Explorer – Défendre – Créer : Bienvenue dans The Strange

En attendant la parution de notre prochain Participafix, nous vous annonçons que débutera ce lundi 18 juin, à 20h, la nouvelle souscription de Black Book Editions consacrée à The Strange.

Comme à l’accoutumée, elle aura lieu sur la plateforme de Game On Tabletop sur une durée de deux semaines (soit jusqu’au 2 Juillet 23h59). Cette levée de fonds permettra l’édition du livre de base, de l’écran (visuel ci-dessous) et d’un supplément.

Le Livre de base de la VF
                         Le visuel (inédit) de l’écran VF

Mais The Strange, c’est quoi ?

Financé sur Kickstarter en novembre 2013, The Strange est un jeu de Monte J. Cook et Bruce R. Cordell. Si vous connaissez déjà Numénéra (autre jeu de Monte J. Cook déjà disponible en VF chez Black Book Editions), vous serez en terrain connu. En effet, les deux jeux utilisent la même mécanique (le Cypher System) ainsi que la forte présence dans leur univers d’artefacts magico-scientifiques : les Cyphers.

Les joueurs incarnent des « quickened », des sensibles pouvant se téléporter dans différents univers appelés « recursions ». Si vous avez déjà joué à Torg, Mega ou si vous avez déjà vu Doctor Who, le concept vous est familier (sans être forcément représentatif de l’ouverture que propose The Strange).

Nous en saurons plus lundi sur les volontés éditoriales de Black Book Editions pour ce jeu ambitieux. En attendant, faisons nous plaisir avec quelques visuels tirés du jeu (et disponibles sur le site officiel)

5 pensées sur “Explorer – Défendre – Créer : Bienvenue dans The Strange

  • 15 juin 2018 à 15:25
    Permalink

    Et hop encore une nouvelle gamme chez BBE ! Il faudrait rappeler à tous ces éditeurs qui multiplient les lancements/traductions de jeux de base qu’il faut aussi penser à leur suivi. Et un suivi réaliste pas simplement sortir un supplément par an là où en version originale on en sort dix.
    On en vient à une situation ubuesque où on sort plein de gammes de jeu qui finalement sont souvent laissés en friches faute d’un suivi adéquat ou qu’on développe par d’autres foulancements.
    Le foulancement des jeux de base ne servirait-il pas simplement à faire (sur)vivre les éditeurs et autres studios grâce à des financements souvent très conséquent. D’ailleurs à mon souvenir j’ai jamais vu un éditeur montrer, factures à l’appui comme on dit, l’utilisation réelle d’un financement participatif. Je suis pas contre qu’un surplus de financement, une fois toutes les promesses du foulancement tenues dont certaines sont difficiles à vérifier comme le surplus de paie donné à un auteur ou traducteur, revienne à l’éditeur c’est même normal. Mais parfois on se demande si enchaîner des foulancements n’est pas devenu une manière pour une société d’exister. Vas-t-on vers l’explosion d’une bulle spéculative du foulancement ?

     
    Répondre
    • 18 juin 2018 à 15:41
      Permalink

      Il ne s’agit pas d’un financement participatif mais d’une précommande participative (comme expliqué ici : http://www.scifi-universe.com/actualites/16558/the-strange-un-nouveau-jeu-de-role-chez-black-book-edition) et la seule véritable extension existante est proposée. Les autres extensions sont un résumé des règles pour les joueurs et de « petits » textes (cf. http://thestrangerpg.com/#!/products/).
      Je pense que si, comme vous l’insinuez de manière malveillante, les éditeurs gardaient les bonus dédiés aux auteurs (ce qui n’existe pas dans cette PP, je ne vois donc pas ce que vient faire ici cette attaque gratuite), les auteurs le feraient savoir sur les réseaux et de plus, il doit y voir des gardes-fous légaux à ce sujet.
      Mais effectivement, c’est aussi un moyen d’assurer la visibilité de la sortie avec le bonus accordé pour 500 partages FB.
      Parfois, (souvent ?) je me demande si les gens ne disent pas du mal des autres par pur plaisir que par simple méchanceté.

       
      Répondre
  • 18 juin 2018 à 18:30
    Permalink

    Désolé si mes propos ont été mal compris mais je n’attaquais pas cette souscription en particulier mais la tendance devenu bien ancré de proposer de multiples foulancements de règle de base sans aucune garantie d’un suivi conséquent et sans parler des retards de finition des projets devenu habituel (d’ailleurs quand je participe à un foulancement je m’attends de base à une date de livraison après celle prévue). J’ai peut-être pas pris le bon exemple avec les plus ajoutés aux auteurs/traducteurs mais c’est simplement pour montrer qu’il peut avoir un flou dans l’utilisation du foulancement pour les contreparties non vérifiables physiquement (je suis d’accord que des auteurs/traducteurs floués le diraient). Et que dire des contreparties qui ne sont pas à la hauteur des promesses annoncées.
    Mais visiblement personne ne se pose de questions sur cette utilisation du foulancement devenu quasiment le principe dans l’édition de jeu de rôle jusqu’au jour où un foulancement finira mal et les souscripteurs perdront leur mise sans rien avoir obtenu.
    Et je précise que je n’ai aucun intérêt dans l’édition de jdr je suis simplement un vieux joueur qui constate l’évolution du milieu notamment dans la partie de l’édition. Je tiens même à dire que je soutien pleinement un foulancement qui permet de voir un jeu exister physiquement.

     
    Répondre
    • 19 juin 2018 à 11:54
      Permalink

      Sauf que s’il n’y avait pas de foulancement, on aurait une offre risible de jeu de rôle en Version française. On jouerait à Cthulhu, à Donjons et puis… bah à peu près tout ou alors aux éditions du siècle dernier qui ne peuvent plus attirer dans l’état de nouveaux joueurs.
      Oui les financements participatifs sont devenus la norme et permettent à quelques éditeurs de (sur)vivre selon leur catalogue, mais c’est ce qui a permis au jeu de rôle de connaître un rebond dans le très concurrentiel secteur des loisirs.
      Et oui, un jour un financement se passera très mal et les souscripteurs perdront leur mise, aux souscripteurs que nous sommes d’être vigilants et d’accorder notre confiance aux éditeurs qui en sont dignes. Certains éditeurs s’y sont déjà brûlé les ailes d’ailleurs.

       
      Répondre
      • 25 juin 2018 à 23:02
        Permalink

        Assez d’accord avec les deux derniers paragraphes mais pas du tout avec le premier.
        Il y a une tétrachiée de bons jeux qui sortent en français sans foulancement.
        Si tu prends LG, c’est quasiment un jeu par mois lancé sur Chibi dont l’excellent Coureur d’Orages d’Islayre d’Argolh. On peut aussi citer Snorri avec ses donjonneries et la gamme du Dodécaèdre, Thomas Munier avec la foule de choses de qualité très originale et souvent gratuites, Johan Scipion avec Sombre, les créations d’Yno ou même les jeux de Romaric Briand. Bref, je n’ai pas vraiment l’impression que sans foulancement, l’offre de jeu en français serait risible.
        On peut encore faire du JdR de qualité sans proposer au lecteur / joueur / consommateur d’attendre trois ans sa sacoche en peau de shoggoth ou de patienter cinq ans en attendant le supplément indispensable.

         
        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *