Agate the message (1ère partie)

Ce n’est pas toujours simple de suivre l’actualité de l’éditeur Agate. L’aventure éditoriale a débuté d’abord sous la forme d’une équipe soudée autour d’un projet créatif démesuré, Les Ombres d’Esteren, avant de devenir un éditeur plus classique avec traductions, foulancements et tout ça. Si on y ajoute quelques retards légendaires et décalages de plannings épiques, le Fix a parfois eu du mal à rendre compte avec justice du travail d’un éditeur qui, manifestement, est devenu l’un des plus importants du marché francophone. Alors, quoi de mieux que d’aller à la source et de demander aux principaux intéressés de nous expliquer tout ça par le menu ? Rencontre en deux parties avec Nelyhann, l’homme fort de Agate, et Vincent Lelavechef, responsable de la gamme 7ème Mer, une des dernières grosses sorties de l’éditeur.

 

Première partie : 7ème Mer

1. Aaaah, ayé, la livraison des premiers livres papier de la VF de 7th Sea est en cours. Sur la page du CF, c’était annoncé pour septembre 2017… ahem, les vents étaient contraires ou bien quoi ?

Nel : La date de septembre 2017 concernait uniquement la livraison du livre de base pour ceux qui avaient pris l’option qui va bien des deux vagues de livraison, soit environ 15% des souscripteurs. Le Ulule nous a permis de mettre en chantier quatre suppléments et de nombreux bonus : pour tout ça, comme l’indiquait clairement la FAQ du Ulule, aucune date n’était annoncée. D’ailleurs, il ne t’aura pas échappé que le PDF du livre de base a été livré aux souscripteurs le jour même de la fin du Ulule, fin juin 2017. Sur le reste, oui nous comptions lancer directement la production du livre de base directement après la fin du Ulule mais, en résumé, les suppléments Longue vie au Prince et Nations Pirates ont montré le bout de leur nez et nous avons décidé d’attendre qu’ils soient prêts pour lancer la première vague de livraison. Avec le recul, je ne sais pas si c’était une bonne idée. Certains souscripteurs ont été ravis de ce choix, d’autres pas du tout, en particulier ceux qui n’avaient souscrit qu’au livre de base – on les comprend.

Vincent : Là, on est en train de bosser pour livrer l’ensemble des livres et des goodies promis lors du financement participatif. Les PDF vont arriver dans peu de temps (avril pour Héros & Scélérats, mai pour Nations de Théah 1 et juin/juillet pour Nations de Théah 2). Si on compte le processus de fabrication, on devrait avoir de beaux livres dans nos cartables à l’automne prochain.

2. Je me range plutôt dans le camp des irréductibles Gaulois qui ont *vraiment* du mal à imaginer une France fantasmée appelée “Montaigne” et gouvernée par un empereur répondant au doux nom de Léon-Alexandre XIV (soupir). Qu’est-ce que vous pouvez me dire pour me convaincre quand même de craquer pour cette seconde édition ?

Vincent : De la même manière que la France n’est pas le centre du monde (un concept difficile à appréhender pour un Français), figure toi que la Montaigne n’est pas le centre de Terra non plus (un concept difficile à appréhender pour un Montaginois aussi, je te rassure). Il existe dans l’univers de 7e Mer d’autres nations qui ont toutes des cultures au moins aussi intéressantes, et qui s’inscrivent dans des ambiances différentes : tu peux aller affronter des Horreurs dans la boue d’Eisen, enquêter sur le mystère de la réapparition des Sidhes en Avalon, protéger de la roi de Castille de l’influence malfaisante de l’Inquisition, contribuer au développement de la démocratie de la Fédération sarmatienne,…

Après, pourquoi ne pas simplement jouer dans l’Europe de la Renaissance ? Et bien, 7e Mer est un jeu de rôle de cape et d’épée qui se veut très hollywoodien dans son approche de l’Histoire. Si tu as déjà vu un film de cape et d’épée made in Hollywood, tu t’es sûrement rendu compte que ces longs-métrages ne recherchent jamais la véracité historique. Regarde comment est dépeint le cardinal de Richelieu dans la majorité de ces œuvres : une figure malfaisante et diabolique, qui dirige généralement la France à la place de Louis XIII, et qui prêt à tout pour être plus riche et plus puissant (lorsqu’il ne se vautre pas dans la luxure). Bref, on se trouve généralement devant une version fantasmée de ce personnage. John Wick, avec 7e Mer, assume cette composante inhérente au genre, sauf qu’au lieu de tricher avec l’histoire, il a créé une réalité alternative permettant aux meneurs de jeu de faire ce que bon leur semble. L’histoire de l’Europe est donc une source d’inspiration énorme, mais qui n’est jamais bloquante : on prend ce qui nous intéresse, tout en n’étant jamais limité par de quelconques considérations de « véracité historique ». Si tu joues en Europe, ça peut être compliqué de tuer Louis XIV. En Montaigne, abattre Léon-Alexandre XIV est en revanche envisageable. Dans 7e Mer, ce sont les personnages qui sont au centre de l’Histoire, et l’univers proposé n’est là que pour les mettre au centre du récit, leur permettre de briller. Il n’y a pas de frein, pas de contrainte : on joue des Héros flamboyants qui vont laisser leur marque sur le monde et sur l’Histoire.

Nel : 7e Mer a longtemps tenu le record pour une souscription de jeu de rôle sur Kickstarter et a obtenu de nombreux prix l’année suivante, aux Ennies Awards : meilleur jeu, meilleures règles, produit de l’année. C’est un jeu et un univers qui valent le détour, que ce soit pour les fans de la première heure ou ceux qui n’ont pas eu l’occasion de le connaître à la fin des années 90.

3. Supposons… je dis bien supposons que je sois un fan de la première heure et que je possède l’intégralité de la 1ère édition époque Asmodée. Pourquoi aurais-je besoin de remettre au pot une somme conséquente pour acquérir cette v2 ? C’est une révolution (Montaginoise, of course…) et il faut tout racheter, c’est ça ?

Vincent : La deuxième édition de 7e Mer est un reboot complet de l’univers. On trouve certes de nombreux de points communs entre les deux jeux, mais le fond est totalement différent. A titre de comparaison, c’est un peu comme le Spider-Man de Sam Raimi et l’Amazing Spider-Man de Mark Webb : les deux films partagent certes les mêmes personnages principaux, ont des thématiques récurrentes et un décorum similaire, mais malgré tout, leurs ambiances sont bien distinctes, leurs idées sont traitées différemment et leurs univers sont sensiblement éloignés. Les films ne peuvent d’ailleurs pas être interchangés les uns avec les autres. C’est la même chose si on compare Les secrets de la 7ème Mer et 7e Mer.

Si tu possèdes la première édition, quel intérêt as-tu de mettre ton nez dans cette V2 ? Et bien Les secrets de la 7ème Mer est un excellent jeu, mais c’est un jeu qui a vingt ans. Depuis le temps, tu l’as peut-être écumé en long en large et en travers, fait le tour des principaux secrets, tu t’es peut-être lassé de ce système de résolution qui était top il y a deux décennies mais qui accuse quelque peu son âge maintenant,… Du coup, le V2 te propose de retrouver les mêmes sensations de jeu, mais dans un univers flambant neuf rempli de nouvelles possibilités scénaristiques, qui plus est avec un système de résolution plus en phase avec son époque.

En toute franchise, étant moi-même un immense fan des Secrets de la 7ème Mer, j’ai de nombreuses fois été interloqué à la lecture de cette nouvelle version. John Wick n’a pas hésité à considérablement modifier son bébé, quitte à faire des choix radicaux. Alors il y a des choses que je trouve mieux vues maintenant, et d’autres que je préfère toujours dans la version précédente, mais ce qui est sûr, c’est que je n’ai pas du tout l’impression d’avoir un doublon dans ma bibliothèque. Les Secrets de la 7ème Mer et 7e Mer, ce sont deux jeux de cape et d’épée vraiment différents.

4. Des dés spéciaux, des jetons d’héroïsme, pas moins de trois jeux de cartes… j’ai envie de dire : mais comment a-t-on pu jouer à la v1 sans tout ça pendant des années !?

Vincent : Les Secrets de la 7ème Mer et 7è Mer ne partagent pas les mêmes règles, ce n’est donc pas étonnant que les deux demandent du matériel différent. Ceci étant dit, les dés spéciaux, les jetons d’héroïsme, les jeux de carte, ce sont avant tout des goodies. 7e Mer ne s’appuie pas sur un système de règle à la Edge of the Empire, les dés « spéciaux » sont juste des dés aux couleur du jeu, quant aux jetons d’héroïsme, on peut utiliser n’importe quel type de marqueur (voire les noter sur une feuille avec un crayon à papier),… 7e Mer reste traditionnel dans son fonctionnement : avec juste le livre de base, tu as tout entre les mains pour jouer.

5. Grâce à l’énorme succès du foulancement (près de… 2000 % de l’objectif !), c’est quasiment toute une gamme qui a été financée avec notamment des suppléments comme Nations pirates, Nations de Théah 1 et 2, etc. Vous allez vous en tenir là ou bien vous envisagez d’autres publications dans un avenir décent ?

Vincent : C’est toute UNE gamme, mais ce n’est pas toute LA gamme, loin de là ! 7th Sea, c’est un livre de base et onze supplément. Là, avec notre livre de base et nos quatre suppléments, on n’en est même pas à la moitié… Et oui, bien sûr, le projet est bien de tout traduire en français.

La deuxième vague de suppléments va être proposé en financement participatif à la rentrée 2018. Elle va concerner les quatre ouvrages qui décrivent les continents extérieurs à Théah : le Moyen Orient dans Crescent Empire, l’Amérique dans The New World, l’Afrique dans A land of gold and fire, et les colonies dans The Colonies. Le travail a d’ailleurs déjà commencé : Crescent Empire est intégralement traduit, et The New World l’est à 50%. Lorsqu’arrivera la rentrée 2018, on sera bien avancé sur le chantier.

Et puis enfin, en 2019, on devrait proposer les derniers suppléments : Secret Societies, Cities of Wonder et Cities of Faith. On a également commencé à travailler sur de la création française. Mais il est trop tôt pour en dire plus…

6. LexOccultum (dont la VF vient d’être foulancée par AAP), Les lames du Cardinal (dont une v2 a été annoncée par SD), Terra Incognita (qui avec Paris s’est vu doté par les XII Singes d’un 9ème livre), XVII (qui a récemment sorti une campagne), Pavillon Noir 2 (qui sort enfin !), etc. C’est moi ou la perruque et la rapière sont à la mode ? C’est ça qui vous a décidé à proposer la VF de 7th Sea 2 ?

Nel : Le genre du cape et d’épée est certes populaire mais on reste quand même très loin du médiéval fantastique, que ce soit en quantité de production ou en déclinaisons. Tous ces univers proposent leur propre approche. De notre côté, l’opportunité pour notre studio de traduire 7e Mer a été une véritable chance. Diversifier nos activités fait parti du développement progressif du studio. Nous avons tout appris sur le tas, et continuons d’apprendre chaque jour. Pour nous, que John Wick nous fasse confiance pour diffuser son jeu est une formidable marque d’estime, et nous en sommes honorés.

https://agate-rpg.blogspot.fr/search/label/7th%20Sea

(à suivre…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *