Khelren, dominant player

On avait déjà été bien gentils de vous informer du nouveau foulancement mené par Studio Absinthe pour l’édition complète de Dominion. ‘fallait pas abuser. Du coup, Khelren a eu la joie de recevoir notre fameux intervieweur pour quelques questions.

 

  1. Ah, une adaptation en JdR du jeu de plateau à succès : cool !

Non, en fait c’est une adaptation d’un jeu vidéo sorti en 1998 (https://en.wikipedia.org/wiki/Dominion:_Storm_Over_Gift₃) et de son spin-off (https://en.wikipedia.org/wiki/Dominions:_Priests,_Prophets_and_Pretenders). Tout ça basé sur un très vieux jeu néo-zélandais (https://collections.tepapa.govt.nz/object/1260853). Un projet carrément ambitieux : on va relier les univers de League of Legends (http://leagueoflegends.wikia.com/wiki/Dominion) et d’Elder Scrolls (https://www.wattpad.com/story/38961789-the-elder-scrolls-dominion-book-1-legionnaire) ! T’y crois ça ? Là, c’est sûr, on ne peut que cartonner.

Ou alors tout ça ce ne sont que des homonymies issue du terme dominion (https://fr.wiktionary.org/wiki/dominion#fro)…

Bon sang, pour le savoir, il n’y a qu’un seul moyen : devenir souscripteur de la campagne de financement participatif (https://fr.ulule.com/dominion/)…

  1. Ah mince… Dis donc, tu ne vas pas nous faire le syndrome du gars qui fait un tube par hasard et se croit obligé de nous ressortir tous ses vieux morceaux en version remixée, si ?

Dominion : Jeux de pouvoir et Maisons nobles était sorti début 2016 sur mon Tipeee (https://fr.tipeee.com/khelren) et ne faisait alors que 54 pages, plus les aides de jeu, pour 4€. C’était une petite expérimentation, un proof of concept, en quelque sorte. L’idée était bonne mais je n’avais pas eu les moyens de le développer suffisamment pour que ça soit vraiment jouable, à moins de s’y connaître en jeux propulsés par l’Apocalypse et de savoir à quoi une partie doit ressembler. Bref, c’était trop succinct.

Le truc, c’est que forcément, tu ne fais pas le même jeu pour 200€ et une vingtaine de soutiens, et pour 5000€ et plusieurs centaines. L’ambition n’est pas la même. Pour reprendre ta métaphore, disons que j’avais fait une piste de démo qui avait plu et maintenant on produit l’album, coco.

  1. Hum, pas évident d’obtenir les droits de Dune à ce que je vois, hein ?

Honnêtement, je n’ai même pas cherché à les obtenir et si on me les offrait, là maintenant, comme ça gratuitement, je ne pense pas que je les prendrai. Alors, note bien, je ne crois pas à la malédiction des jeux de rôle Dune par le passé. Mais disons que je l’ai fait l’adaptation en jeu de rôle d’une licence (avec Tschaï : une planète d’aventure). Et je préfère toujours pouvoir créer mon propre univers et surtout fournir les outils pour permettre aux joueurs de créer le leur, sans avoir à respecter fidèlement des choses pré-existantes. Il y a une liberté qui est pour moi intrinsèque à une partie de jeu de rôle que tu ne peux pas vraiment te permettre dans le cadre d’un univers figé.

  1. Donc, c’est un jeu « Propulsé par l’Apocalypse ». (…) Comme The Sprawl. (…) Tu sais qu’il existe d’autres systèmes de jeu ou bien ?

Oui et comme Berlin XVIII. Comme Tschaï. Et comme Godsend. Les jeux propulsés par l’Apocalypse, je commence à avoir une petite expertise dessus. Mais c’est un gros atout pour proposer un jeu de qualité. Comme c’est une fabuleuse boite à outils qui permet pas mal d’innovation, tu peux concevoir un nouveau PbtA sans pour autant avoir fait le tour de ce système.

Ensuite, en tant que joueur, ils correspondent pas mal à un style de jeu que j’apprécie beaucoup. Je suis un peu moins à l’aise sur les « jeux narratifs » (storygames). Au contraire, les PbtA sont relativement traditionnels, avec une répartition classique des rôles et du pouvoir sur la narration (le MJ qui gère le monde et les PNJ, les PJ qui jouent leur perso), mais avec pas mal de bonnes pratiques et des outils pour le MJ très utiles, et une philosophie qui engendre une expérience de jeu où les joueurs sont plus actifs et davantage impliqués dans l’histoire, je trouve.

  1. Dans le foulancement en cours, tu proposes la diffusion d’un kit de découverte du jeu… s’il y a au moins 250 souscripteurs. Ahem. Tu veux un cours de marketing ?

Le « kit de découverte », c’est un scénario bonus en gros, avec tout ce qu’il faut pour proposer une partie en convention ou sur le pouce : des pré-tirés, une Maison, une intrigue. Si tu as une meilleure dénomination pour ce « kit de découverte », je suis preneur ! Ça sera clairement le premier document sur lequel je travaillerais et ce qui serait fourni comme document de playtest pour cette v2.

Point important, dès que tu soutiens, tu as accès à la première édition de Dominion : Jeux de pouvoir et Maisons nobles, celle que j’avais publiée sur mon Tipeee, qui pour le coup tient bien plus lieu de document pour découvrir le jeu et entrapercevoir à quoi il va ressembler dans la version finale. Découvrir sur quoi je me fonde. Parce qu’il va forcément y avoir un gros travail de refonte.

  1. Toujours dans les paliers WTF, tu proposes un étonnant « c’est 5 euros pour les pauvres ». Cela veut dire que les autres souscripteurs vont payer plus pour que tu sois à l’équilibre ?

Non, bien évidemment, tu me connais : les autres paient normalement. L’offre discount pour ceux qui n’ont pas les moyens de payer 15€ pour un jeu de rôle, c’est un geste que tu commences à voir apparaître dans les foulancements anglophones et que j’ai déjà mis en place sur mon Tipeee. Le but, c’est que des soutiens qui n’auraient pas contribué parce que c’est hors de leur budget, soutiennent malgré tout. L’idée, c’est aussi de faire venir au jeu de rôle des gens qui autrement n’auraient pas franchi le pas. Et chaque contribution compte et permet au projet de se réaliser.

Tout ça, c’est un moyen de remettre un peu d’éthique dans les foulancements qui deviennent de plus en plus chers, je trouve. Pour cent briques, t’as plus rien ! Tout comme proposer des tarifs décents aux auteurs : ça fait partie des choses qui me tiennent à cœur.

  1. Oh bah dis donc, quelle surprise ! On découvre le nom de Macbesse dans les contributeurs aux paliers supplémentaires. Tu connais les ravages de l’endogamie, n’est-ce pas ?

T’es jaloux que je te le pique, avoue !

Macbesse avait fait un super boulot sur The Sprawl. Faut pas se leurrer : c’est mon sparring partner habituel. Mais c’est justifié : c’est un bon dans notre milieu. On se croise souvent. Sur Berlin XVIII, il va me forcer à revoir ma copie là où c’est pas assez bon. Je vais éditer la seconde édition de Magistrats et Manigances (dont un des coauteurs, Romain d’Huissier, fait lui aussi partie de la Di6dent connection et a été présent sur The Sprawl). Et tu oublies de mentionner que Gwenaël Houarno est aussi présent et qu’il faisait aussi partie de l’équipe de The Sprawl.

Mais heureusement il y a de nouveaux membres qui ne font pas partie du clan et qui vont apporter du sang neuf : on a Claudia Cangini et Maeva Wéry aux illustrations, et pour l’instant Guylène Le Mignot et Manuel Bedouet pour des stretch goals.

  1. Bon allez, j’ai été super gentil, t’as vu ? Tu peux filer un scoop sur les prochains paliers en échange ?

Ouais, tu deviens tendre avec l’âge, c’est terrible. OK, OK, si tu me fais des yeux larmoyants, tu sais que je peux pas résister.

Dans les paliers à venir, si le financement continue sur cette bonne lancée, il va y avoir deux hacks qui viennent élargir le propos du jeu et modifier les mécaniques : l’un permettra de jouer des pirates de l’espace, un peu à la Albator. Au lieu d’être à la tête d’une Maison noble, tu seras donc à la tête d’un vaisseau spatial. Et l’autre, viendra médiévaliser Dominion : Jeux de pouvoir et Maisons nobles pour se retrouver dans une ambiance plus proche d’un Game of Thrones. Si tu vois ce qui a été fait dans le supplément Métapole pour The Sprawl avec les différents contextes de jeu qui ont permis d’enrichir grandement le jeu de base, hé bien, c’est dans le même genre.

https://fr.ulule.com/dominion/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *