, à sa façon, avoir des ambitions internationales. Et, il faut bien le dire, ça fait plaisir : ça nous change agréablement des annonces de faillite et de cessation d’activité en boucle d’il y a quelques années.

Alors, bien sûr, comme d’autres éditeurs, Black Book Editions (pffff, ils avaient déjà prévu un nom anglo-saxon dès l’origine : ils sont forts, ils sont très forts…) s’est déjà frotté au vaste marché anglophone en assurant elle-même la traduction de Polaris. Mais, les créations francophones étant plutôt rares dans le catalogue de BBE, la marge de développement était plutôt étroite dans cette direction (il y a bien Pavillon Noir 2 mais… euh… comment vous dire ?).

C’est donc sur le créneau du foulancement, grosse, grosse spécialité maison, que BBE voit une fenêtre de tir s’ouvrir pour eux à l’international. Leur plate-forme propriétaire, baptisée d’abord Casus Belli, a tout de suite connu un succès foudroyant. Plutôt que de continuer à passer par une plate-forme multi-genre façon Ulule, l’idée de BBE était de proposer une plate-forme regroupant des projets rôlistes et donc connue et visitée fidèlement par des rôlistes mis en confiance. A cela s’ajoute un certain nombre d’outils proposés aux porteurs de projets par l’éditeur afin de mieux répondre à leurs besoins qu’une plate-forme généraliste qui a à gérer aussi bien des CF de BD, fromages de chèvre, layette pour bébé, etc.

Après leurs propres financements maison (Pavillon Noir, Polaris…), BBE a vu rapidement arriver sur sa plate-forme les projets des autres éditeurs. D’abord des éditeurs débutants en manque de notoriété (Oh my game, Raise Dead…) puis même des éditeurs bien installés (XII Singes, Matagot, John Doe…) laissant à penser que Casus Belli allait devenir l’unique plate-forme de crowdfunding rôliste du marché francophone.

Toutefois, ces derniers mois, la tendance était au tassement avec, par exemple, le retour des XII Singes vers Ulule (pour Into the Odd) ou le choix de projets comme la réédition de Rêve de Dragon ou The Sprawl VF de se tourner vers cette plate-forme généraliste. Nous savons que pour certains de ces acteurs la confusion entre BBE et eux pouvait finir par devenir troublante (vous aviez remarqué ? l’adresse web d’un projet de CF sur la plate-forme d CB avait toujours la forme https://www.black-book-editions.fr/crowdfunding-XX.html… quel qu’en soit l’éditeur). Dans le même ton, le fait d’avoir nommé à l’époque cette plate-forme commerciale du nom de notre (excellent) confrère était pour nous une erreur, entretenant un doute malsain sur l’indépendance du magazine-phare de notre loisir au moment de traiter de jeux financés sur la plate-forme portant son nom.

Ces confusions n’auront plus lieu d’être à l’avenir puisque, donc, la nouvelle plate-forme de BBE s’appellera d’un nom anglo-saxon : Game On. Elle offrira en gros les mêmes fonctionnalités spécialisées que la précédente mais avec une version multilingue et un design modernisé. C’est clairement la place de plate-forme mondiale spécialisée dans le jeu de société qui est visée avec la volonté d’attirer les projets des autres pays européens voire les projets US (qui passent généralement par Kickstarter, le Amazon très généraliste du CF US).

Oui, « jeu de société ». Sous-titrée « tabletop », la plate-forme perd aussi son identité très rôliste liée à l’image de Casus Belli pour viser l’ensemble des projets ludiques hors jeux vidéo (plateau, ‘gurines, etc.). Si, d’un côté, on peut craindre une légère perte d’identité rôliste, on peut surtout espérer que cela permette au JdR de multiplier les collaborations avec d’autres formes de jeux plus vendeuses, un peu comme le JdR (produit par BBE) du jeu de figouzes Mythic Battles : Pantheon (une expérience peut-être à l’origine de ce projet à l’international ?).

Bon, le site n’est guère prolixe pour le moment puisqu’il sera inauguré officiellement à l’occasion de la grosse UK Games Expo à Birmingham (UK). On attendra ensuite les premiers projets (par BBE ?) pour l’inaugurer.

Du coup, est-ce qu’on dira bientôt un « Game On » comme on dit déjà dans certains milieux « un Kickstarter » ? Réponse dans 2-3 ans.

https://www.gameontabletop.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *