Chronique d’un succès annoncé

On aime beaucoup par chez nous cette récente édition de Barbarians of Lemuria par Ludospherik (oui, oui, la boutique en ligne) illustrée abondamment par le talentueux Manu Roudier (Würm). On se réjouit donc d’emblée de pouvoir en avoir plus avec ce Chroniques Lémuriennes aux allures de bon petit début de gamme.

Pour rappel, on parle là d’un livre sur le même format qualitatif que le livre de base (mais moins épais quand même… 136 pages) avec du background, des aides de jeu et  5 nouveaux scénarios complètement inédits.

Il est accompagné d’un écran du Meneur de Jeu rigide format A4 (à l’italienne) à 3 volets et d’une grande carte en couleur de la Lémurie, format poster. Le tout est de nouveau entièrement illustré par Emmanuel Roudier.

Moderne par certains aspects, BoL n’en reste pas moins old school par d’autres côtés. Par exemple, le concept même de ce premier supplément pourra surprendre celui qui est habitué aux gammes carrées et autres découpages méthodiques en régions, thèmes et sous-thèmes de jeux comme Pathfinder ou L’Appel de Cthulhu 6 ou 7.

Non, ici, on est clairement dans ce que les rôlistes de plus de 40 ans (vous savez ? Ceux qui disent “module” au lieu de “scénario”…) appelaient un “compagnon”. Traduction : un peu de tout mis n’importe comment.

Le livre débute donc par un peu de background des familles, de création originale, comme l’ensemble du supplément d’ailleurs.

Bon, à vrai dire, le calendrier de Satarla avec ses saisons et ses fêtes folkloriques et tout n’est pas forcément ce qu’on attend avec impatience de lire dans le cadre d’un jeu de Sword & Sorcery velu mais bon, disons, pourquoi pas ?

Le gros morceau de background (une petite vingtaine de pages) est constitué de la description d’une contrée septentrionale, le Khanat. Steppe hostile, cavaliers infatigables, grosses moustaches pendantes et sourcils broussailleux : vous voyez le genre, hein ?

Cela dit, on est loin de l’enquête ethnologique et la part belle est faite dans le chapitre au bestiaire de cette contrée enneigée. Juste une mise en garde : faîtes gaffe, les bestioles du coin ont la fâcheuse tendance à être géante (le froid, la graisse, toussa). Cette partie se termine par quelques sympathiques synopsis (et une belle carte en annexes).

Rooooh, seulement des synopsis ?

Que vous êtes naïfs.

Non, les Chroniques Lémuriennes, c’est surtout du scénar’. Une tonne de scénars. Bon, que 5, en fait. Mais qui se déploient façon grand luxe sur une centaine de pages.

C’est d’ailleurs cela qui est le plus remarquable dans ces scénarios variés et de bonne facture : le luxe de détails. De belles illus originales pour les PNJ importants, des plans chiadés pour les lieux clefs, des prétirés quand il y en a besoin (le dernier scénario aux protagonistes… euh… inhabituels : cf. la couvrante). On ne se refuse rien et ça, c’est tout confort pour le MJ qui peut vraiment compter sur du prêt-à-jouer.

Ceux qui connaissent le soin maniaque de Manu Roudier (qui assure également la mise en page) pour ses travaux savent : le bouquin est formellement impeccable avec une mise en page sobre et fluide, une qualité de papier remarquable, reliure solide, etc. Le tout pour un prix auquel certains éditeurs vendent (j’exagère à peine…) l’écran seul.

Le seul reproche que l’on peut faire à ce supplément est donc son côté disparate qui laisse un peu songeur. On aurait en effet aimé explorer plus en profondeur la ou les régions décrites, que les scénarios soient liés entre eux, etc.

Cela dit, ceux qui envisagent le jeu sous forme de one shot sans prise de tête peuvent y aller en confiance : le supplément est fait pour eux.

Notre avis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *