Un supplément monstrueusement bien

Initialement prévu pour ce vendredi 30 juin, l’éditeur Black Book Editions nous apprend que le Monster Manual / Le manuel des monstres – version Française aura un peu de retard. Il est annoncé pour « début juillet » sans plus de précision. Seul les rôlistes ayant pré-commandé le supplément sur la plateforme BBE seront servis en temps et en heure (dans la mesure du possible).

Pour vous faire patienter (ou pas), voici une petite présentation de ce que vous réserve ce deuxième supplément du sacro-saint triptyque Dungeons & Dragons.

Tout d’abord, pour les nouveaux rôlistes, qu’est-ce que le Monster Manual ?

Alors, malgré son nom, sachez que ce supplément de 352 pages est bien plus qu’un simple listing de monstres, voire même d’ennemis puisque sont également listés des potentiels alliés, des créatures diverses (aigles, belette, chat, chameau, cheval de guerre, corbeaux, etc.) ainsi que des profils de PNJ (Assassin, Bandit, Chevalier, Druide, Garde, etc.). Par conséquent, le but d’un tel ouvrage est double : vous offrir un bestiaire riche et varié vous permettant de peupler et de donner vie à l’histoire que vous souhaitez faire jouer. Ou, à l’inverse, de stimuler votre imagination à travers le background de telle ou telle créature.

Et, autant le dire tout de suite, cette 5ème occurrence du Manuel des Monstres remplit parfaitement son objectif. Best of des précédentes éditions, le manuel fait bénéficier chaque créature d’un texte de présentation allant du suffisant (pour les moins répandues), au très fourni pour les plus « classiques » (orcs, démons, etc.). De plus, chaque monstre est mis en valeur par une magnifique illustration. C’est bien simple, rien qu’en feuilletant l’ouvrage, on a envie de s’arrêter pour lire la description correspondante.

Ce n’est pas pour rien que le supplément a remporté en 2015, les Ennie Awards GOLD du Best Interior Art, du Best Monster/Adversary et l’Origins Awards du Best Role Playing Supplement et le Fan Favorites: Best Role Playing Supplement.

Mais en dehors de la qualité des illustrations, c’est également la variété des ambiances qui se dégage de l’ensemble qui inspire : Med-Fan (évidemment), oriental, japonisant, dark soul, etc.

Il n’y a plus qu’à remplacez les XP par des Ames
Plaisir d’Orient…
De l’opposition pour vos PJ-Sama

Alors, si vous découvrez D&D à travers cette édition, vous pouvez penser que toutes cette variété de monstres fait un peu « foutraque ». Il n’en est rien. Beaucoup sont issus des divers plans connu de l’univers. Ces derniers seront présentés dans le DUNGEON MASTER’S GUIDE (à paraître prochainement). Mais vous pouvez déjà trouver quelques réponses à vos questions sur le site AideDD.org

Mais le supplément ne se contente pas d’être beau. Il est aussi intéressant (après ça reste un bestiaire : il n’aura d’indispensable que l’utilisation que vous en ferez). En plus des nombreuses descriptions pour chaque créature, l’ouvrage apporte de nouvelles règles très bien pensées et qui n’alourdissent en rien la mécanique de jeu.

Ainsi, certains monstres sont considérés comme « Légendaire ». A ce titre, ils bénéficient d’actions légendaires (3 pts d’actions) qu’ils peuvent utiliser à la fin du tour d’un PJ. Certaines de ces actions, puissantes, coûtent 2 pts d’activations. Ces points repassent à 3 au début du tour du monstre. Viennent s’ajouter à ça des « Actions d’Antre » ou des « effets de régions ». Plus que des points de règles, ces nouveautés s’apparentent plus à des éléments d’ambiance pour former une cohérence dans l’univers. A la lecture, le ressenti est l’impression de mettre en face des aventuriers de véritables boss de fin de niveau. On regrette juste que ces « Monstres Légendaires » ne soit pas mieux mis en valeur, d’un point de vue mise en page, par rapport à un ennemis classiques.

Exemple d’action d’Antre pour une momie : « Chaque créature morte-vivante présente dans l’antre est avantagée lors des jets de sauvegarde contre les effets qui renvoient les morts-vivants jusqu’à ce que l’initiative arrive à une valeur de 20 au round suivant ».

Exemple d’effet de région pour un vampire : « La population de rats, de chauve-souris et de loups de la région connait une hausse notable » ou « les plantes se flétrissent dans un rayon de 150 mètres autour de l’antre tandis que les branches des arbres deviennent noueuses et se couvrent d’épines ».

Tout cela fait du Monster Manual, Manuel des monstres – Version Française (si seulement j’étais payé au signe…) un très bon supplément que vous ne regretterez pas d’avoir dans votre ludothèque.

Et pour vous faire patienter avant la sortie du supplément, je vous partage les mentions légales de l’ouvrage, qui m’ont beaucoup amusé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *