Les PeuhDeufFeuh sont en feu !

Cela fait plusieurs fois que je me fais avoir. Je me dis « Allez, je termine ma campagne en cours et ensuite j’achète ce jeu qui me fait de l’œil« . Et là, Paf ! Rupture de stock. Oltréé!, Devâstra – Réincarnation, … Je ne les compte plus.

Aujourd’hui (enfin, le aujourd’hui d’avant l’El Dorado des souscriptions) la demande est plus forte que les tirages. Mais ce temps des ruptures ne nous empêchera plus de jouer ou de découvrir des pépites ludiques. Car aujourd’hui, le format PDF se démocratise auprès des éditeurs.

Ces jours-ci, c’est par exemple l’éditeur John Doe qui tente l’expérience du numérique via la plateforme Black Book Editions. Plusieurs vagues de jeux sont prévues et deux ont déjà été mises en ligne :

Vague 1 : BloodLust Metal, Oltrée (Yeah !) et Hellywood, suivis de sa campagne : la justice des anges.
Vague 2 : Le Dk Système, le DK², Mantel d’acier et Plagues.

Bref, que du bon (et si vous ne connaissez pas, lisez jouez à Plagues).

Du côté des autres éditeurs, c’est plus aléatoire et cela dépend pas mal du moyen existant pour les commercialiser. Comme on le voit avec l’initiative de JD, la plate-forme de vente Casus Belli/BBE est assez PDF-friendly. C’est donc logique que BBE propose son vaste catalogue sous cette forme, en général à des prix très intéressants par rapport à une version papier (un exemple à la volée : le livre de base de Polaris y est… 5 fois moins cher). C’est aussi l’idée de l’initiative de bundle à la française de la Sacoche Sympathoche (quel titre horrible…) pour Pathfinder.

Pourtant, certains éditeurs qui possèdent leur propre boutique en ligne n’en profite pas pour autant pour adopter ce mode de diffusion pour leurs jeux, même anciens. Ainsi, les XII Singes, qui possèdent une boutique en ligne propriétaire et pratiquent le PDF depuis longtemps pour diffuser du suivi additionnel pour leurs jeux (Trinités, par exemple), n’en vendent pas.

Edge, de son côté, semble sérieusement réfléchir à cette possibilité. En tout cas, l’apparition d’une « bibliothèque digitale » sur le site espagnol de l’éditeur transnational alimente logiquement les rumeurs dans ce sens.

D’autres sont plus… euh… originaux. Ainsi, les gens du 7ème Cercle produisent une version PDF de leurs jeux mais ne la diffusent (gratuitement) qu’auprès des acheteurs de la version physique du jeu. Ici, c’est la défense du rôle des boutiques physiques qui est mise en avant. Mouais. Dans ce cas là, pourquoi ouvrir une boutique en ligne, hein ?

Pour finir, offrons un petit coup de projecteur à l’initiative de la boutique en ligne Philibert qui a créé une section spéciale pour vendre des PDF de productions indé qui, sinon, resteraient isolées et peu visibles, en tout pas des « casual gamers » qui n’ont pas l’habitude de farfouiller les méandres du web pour faire les achats. Vous pouvez donc là-bas, sur une seule page, vous procurer aisément les PDF des jeux Mr. Frankenstein, Batrogames, Le Labo de Bob, etc. Pratique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *