Sortez-le d’ici !

Alors que nous nous apprêtions à poser quelques questions hyper-pointues sur l’OSR indé à Eric Nieudan, ne voilà-t-il pas que nous apprenions par la bande que le Monsieur avait commis un livre-jeu de type « escape book » aux Editions 404. Voilà qui méritait bien quelques explications, pas vrai ? Interview.

  1. Hin, hin, alors comme ça, on abandonne le JdR indé pour le livre-jeu grand public ? C’est tout pour la notoriété, c’est ça ?

C’est une histoire d’ambition. Tous les rôlistes du monde entier me connaissent et me vénèrent déjà. Comme je n’ai pas encore eu mes pouvoirs de demi-dieu, je suis obligé de chercher des adorateurs ailleurs. (Et pis comme ça j’aurai enfin les points pour mettre dans la compétence Modestie.)

  1. C’est ta propre démarche de publier chez l’éditeur généraliste 404 ou bien c’est eux qui poursuivent leur grande entreprise de débauchage des meilleurs auteurs de JdR ?

Généraliste, 404, tu trouves ? Ils ont quand même sorti une boîte d’initiation au jeu de rôle.

Mais pour répondre à ta question, c’est tout de leur faute ! J’ai reçu un gentil mail de la gentille Ludivine, qui cherchait un auteur rôliste ayant de l’expérience en SF. Elle a même cité Star Drakkar ! Tu comprends que je pouvais pas dire non.

Et ne crois pas que je n’ai pas repéré ta tentative de flatterie : “un des meilleurs auteurs de JdR”, l’autre. Faudrait déjà que j’en ai produit plus d’un ces douze dernières années…

  1. Tu as trouvé des similitudes entre cet exercice d’écriture et la rédaction d’un JdR ou bien rien à voir ?

Alors oui, et oui. Question conception, écrire un escape book est plus proche du scénario que du jeu de base. Mais ça reste très différent : dans un jeu de rôle tu essaies de ne pas trop prévoir ce que les joueuses vont faire. Tu crées des situations, des acteurs, des conséquences… Au pire tu prévois des nœuds par lesquels l’aventure pourra passer.

Ici, on travaille un peu comme dans un jeu vidéo façon point and click : pour ouvrir la porte, il te faut une clé, que tu trouveras grâce à un indice, qui te sera donné par un PNJ ou en piratant un ordinateur, etc.

Je trouve que ça se rapproche plus de la rédaction d’un livre dont vous êtes le héros. Mais plutôt que de bosser avec un arbre de paragraphes, on a un plan et un système de combinaisons qui permet de tester ces solutions à chaque problème ou énigme (c’est le cœur du système des escape books de 404, inventé par François Lévin), et des sous-systèmes pour les dialogues et les combats.

  1. A priori, je suis 100 % rôliste et ce type de livre-jeu ne me tente pas trop. Je te laisse 2 mn pour me convaincre de l’acheter. Top chrono !

Je suis… Je suis…

Je suis un rôliste qui apprécie les histoires de science-fiction et d’horreur. Je suis toujours content d’affûter mes capacités de déduction et les casse-têtes ne me font pas peur. Je suis propriétaire d’une Switch mais j’oublie souvent de la recharger pour jouer dans les transports. J’aime aussi piquer des idées pour quand mes joueuses font n’importe quoi dans un scénario SF.

Je suis… Narbeuh du Fix ?

  1. Tu aimerais poursuivre dans cette veine ou bien tu veux revenir à tes amours rôlistiques ?

Mais je n’ai jamais quitté mes amours rôlistiques ! J’aime bien les livres-jeux (et j’en ai un autre sur mon établi en ce moment), mais j’aime aussi tout le reste.

  1. Par exemple, tu en es où de Macchiato Monsters ? La communauté google+ propose plein de trucs, il y a une chance que tu sortes un jour un hack de ton hack qui intégrerait les modification qui se font à droite et à gauche ? Et, plus globalement, comment tu bosses avec les communautés virtuelles ?

Macchiato Monsters est fini, en attente de relecture et maquette. Il faut que je m’attelle sérieusement au petit supplément que j’aimerais sortir juste après. Avant que tu ne poses la question, je te le dis tout de suite : la VF est aussi prévue. On se dirige normalement vers une sortie en impression à la demande dans les deux langues. Plus qu’à décider du titre français… Noisettes & Nyctalopes ?

Avec Paolo, mon éditeur, on a parlé plusieurs fois de rassembler tous les “univers intégrés” via tables aléatoires que les membres de la communauté produisent régulièrement. On verra si c’est faisable, mais en attendant il y a des gens qui travaillent sur des jeux complets dérivés de MM.

Je sais pas si on “bosse” avec une communauté virtuelle, surtout en JdR à l’ancienne. Perso, j’ai l’impression de faire partie d’un groupe de gens créatifs et enthousiastes avec qui j’échange des idées. Je leur donne mon avis sur leurs productions, ils me disent ce qu’ils pensent de mes nouvelles règles, et tout le monde en profite. Alors certes tu es le patron de ton propre rafiot, mais comme tu es aussi matelot sur ceux des autres, ça sert à rien de te la péter.

  1. Plus largement, tu es un des auteurs qui tente de concilier OSR et apocalypserie, notamment avec White Books. Tu en es où de ce projet ? Est-ce que c’est une démarche toujours pertinente alors que Vagabonds of Dyfed vient d’être foulancé avec succès et commence à être livré ?

Je ne pense pas que Vagabonds of Dyfed (que je n’ai que feuilleté très vite, je dois dire) ait le même angle d’attaque que White Books. Le premier est un jeu de rôle classique qui adapte le PbtA au gameplay “à l’ancienne”, et le second est un jeu à meneur tournant qui cadre la partie sur l’exploration d’un donjon. En fait, à part son thème, White Books n’a que très peu en commun avec l’OSR.

Quant à son avancement, il faudrait pas grand chose pour le finir et le publier en PDF, mais une sortie papier demanderait de relever pas mal de défis éditoriaux et logistiques. Du coup, ma meilleure prévision est : peut-être jamais. En attendant, les curieux parmi le lectorat du Fix peuvent trouver la bêta sur mon site, et en trois langues s’il te plaît.

Sur le même sujet, j’ai récemment traduit Principia Apocrypha pour la caravelle de 500 Nuances. C’est une tentative de la part de David Perry d’organiser des conseils de jeu et de maîtrise pour le JdR old school, en les présentant comme les principes du meneur dans les jeux propulsés par l’Apocalypse. Un texte que je trouve vraiment utile pour quiconque s’intéresse au jeu à l’ancienne, qu’il soit fan de PPA ou non.

http://quenouille.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *