[L’été des éditeurs] Interview de Johan Scipion

Cette année, avant de partir en vacances, nous avons eu l’idée d’interviewer tous les éditeurs de jeu de rôle en France. Les professionnels, comme les auto-éditeurs. Cette rubrique estivale, intitulée « L’été des éditeurs », proposera 3 interviews par jour.

Cette idée n’aurait jamais pu se concrétiser sans la participation de chacun, c’est pourquoi toute la rédaction du Fix remercie Johan Scipion pour avoir pris le temps de répondre à nos questions.

Bonne lecture, bonnes vacances et surtout : bon jeu !

1. C’est l’heure des vacances ! Estimes-tu qu’elles arrivent à point au regard de ton actualité des mois passés ?

Oui, j’avoue qu’une pause est la bienvenue. J’en suis là tous les ans à la même période, mais cette année j’ai particulièrement besoin de souffler. Le premier semestre, surtout son deuxième trimestre, fut rude. J’ai turbiné comme un taré sur l’écriture, la correction, le bouclage, la promotion et la diffusion de Sombre 8, mon numéro spécial slasher (dont je suis au passage hyper content, cela valait carrément le coup de m’échiner dessus). Puis j’ai enchaîné avec une looongue tournée de conventions et d’animations. Huit en deux mois sur mai et juin, une petite quinzaine depuis le début de l’année. Chuis sur les rotules, là. ^^

2. Du coup, tu mets la clef sous la porte pendant deux mois ou tu profites de la torpeur estivale pour mettre un bon coup de collier ?

Je bosse. Indépendance oblige, je ne peux pas me permettre de prendre des vacances. Si j’arrêtais de travailler sur Sombre deux ou trois semaines, il n’y aurait personne pour prendre le relais. J’accumulerais un retard colossal, ce que je ne peux pas me permettre. Donc là, je suis en pleine préparation des mes playtests estivaux. En parallèle, j’écris mon numéro d’automne, Sombre HS3. Et je vais te dire, j’apprécie grâââve. J’ai tellement enquillé de démos ces derniers mois que je suis très heureux de pourvoir me consacrer de nouveau sérieusement à l’écriture. Cela me manquait beaucoup. Je n’arrête évidemment pas d’écrire entre les conventions, mais quand elles s’enchaînent, cela fractionne le boulot. J’ai à peine le temps de me mettre la tête dans un texte que je dois déjà refaire mes sacs pour le prochain event. Là, je sais que j’ai deux mois devant moi, tranquille à ma table (avec mes potes playtesteurs) et à mon clavier (avec les doigts nus de mes mains nues). Franchement, c’est cool.

3. On te retrouvera à la rentrée de septembre avec quelle actualité ?

En octobre plutôt. Comme à mon habitude, je profiterai d’Halloween, qui est comme le petit Noël des fans d’horreur, pour publier mon deuxième numéro de l’année, Sombre HS3 donc. Comme j’ai encore les mains dans le cambouis, il est un peu tôt pour évoquer son sommaire, mais je ferai tourner de l’info au Fix dès que j’y verrai plus clair (ce qui, pour l’auteur de Sombre, est un peu le comble). Allez, un petit teaser tout de même : il se pourrait qu’il y ait encore de l’Indian Lake dans ce numéro.

4. Aurais-tu un jeu à conseiller à nos lecteurs pour les vacances ?

Sombre bien sûr. Idéal pour les parties d’été entre potes, en famille ou en amoureux (ouais, il existe désormais un scénario solo officiel pour Sombre), qu’il s’agisse d’initier au jeu de rôle ou se faire plaisir entre vieux routards. Pour coller au thème estival, je recommande particulièrement Sombre 8 et son summer camp horrifique. Que dirais-tu, Vincent, d’un slasher à la Vendredi 13 dans un camp de vacances, au bord d’un lac, en pleine forêt ? Entre deux bières, un paquet de chips et une pétanque, une série de meurtres à l’arme blanche le fait carrément bien, moi je dis. Plage, soleil et geysers d’hémoglobine, la trilogie de l’été.

Plus d’infos ici : terresetranges.net

Une pensée sur “[L’été des éditeurs] Interview de Johan Scipion

  • 21 juillet 2018 à 19:03
    Permalink

    J’ai rencontré Johan à Paris est Ludique. C’est une personne entière, enjouée et passionnée. J’ai eu “l’horreur” d’être Initié à son jeu – Sombre. Nous nous sommes franchement bien éclatés , tout comme nos personnages ** Attention spoileur** eux par conte pour de vrai… par des loups-garous… alors que nous devions simplement rencontrer des soldats allemands… CQFD!!!
    Ne soutenez pas Yohan parce qu’il vit de son œuvre seulement :-), mais car son jeu Sombre est excellent! Le jeu peut être court, partie one-shot, ou il peut être jouer en campagne.
    Sombre se joue dans toutes les époques, dans tous les univers. C’est top!
    J’ai été séduit, J’ai acheté; Et je recommande chaudement!

     
    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *