Mutant, année zéro [par Marek]

Sans Détour Edition nous propose la traduction française d’un nouveau jeu post apocalyptique de Modiphius Entertainment. Démarche marketing assumée des éditeurs surfant sur l’inquiétante actualité de notre planète, demande des joueurs, ou coïncidences, 2017 sera en effet une année très marquée par les annonces ou les sorties de jeux millénariste ou post apocalyptiques que ce soit en JdR ou même en jeux vidéo. Mutant Année Zéro (MAZ), parait donc dans une époque soumise à une forte concurrence sur son créneau, cependant il ne semble pas manquer d’arguments pour réussir à y percer.

Sur un plan matériel l’ouvrage de 270 pages couleurs, vendu autour des 40€ correspond aux standards habituels de Sans Détour. A l’intérieur la maquette est aérée et la lecture facile. Un petit bémol personnel cependant ; les illustrations style BD, qui ne manqueront peut être pas de ravir certains fans du comics « Walking Dead ». Mais qui comme sur Achtungh Cthulhu! (autre collaboration entre SD et Modiphius) sont tellement éloignées de la qualité d’illustration à laquelle Sans Détour nous a habitué dans ses autres productions.

Sur le plan ludique MAZ, propose de jouer des Mutants dotés de supers pouvoirs dans un monde apocalyptique. Le jeu permet d’incarner huit « classe de personnages » différentes chacune dotée de ses compétences et talents propres. En plus de leur personnages, les joueurs devront créer et choisir les caractéristiques de leur « arche », lieu de vie commun, qui les abrites et qui servira à la fois de base de départs aux aventures mais aussi de décor aux interactions sociales du groupe avec leur environnement. Les personnages devront administrer, protéger et développer ce lieu qui deviendra rapidement un « personnage » à part entière doté de ses propres avantages et faiblesses.

Ce système de « gestion » ludique aura donc une réelle influence sur les parties, pour peu que les joueurs soient « clients » de ce type de gameplay. Comme les personnages, l’arche a vocation à se développer et à progresser, non pas avec des XP, mais à travers les « projets » de développements (bibliothèque, armurerie, élevage de bétails) que PJS et PNJ auront décidés ensemble de développer dans une sorte d’utopie sociale. Les scénarios proposés par le MJ pourront évidemment largement s’appuyer sur la mise en place de ces projets et sur les négociations ou recherches nécessaires à y parvenir.

Bien sûr, MAZ, s’est aussi un jeu d’exploration de la «Zone », c’est-à-dire tout ce qui est à l’extérieur de l’arche. Souillure, ruines des temps anciens, artefacts attendant d’être découverts viendront peupler les parties et parfois compléter la partie gestion de l’arche, car c’est bien à l’extérieur que les PJ devront tenter de trouver les ressources pour développer leur « Home Sweet Home » et préserver ses occupants. Deux cadres de campagne apocalyptique sont d’ailleurs succinctement proposés dans l’ouvrage (Londres et New York), mais vous pourrez à loisir transposer votre ville de résidence ou tout autre lieu ou région en « zone » si cela vous amuse.

MAZ, c’est enfin un jeu à secrets, bien que ne possédant pas de scénario à part entière, le livre propose cependant un setting complet de campagne qui révèle les causes de l’apocalypse et les nombreux secrets qui y sont associés.

Niveau motorisation du jeu, le système se veut très simple, et il y réussi. Quatre caractéristiques, une poignée de compétences, de talents professionnels et de pouvoirs spéciaux, quelques D6 (de trois couleurs différentes) et le tour est joué. Même la partie réservée au combat reste facile à appréhender. Seuls les différents types de dégâts sont un peu complexes car le jeu souhaite prendre en compte tous les types de difficultés auxquelles des explorateurs pourraient devoir faire face dans la zone (faim, soif, maladie, souillure, blessure, etc……..).

 

Les dés spéciaux (optionnel)

Simple à utiliser, doté d’un background facile à appréhender, Mutant Année Zéro peut tout aussi bien se destiner à l’initiation, aux parties improvisées, qu’au jeu en campagne. En effet, la gestion hardcore des ressources un peu comme dans le jeu vidéo Wasteland, son système de simulation de l’arche et des relations sociales internes permettront de rallonger sensiblement l’intérêt que joueurs et MJ, pourraient y porter – en sortant des sentiers battus du sempiternel scénario d’exploration de terres inexplorées et dangereuses.

Notre avis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *