Nés sous le signe de l’hexagone

Si on en croit la vivacité des éditeurs et des différents projets, c’est plus ou moins ce qu’on fait de mieux en ce moment, non ? En tout cas, Claire et Sébastien, les deux auteurs de Archipélia, ne dépareillent pas dans cette ambiance effervescente. Ils nous proposent actuellement sur Game On Tabletop de souscrire à l’édition de leur dernière création, un singulier jeu de pirates. Interview.

 

1. Donc, vous proposez un tout nouveau jeu de pirates pile au moment où Pavillon Noir 2 voit enfin le bout du tunnel. (…) Je vois : on aime la provoc’, hein ?

Sébastien : Pour le côté provocateur, j’ai un peu de sang troll dans les veines par ma grand-mère et elle t’aurait dit : « Un abordage ça se lance quand le bateau à piller est en face de soi. Sinon c’est de la navigation en eau douce… » Mais là il n’est pas question de pillage. C’est un hasard que nos jeux sortent à peu de temps d’intervalle.

Claire : Pavillon noir représente le côté réaliste de la piraterie, Archipélia c’est un jeu fantastique « avec des dragons ». Je pense que nous ne nous adressons pas au même public.

2. Des hexagones, des cartes, « les joueurs peuvent faire ce qui leur chante », etc. J’ai tout de suite pensé à Oltréé, en fait. J’ai eu tort ?

Sébastien : Archipélia est beaucoup moins dans l’improvisation que l’est Oltréé. On peut parfois être plus proche d’un jeu motorisé par le système Apocalypse et bien que ce ne soit pas ça non plus. Si nous avons écrit notre propre jeu c’est aussi parce que ces autres jeux n’étaient pas ce que nous recherchions.

Claire : Les jeux des éditions John Doe sont toutefois toujours intéressants parce qu’ils sont innovants.

3. Depuis que j’officie dans le Fix, j’en ai vu passer des systèmes de jeu : avec des dés, des cartes, des jetons, des mikados, etc. Là, si j’ai bien compris, on joue avec des hexagones. Gnééé ?

Claire : Tu oublies les jeux qui se jouent avec des djengas, des cailloux… On joue avec des cartes hexagonales pour être précis. Ce sont des cartes avec une valeur numérique et des mots sur le recto et sur le verso un bout de carte de marine.

Sébastien : L’action se joue avec caractéristique plus une carte pour atteindre la difficulté. Ça c’est un système classique qui doit déjà plus te parler. Mais même si c’est raté, il y a une troisième voie, celle de réussir une victoire a minima, un « j’ai réussi mais » qui entraîne des conséquences. Oui tu as bien volé la bourse du riche marchand, mais les gardes t’ont vu… Par exemple.

Claire : Le verso des cartes permet au conteur de fabriquer ses propres îles ou archipels. Car ce jeu n’est pas fourni avec une carte du monde. Il est vendu avec « des » cartes… Elles se complètent. Mais la distance entre deux lieux et parfois différentes selon les marins et la route empruntée.

4. Des hommes-poissons, des hommes-goélands, des crocodiles humanoïdes, etc. Selon vous, ça apporte quoi tout cette ménagerie à un univers de pirates plus classique ?

Sébastien : Ça apporte un dépaysement, nous en avions assez de ces mondes de fantasy où l’on retrouve toujours les mêmes trios : humains, nains, elfes… Nous avions envie de pousser les conteurs à imaginer d’autres voies possibles. D’autres univers.

Claire : Ça apporte des situations de jeux très intéressantes. Ça force les vieux rôlistes à sortir de leur train-train, Sébastien le sait bien, il en est un, et cela apporte des horizons nouveaux aux nouvelles recrues.

5. Vous vous lancez directement par crowdfunding. Vous n’aimez pas les éditeurs ?

Sébastien : je n’ai rien contre les corsaires, mais je suis un pirate. J’ai besoin de liberté et puis le lancement c’est fait il y a cinq ans environ quand nous avons commencé à le faire jouer dans toutes les conventions pas trop loin de chez nous. Ces années ont servi de play test, de rectification, de réécriture. Elles ont servi à agrandir la communauté archipélienne.

Claire : Et puis on en est pas à notre coup d’essai, nous avons sorti Mystères et pains d’épices en décembre dernier. Un jeu de survie où le joueur interprète un bonhomme de pain d’épices qui veut survivre à Noël. Ou le système de jeu se joue avec des gâteaux et des bonbons… Encore un système différent !

https://www.gameontabletop.com/crowdfunding-119.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *