Ynovation

Vous le reconnaissez ?

Mais si, celui qui jadis nous proposait le burst (jeu court pour campagne one-shot) puis le shooter (contexte bref sans scénarios dédiés). Oui, Yno. Et bien, voilà qu’il remet ça en nous proposant cette fois-ci son premier Serial.

Ouaip, c’est pas clair. On a donc été demandé des explications à l’auteur. Bref, Yno dit tout.

ch1_cover

1. Bon, tu te mets au Serial. OK. T’en avais déjà marre du Shooter ?
Oui mais non. J’aime beaucoup de choses différentes, j’ai envie de faire beaucoup de choses différentes. Ce qui me manque c’est le temps. Donc, quand je peux, quand j’ai l’occasion et un peu de temps, je tente des choses. Là, ça fait quand même déjà presque un an et demi que j’ai lancé mon premier Shooter. Et j’en ai proposé trois. On a vu pire comme lassitude, non ? J’en ai d’ailleurs encore 2 ou 3 autres qui demandent à murir encore un peu, d’être enrichis d’idées pour justifier leurs sorties. Mais je n’aime pas me sentir obligé et, au contraire, j’aime bien expérimenter. Le Shooter répondait au besoin de proposer des contextes de jeu concis sans forcément livrer tout un jeu complet autour (jamais de scénario par exemple). Le Serial répond à un besoin quasi-opposé : le besoin de jouer maintenant, tout de suite, avec un seul joueur sous la main si le cas de figure se présente et, surtout, quand on a peu le temps, du moins pas 4h à disposition (fatigue, agenda trop chargé, joueur qu’on attend pour débuter). Le Serial, c’est donc ça, un jeu de rôle composé de scénarios courts. Comme je ne veux pas pour autant que ces « épisodes » soient des scénarios légers ou au rabais, j’ai veillé à ce que ça soit consistant avec Channel Fear, ce premier essai de Serial. Ça va d’ailleurs demander quelques épisodes pour bien calibrer la durée de jeu (que je souhaite jouable entre 1h30 et 2h) mais c’est l’idée. Proposer du jeu de rôle traditionnel pour des sessions courtes et intenses.

 

2. Burst, Shooter, Serial… plus ça va et plus tu raccourcis tes formats. T’as pensé au jeu en 140 caractères ?
Ça existe déjà, non ? Disons que je propose des choses en rapport avec mes besoins, mes envies… et mon temps disponible. J’ai deux-trois idées de gros jeux (plus traditionnels donc) mais ça risque d’attendre la retraite ou que j’ai plus d’une heure quotidienne pour m’y mettre (comme la plupart des auteurs du milieu, je fais ça sur mon temps libre). J’ai d’autres idées de formats, un ou deux trucs qui n’ont jamais été fait à ma connaissance et qui m’excitent, que j’ai envie d’expérimenter et de proposer mais je ne peux pas tout faire en même temps. Je suis assez maniaque, j’essaie de produire chaque projet à fond et au mieux, mais aussi de prendre le temps parfois pour laisser reposer un projet le temps de trouver le truc qui lui manque pour qu’il me satisfasse à 100%.

 

3. Aaaah, je t’ai percé à jour : en fait, t’as pas réussi à lier tes scénarios entre eux de façon cohérente pour en faire une vraie campagne. Avoue !
C’est toujours possible, mais ici ce n’est pas le but. Au contraire, l’idée avec le Serial (et donc Channel Fear), c’est que si le pitch de l’épisode te séduit, tu puisses prendre l’épisode 3 sans avoir lu ou joué le 1 et le 2. Que tu puisses y jouer n’importe quand, et avec n’importe qui, que tu n’aies pas à attendre les 4 joueurs de ta campagne justement. Et, qu’au contraire, tu puisses jouer à Channel Fear en attendant le quatrième joueur qui aura 2h de retard ce soir pour votre campagne en cours… Tous les scénarios sont indépendants et chaque épisode contient tout ce qu’il faut pour jouer (présentation du concept, bande originale, système de jeu, feuille de perso vierge et mêmes des prétirés). L’idée c’est aussi qu’ainsi les meneurs peuvent tourner : le meneur de l’épisode 1 peut être joueur à l’épisode 2 et ainsi de suite. Y’a pas de grands secrets, pas d’éléments contextuels à connaitre en dehors de l’épisode du jour. Et vu qu c’est court, c’est peu contraignant pour s’approprier le scénario et le modifier à l’envie.

 

chs01e01

 

4. Le premier Serial, c’est donc Channel Fear. Ca m’a bien l’air d’être encore un truc glauque à la Yno. Moi, j’aime que les comédies romantiques. Ça peut me plaire quand même ?
Le Yno, il a aussi fait les 13 Reliques où l’on jouait des gobelins bibliothécaires, Les Terres Perdues pour Adventure Party dans une mouvance aventure-écolo-animiste à la Ghibli, du scénario ensoleillé pour Ryuutama; il a même écrit Presque Minuit, un premier roman d’aventure steampunk pour les enfants/jeunes ados. On retient ce qu’on veut bien retenir mon cher Fixer ! Ouais, bon, j’avoue, dans Southern Gothic, le premier épisode de Channel Fear, y’a des chiens qui se font massacrer et une histoire de fœtus peu ragoutante. Mais comme dit au-dessus, les épisodes seront de style et de genre variés tout en restant dans une mouvance contemporaine-fantastique. J’ai même prévu de faire appel à quelques camarades pour scénariser ponctuellement des épisodes, ce qui devrait encore ouvrir l’approche. Bon par contre, non, si tu aimes les comédies romantiques, non (ceci dit, (500) Jours Ensemble de Marc Webb, c’est cool).

 

5. Bof, le PDF, je calcule pas. Je peux attendre une sortie en papier ou c’est mort ?
Pour l’instant, les épisodes en papier, c’est non. Pas parce que je ne peux pas mais parce que je ne veux pas car j’estime que ce serait une petite escroquerie pour toi (et après tu m’en voudras et tu ne viendras plus regarder ce que j’ai en rayon). Le PDF est bien complet (une quarantaine de pages) et pas cher (moins de 3€) mais le vendre au format papier donnerait un prix dans les 6,5€. Alors autant je ne doute pas que ce prix ne te dérange pas la première fois, autant je pense que tu feras un peu plus la tête lors de l’achat des épisodes suivants, au même prix, pour des scénarios durant 2h maximum, où tu rachètes les règles à chaque fois (vu que l’idée, c’est que tu puisses jouer avec n’importe quel épisode sans avoir à aller chercher le reste, y’a tout à chaque fois : présentation, règles, feuilles de perso)… et vendre des scénarios de 10 pages au format papier, c’est impossible à produire à l’heure actuelle. En PDF, pour 2,6€ et un scénario court mais dense, là, par contre, je trouve que ça se tente et se justifie. Du moins, c’est ce que je veux tenter. Avec toi si tu es d’accord pour faire l’expérience.
Donc si tu détestes le PDF et que tu tiens absolument à Channel Fear en papier, ma réflexion actuelle, c’est de te proposer un recueil papier à la fin de la saison… mais le tout est conditionné par le fait de parvenir à constituer la-dite saison (pour l’instant, je me fixe 10 épisodes pour en former une) et comme j’écris au gré du temps disponible et de l’inspiration, il va falloir s’armer de patience. Si on part de l’idée que dans le meilleur des cas, un épisode sortira par mois, il faudra une petite année pour une possible sortie de la compilation papier. En tout cas, c’est l’idée à l’heure actuelle.
6. Et la suite, c’est quoi ? Un autre Serial ? Une saison 2 de Channel Fear ? Un Shooter ? Un nouveau concept fumé ? Allez, dis-moi, quoi.
La suite, c’est… l’épisode 2 de Channel Fear. Et ensuite, l’épisode 3… etc. Comme dit plus haut, j’ai pas mal d’idées, de projets mais mon objectif actuel, c’est déjà les premiers épisodes de Channel Fear. En parallèle, je dois relire deux manuscrits romanesques qui trainent sur mon disque dur depuis trop longtemps pour démarcher certaines Puissances Supérieures ; j’aimerai reprendre la campagne Black Trinity qui était parue dans une précédente version de Casus Belli pour la proposer dans le cadre de Channel Fear (peut-être à l’occasion d’un hors-série) car je pense que le format s’y prête et qu’on me l’a demandée… et j’aimerai bien aussi écrire autre chose que du contemporain-fantastique, histoire de varier les plaisirs. Le Space opéra rétro de Outer Space m’a fait un bien fou, c’était très libérateur d’écrire dans un genre décomplexé, où l’on a peu de cadre à respecter et où on peut partir dans tous les sens ; j’aimerai beaucoup replonger dans un contexte similaire, et tenter ce type d’approches dans d’autres genres.

Les épisodes de Channel Fear sont disponibles en PDF pour 2,6€ (oui, vous avez bien lu).
Chez Lulu : bit.ly/misterfr
Chez Black Book/Casus Belli : http://www.black-book-editions.fr/pdf.php
Pour suivre tout ça, vous pouvez checker ici :
– le site Mister Frankenstein : www.misterfrankenstein.com
– la page Facebook : https://www.facebook.com/MisterFrankenstein

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *