Épreuve initiatique pour 404 Éditions

Et oui, c’est toujours un événement pour nous rôlistes de voir un éditeur venir sur le terrain de notre loisir. Même si on note un léger frémissement depuis quelques temps, notre marché n’est pas réputé pour rapporter des cents et des milles alors, autant le dire, une telle initiative (aha) attire d’emblée notre sympathie. Et nos questions. Que venaient-ils faire dans cette g… euh… niche ? Nous avons donc demandé à François Lévin, l’auteur de cette boîte Initiation au JdR – Medieval Fantasy (à paraître tout début mai) de nous expliquer tout ça.

 

  1. Aha, bien tenté mais la boîte Larousse Soirée JdR est déjà sortie depuis plusieurs mois. C’est trop tard pour vous, pas vrai ?

Carrément ! Quand la nouvelle est tombée on a immédiatement convoqué une réunion d’experts pour imaginer un positionnement produit diffèrent. Des idées ont commencé à fuser comme « après-midi JdR », « apéro JdR » et même un très intéressant « brunch JdR », avec un carnet contenant des recettes fraiches et sympas pour grignoter pendant la partie.

Passée la réunion de crise, j’ai quand même jeté un œil sur ce site internet qui sort des news sur le jeux de rôle… Comment ça s’appelle déjà ? Ça porte le nom d’un truc qui te pète bien la tête… Ah oui ! le GROG ! Et là, j’ai vu qu’il y avait déjà des jeux d’initiation et même des trucs plus anciens et à large diffusion comme l’Œil Noir ou la VF de Dragon Warriors (avec laquelle j’ai beaucoup joué). Donc oui, c’est un peu tard par rapport à ce qui se faisait déjà il y a 25 ans, j’avoue.

Blague à part, c’est courageux à Larousse d’aller là où personne ne l’attendait.

  1. ok… mais, bon, moi, en plus de cette boîte, j’ai aussi D-Start, Chroniques Oubliées et tout. Je crois qu’on peut convenir que je n’ai pas besoin de TA boîte, hein ?

Bon déjà toi tu vas l’avoir gratos alors arrête de chouiner. Clairement, si tu es déjà familier du jeu de rôle et que tu as envie de la faire découvrir à d’autres, tu fréquentes des boutiques spécialisées et tu connais les éditeurs traditionnels, tu vas trouver une grosse boite qui va te plaire et ça sera très bien.

En revanche, si tu n’es pas un afficionado, si tu ne fréquentes pas spécialement les boutiques de jeux et si tu n’as même jamais joué mais que tu as simplement envie de découvrir un nouveau jeu, alors tu vas peut-être avoir besoin de MA boite. Elle te proposera des règles simples, des conseils pour se lancer, du matériel de jeu et surtout une histoire complète à jouer, découpée en épisodes à la façon d’une mini-série, jouables en 2 ou 3 heures.

  1. Au final, qu’est-ce que tu penses de cette soudaine floraison de titres dédiés à l’initiation au JdR ?

Les gens aiment jouer davantage et il y a un vrai et large public pour tout ce qui tourne autour des jeux de société en général. Il est naturel qu’à un moment donné le jeu de rôle profite de cette tendance et attire plus de curieux, et que les éditeurs répondent à cette attente.

  1. Dans la boîte, il y a pas moins de 50 cartes illustrées. C’est pour que les joueurs de Magic ne soient pas trop perdus ?

Si je te dis qu’on a placé une carte ultra-rare dans l’un des paquets, tu crois que tout le monde va vouloir acheter ma boite ?

Ici les cartes sont des aides de jeu. C’est super pratique pour pouvoir en placer beaucoup, tout en gardant un format ludique et peu encombrant. Donc, dans le paquet, tu vas trouver des portraits de personnages, des descriptions d’objet, des infos à passer en jeu, des éléments pour personnaliser les PJ, etc.

  1. Ôte-moi d’un doute… écrire un escape game ou une campagne de JdR, c’est pas vraiment pareil, si ?

Il ne t’aura pas échappé que certains auteurs de la collection des Escape Books ont des connexions assez fortes avec le JdR (et d’ailleurs cette tendance va bientôt se confirmer). Quoi de plus normal : le milieu de jeu de rôle est bourré d’auteurs hyper créatifs et sensibles aux mêmes thématiques que les Escape.

Pour le reste, bien sûr, l’exercice est différent. Par son fonctionnement, l’Escape Book est beaucoup plus proche du jeu vidéo d’aventures à l’ancienne type point-n-click façon LucasArt, ce qui me permet de comparer la Marque de Cthulhu de Gauthier Wendling à Day of the Tentacle par exemple.

Par ailleurs, soyons clairs, je DETESTE les énigmes dans une partie de JdR, comme MJ ou comme joueur. Il n’y a rien de tel pour casser le rythme.

  1. Le titre de la boîte (Initiation au JdR – Medieval Fantasy) pourrait suggérer que d’autres déclinaisons sont prévues dans d’autres ambiances. Alors, stop ou encore ?

Et ouais, t’as vu, sur la première boite on fait déjà l’annonce de la seconde. Il y aura au moins une déclinaison dans une autre ambiance plus… contemporaine.

  1. C’est là la première “vraie” incursion de 404 Éditions dans le monde du JdR. Alors, one shot ou début d’une campagne au long cours ?

404 est une toute jeune maison mais depuis le début, elle lorgne vers le JdR. Disons qu’on en est pour le moment aux premiers émois d’une possible histoire. On est sous le charme, grisé par la nouveauté et l’intérêt qu’on peut susciter. Si les premières rencontres se passent bien alors… tout est possible ! Mais il est encore trop tôt pour se projeter vraiment dans un avenir à deux, trois ou plein !

https://www.lisez.com/404-editions/24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *