Qelong

On vous parlait en début d’année du lancement par Black Book Edition d’un financement participatif pour traduire une partie de la gamme Lamentations of the Flame Princess (LotFP). On était enthousiastes mais dubitatifs face à cette annonce : est-ce qu’un jeu aussi singulier allait trouver son public ?

Neuf mois plus tard, force nous est de constater que cette VF est un succès : les hommes en noir de BBE sont parvenus à collecter presque 55 000 euros pour le jeu et ils ont déjà livré en PDF les règles de base et un premier supplément, l’étonnant Qelong dont nous allons parler ici (1).

 

Publié en 2013, ce supplément était un événement pour LotFP. Le jeu était jusqu’à là perçu comme une production underground s’adressant à une petite niche de joueurs. Avec Qelong, la gamme ajoutait à ses auteurs réguliers la plume de Kenneth Hite, figure réputée du JdR mainstream outre-Atlantique (il est notamment créateur de Night’s Black Agents et sera responsable de la cinquième édition de Vampire : La Mascarade). L’occasion pour James Raggi IV, l’éditeur et créateur du jeu, d’acquérir une légitimité nouvelle dans l’industrie et une plus grande visibilité auprès d’un public qui ne s’était jamais penché sur la gamme.

Ce court supplément, 48 pages, décrit une petite région nommée Sajavedra et pouvant s’insérer dans la plupart des univers médiévaux-fantastiques (ou « Renaissance-fantastiques » pour être raccord avec l’esthétique dominante de la gamme). Le cadre de jeu est présenté comme s’inspirant de l’Asie du Sud-Est mais il s’agit avant tout d’une région en guerre, un conflit qui oppose deux divinités dont les pouvoirs magiques ont ravagé le territoire. Un artefact magique, le Cylindre, empoisonne le fleuve Qelong et produit des effets similaires à des émissions radioactives, les sorts divins ont détraqué le climat, des troupes de mercenaires sillonnent les terres à la recherche d’objets magiques à piller, les PJs pourront croiser des armées de myrmidons, des hommes dévorés de l’intérieur par des insectes qui contrôlent leurs terminaisons nerveuses…

 

Bien que très divers, les suppléments pour LotFP se rejoignent généralement dans la radicalité de leurs choix. Même s’ils s’inscrivent la plupart du temps dans les codes de la fantasy classique, ils poussent généralement certains curseurs tellement loin que le genre en ressort défiguré. Ici les capacités de destruction (magiques) sont si puissantes qu’on a l’impression d’évoluer dans un contexte de guerre moderne, les sorts de poison font de la guerre qui ravage Sajavedra une guerre sale et l’ambiance globale évoque plus Apocalypse Now que les Royaumes Oubliées ou la Terre du Milieu. Il y a quelque chose de génial dans cette idée d’utiliser la magie comme une façon d’introduire des armes des destructions massives, et les problématiques afférentes, dans un cadre med-fan.

Ce cadre de jeu dramatique place les PJs dans une position inconfortable mais intéressante. Ils ne sont a priori pas originaire de la région du Qelong mais ils se contentent de l’explorer, par appât du gain ou de l’aventure. Le supplément se présente comme un scénario « bac à sable », les PJs sont confrontés à une situation de crise mais sont libres de se fixer leurs propres buts. Mais, aussi nobles seront leurs objectifs, ils resteront impuissants à sauver la région. Au mieux ils pourront influer sur des situations individuelles, sauver quelques villageois, contenir la contamination magique du fleuve, détruire un sorcier maléfique. Mais explorer Sajavedra revient à explorer un monde post-apocalyptique dont les PJs ne font pas partie.

Qelong est une excellente porte d’entrée dans la très hétéroclite gamme LotFP. En peu de pages il offre de possibilités de jeu riches et qui tranchent avec le tout venant des univers med-fan. Son approche en bac à sable pourra sans doute déconcerter (tant mieux !) quelques meneurs habitués à des scénarios plus linéaires, mais la taille limitée du supplément empêchera les plus étourdis de s’y perdre. Au delà du succès de la souscription on espère que Qelong inspirera bien des MJs et donnera lieu à de nombreuses campagnes.

(1) : Notre retour porte cependant sur la VO, nous n’avons pas eu accès à la version française du supplément et ne pouvons pas nous prononcer sur la qualité de la traduction. N’hésitez pas à le faire dans les commentaires si vous faites partie des pré-acheteurs du jeu !

Notre avis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *