Chibig up !

John Doe, Tipeee perso, mercenariat ludique tout azimut, Chibi et maintenant Chibig. S’il y a bien quelque chose qu’on ne peut pas reprocher à notre Le Grümph national, c’est de ne pas essayer de se réinventer constamment. Ainsi, sa collection perso de livres PDF et en POD (sur Lulu), Chibi, s’enrichit à la fois d’un nouveau format et d’un nouveau titre, en attendant quelques autres projets qui pointent déjà leur nez. Cela valait bien le coup de faire un petit point avec son auteur… euh… éditeur… zut… maquettiste… crotte… traducteur… mince… illustrateur… bref, avec Le Grümph, quoi.

1. Avant ta nouvelle vague d’actus, le dernier Chibi en date, c’était Le métal froid des anneaux de Cerbère. Avec le recul, on est bien d’accord que ce n’était pas une bonne idée ce titre, hein ?

Comment ça, pas une bonne idée ? Tu aurais préféré « Space Cops » peut-être ? Ou « La Brigade du Tigre de l’espace » ? On a travaillé dur avec l’ami Raphael Colombeau pour le trouver celui-là et on en est très content. Après tout, je n’écrirai jamais « La Prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France » mais je peux encore essayer de ciseler des titres qui ont de la gueule moi-aussi.

2. Je rédige le planning du Fix et je ne l’avais pas vu venir ce titre-là. Il est sorti d’où ?

De l’envie de jouer des flics dans l’espace pour un WE occasionnel avec des amis de passage, de la disponibilité d’un bon système de jeu bien testé pour le faire et de quelques heures de réflexion et d’écriture. Une fois la machine lancée, je suis allé au bout de ce que j’avais en tête. D’aucun estiment qu’il y a des manques et des trous dans le livre, mais comme c’était pensé comme ça, je ne m’en offusque pas – ça prouve juste que Chibi est bien un label et pas un éditeur avec un processus de relecture collégiale. Là, c’est juste mézigue avec, forcément, des faiblesses possibles (même si j’assume totalement les absences parce qu’elles étaient voulues). Du coup, c’est vrai que ce fut assez rapide entre le moment où j’ai griffonné mes premières idées et le moment où j’ai posé le point final.

3. A l’inverse, Raj Victoria, ça fait un moment que ça mijote ce curry-là. C’est bientôt prêt ?

Raj Victoria, c’est sur l’établi depuis juillet 2015. Un projet que j’ai lancé suite à une commande précise de mes joueurs : on finissait une campagne de Warhammer et ils voulaient du steampunk. J’ai travaillé dessus en cours d’été et on a joué toute l’année scolaire – ce qui a permis d’approfondir le monde et de peaufiner le système. J’ai recommencé à travailler dessus le mois dernier et les textes avancent bien. Pour le coup, ça sera assez différent des autres Chibi : pas une boîte à outil mais un monde en dur, très décrit, avec plusieurs propositions de campagne – un jeu à l’ancienne, quoi. Un univers assez ouvert et plein de place pour le meneur de jeu.

Ah, et puis c’est un risotto, pas un curry… Très important que je le précise.

4. Y a aussi eu récemment nanoDex, un recueil de logos de corpos. C’était un peu… euh… bizarre. Comment l’idée t’est venue ?

Je ne sais pas trop. C’était un écho aux Plans sur la Tomette. Du matériel générique pour du cyberpunk. En quoi c’est bizarre ? C’est pas pratique comme outil ? Et puis, c’est pas comme si ça existait déjà. Tu as de drôle de préjugés quand même. Sur les titres ou sur l’utilité des livres… Comme si on devait s’interdire quoi que ce soit !

5. La collection Chibi s’est fait piquer Into the Odd par les XII Singes. Ouh, c’est vil, ça, non ?

Non. Il y a des incompréhensions entre l’auteur, l’éditeur anglais et moi qui remontaient à plus d’un an, durant lequel le projet n’a pas bougé. Et puis les XII singes ont fait une meilleure proposition globale – et surtout plus carrée. Et puis ce sont des gens que j’aime beaucoup et qui ont, en plus, eu l’élégance de m’acheter ma traduction (et de m’en commander d’autres). Du coup, je pense sincèrement que tout le monde y gagne. Leur projet a plus de gueule que ce que j’aurais pu faire tout seul de mon côté.

6. L’actualité, c’est la réimpression de La Lune et Douze Lotus mais au format Chibig (format roman 15×18) avec une couverture inédite. Je vois clair dans ton jeu, LG : après, ce sera tout le reste du catalogue, ceci est une révolution, ‘faut tout racheter. Punaise, t’apprends vite, toi !

La version roman de LLEDL est une commande des clients, pas quelque chose que je voulais faire. Et il est peu probable que j’en fasse d’autres comme ça. Ceci étant, comme le format poche est limité pour les gros volumes, il est certain que d’autres bouquins sortiront directement dans un format roman (Raj Victoria en tête), avec une version paperback et une version hardback.

7. L’actualité Chibi, c’est aussi la sortie de Diceless Dungeons, la VF d’un jeu qui fait… 36 pages. Tu veux dire que tu as réussi à ne pas rajouter des tonnes de tables aléatoires et des centaines de dessins !? Comment t’as fait ?

La sagesse vient avec l’âge, sans doute. J’ai juste étendu la table des pièges pour mon usage personnel. Mais sinon, il n’y avait besoin de rien pour ce petit bijou de game design. En tout cas, James et Robyn George ont l’air très contents de cette VF. Et moi aussi !

8. Après White Lies et, donc, Diceless Dungeon, j’ai aussi entendu parler d’autres projets de traduction (comme TechNoir). Alors, ça y est, on commence à voir le fond de ton insondable inspiration, hein ?

Pas vraiment non… Simplement, il y a des jeux qui me tapent dans l’œil et que j’ai envie de partager avec les joueurs français. Ça tombe bien, je peux traduire, illustrer et éditer dans mon coin. Du coup, si les auteurs originaux sont d’accord, ça fait de chouettes projets. Quant à l’inspiration, il y a des jours avec et des jours sans, mais je ne souhaite mes réveils nocturnes à personne, quand le cerveau se met instantanément en route et que tu ne peux pas te rendormir avant d’avoir repasser deux heures sur l’ordi à écrire des conneries.

9. Des jeux, des jeux, encore des jeux. Pourtant, vu que tu participes en ton nom propre à des gammes comme Chroniques Oubliées, tu sais visiblement écrire des campagnes. Pourquoi on n’a pas le droit à de belles campagnes dans la collection Chibi, hein ?

Ça va venir… Peut-être. J’attends de voir comment les gens vont recevoir la campagne CO – j’espère qu’elle plaira mais je reste anxieux. En ce moment, j’écris des donjons et j’y prends beaucoup de plaisir. Des trucs un peu complexes, avec des plans et de l’exploration et tout ce qu’il faut. J’apprends les ficelles du métier de level-designer et je teste à mes tables. Quand ce sera assez bon, je verrai ce que je pourrai en faire. On n’en est pas encore là…

De toute manière, je ne sais même pas encore ce sur quoi je vais travailler dans les mois qui viennent (pour Chibi en tout cas…)

http://legrumph.org/Terrier/?Chibi

http://www.lulu.com/spotlight/ChibiLG

Une pensée sur “Chibig up !

  • 16 juillet 2017 à 03:49
    Permalink

    Narbeuh vos interviews sont à souhait. Merci.

     
    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *