LETO se resserre (2)

Non, non, ne croyez pas ça : avec nous, ce n’est pas tout pour la vanne. Après avoir fait son fou-fou dans tous les sens, Les Editions du Troisième Œil veulent vraiment resserrer leur activité éditoriale sur quelques projets. Du coup, pour la énième fois, cela met le souk dans notre planning (soupir). On a donc préféré se dépêcher d’aller serrer Laurent Rambour dans un coin pour qu’il nous explique tout en détail. C’est en deux parties car le bonhomme a beaucoup de choses sur la conscience.

(2ème partie)

7. Dans Valerian, vous partez de 0 avec un système original, une encyclopédie de l’univers, un corpus de scénarios inédits, etc. C’est un gros travail. On ne t’a jamais prévenu que tu pouvais foulancer des reboots de vieux jeux à la place ?

Les reboot de vieilleries, je me suis penché dessus ; j’ai 6 femmes et 2 gosses à nourrir (Total Recall). Mais si c’est pour rééditer une copie carbone sans rien apporter de plus, ça ne représente strictement aucun intérêt pour moi (Cf Trauma). Si j’étais plus pro et moins passionné (ou juste moins con), je ne me poserais sans doute pas de questions. Encore que l’on pourrait à juste titre m’accuser d’être de mauvaise foi puisque j’édite Feng Shui 2… Mais ses contre-performances commerciales lors du CF ne couvrant pas ses coûts, pour le coup, c’est plutôt un contre-exemple.

En réalité, spécifiquement sur le projet Valérian, le process créatif est plutôt plaisant. Cela demande une charge de travail considérable, évidemment, mais ce n’est pas le plus compliqué dans le décodage d’une licence. Ce qui est difficile et chronophage, c’est quand tu as une œuvre truffée de trous et d’incohérences et que tu ne sais pas comment te démerder pour relier tout ça, pour émuler fidèlement l’esprit de l’œuvre, d’autant qu’il faut toucher le moins possible aux éléments canoniques. Or, avec Valérian, l’univers est tellement riche, intéressant et flexible (les voyages spatio-temporels t’autorisent bien des pirouettes) que c’est avec une certaine simplicité que le développement se déroule. J’ai à mon actif de longs brainstormings sur de précédents travaux (projets avortés) inspirés ou tirés de comics ou mangas, alors quand j’ai abordé le système de Valérian, j’avais une pelletée d’idées potentiellement adaptables. En me ré imprégnant des spécificités de l’univers de Valérian, j’ai naturellement trié ces concepts et je les ai présentés à l’équipe. Moyennant quelques réglages pour répondre aux retours, le corpus de base a prend forme assez rapidement. Bien sûr il reste du travail et des tests, mais on sait où l’on va d’un pas bien assuré. Partant de là, le reste n’est que de la saisie de signes, ou presque. Pour la présentation du CF, on aura un projet solide et avancé aussi bien sur la forme que le fond.

Pour la rédaction des textes, j’ai demandé à Vincent Lelavechef de m’assister, voire de me remplacer sur l’essentiel de cette mission. Je lui fournis les éléments extraits des BD classés par catégories, et lui se charge de les décrire proprement en bon français. Vincent a une imagination fertile, il ne fait pas un job de « nègre » (pardon pour l’expression), mais apporte de bonnes choses à la volée, j’en prends pour preuve le travail qu’il a effectué sur les prochains suppléments One%. Je crois que c’est la meilleure formule pour le jeu et respecter les délais.

Concernant les scénarios, là aussi c’est assez simple : avant le CF, je demanderai à chacun des scénaristes de me présenter un pitch, différent pour chacun des modules afin de couvrir plusieurs facettes de la BD, avec un plan générique à appliquer, plan que j’aurai pris soin d’élaborer préalablement en équipe pour que tout le monde se sente à l’aise pour travailler. Parallèlement, j’aurai aussi décortiqué les premiers albums et avancé sur la base de données, ce qui devrait bien les aider. J’ai pris soin de ne retenir que des collaborateurs aguerris fans de la BD. Il n’y aura donc logiquement pas de mauvaises surprises sur ce point. Ces gens sont des rédacteurs confirmés qui connaissent leur boulot et les spécificités d’un scénario de JdR.

Pour résumer : oui, c’est un gros travail. Mais tout ne repose heureusement pas sur moi pour le lancement, même si je dirige le chantier. Sur l’aspect graphique, Josselin Grange est en charge de tout. Là encore le travail est largement simplifié puisque l’on dispose de chacune des illustrations des albums publiés. Josselin est un bosseur qui sait les contraintes de travailler pour une licence. Je lui confierai également la mise en page, il ira 10 fois plus vite que moi. Mes relectrices sont prêtes à agir le moment venu.

En déléguant intelligemment la charge de travail à des gens fiables, au final, même ce gros chantier de création française est gérable (oui lecteur, je sais : sur le papier). Je garde néanmoins en tête mes déboires sur de précédents projets pour rester vigilant et essayer d’anticiper. La majorité des joueurs qui suivent mes productions savent que même s’il y a un problème (et généralement il y en a plusieurs), je ne compte pas mes heures ni mes efforts pour trouver une solution. Simplement sur Valérian, le temps m’est contractuellement compté : publication fin 2019 (si le CF réussi). Voilà pourquoi je libère le planning et mise beaucoup sur ce jeu. Mais si cela ne fonctionne pas, je n’aurai pas de regrets, car j’aurai donné le maximum. Il sera alors temps d’en tirer les conclusions et de passer à autre chose.

8. À propos de foulancement, tu as embarqué la caisse de Kabbale pour payer l’avance de la licence Valerian, c’est ça ? Bien joué !

Ah ah, alors c’est ce qui se raconte dans les milieux autorisés si bien renseignés ? Remarque, j’ai même lu sur FB qu’une « chroniqueuse » en savait plus que moi sur la version anglaise de ONE%, plus rien ne devrait m’étonner j’imagine.

Bref, pour l’instant, le contrat est en révision pour une raison bien simple et logique : les délais de validation auprès du service juridique étant ce qu’ils sont, l’agence de gestion des droits m’a conseillé de rajouter dès à présent tous les bonus que je souhaitais proposer lors du CF pour ne plus avoir à y revenir en cours d’opération, ceci même si les paliers ne sont pas atteints. Le temps de produire des prototypes de ces bonus fait que je n’ai encore rien réglé. Je pense que je recevrai tout ceci d’ici fin octobre/mi-novembre. À ce moment-là seulement je devrai m’acquitter du MG (minimum garanti), mais j’aurai alors encaissé (ou sur le point de), les premières recettes de Wulin, en espérant qu’il fonctionne suffisamment. En réinjectant ma part plutôt que de me verser une prime, je n’aurai pas besoin de toucher à la cagnotte de Kabbale. Comme ça tu sais tout. Parfois tu es amené à piocher un peu dans la cagnotte de l’un pour avancer l’autre, puis tu rembourses avec les ventes, mais pour l’instant, c’est inutile. Je ne peux bien évidemment pas rentrer dans les détails, mais Dargaud a été extrêmement bien bienveillant avec moi sur le contrat. C’est une chance que j’apprécie. A l’heure où cet interview sera publié, tout devrait être contractuellement entériné.

9. Certains de tes jeux ont le droit à des nouvelles éditions peu de temps après la sortie de la précédente (Devâstra, Wulin, Cobra). C’est ton côté George Lucas ?

Je dirais plutôt Gérard Majax.

Quand un jeu est épuisé, qu’il y a de la demande et que tes moyens ou compétences évoluent, il me semble logique de faire profiter de tout ceci au jeu et aux joueurs plutôt que de proposer une réimpression à l’identique qui ne reflète pas forcément cette évolution. Ceci dit, ce n’est pas une règle absolue et chaque cas a ses raisons :

Devâstra – Réincarnation date de 2012 (6 ans donc). Le jeu dispose d’une fan base mais fut un échec commercial à sa sortie. Il fut publié en même temps que Bloodlust Metal et malgré tous les efforts pour lui donner une forme sympathique, il n’a rencontré et étendu son public que très tardivement. Il s’est vendu à 350 ou 380 exemplaires de mémoire. Un flop. Je souhaite proposer une troisième et ultime édition (la seconde chez moi en 6 ans) qui puisse offrir un niveau de qualité aussi haut que la nouvelle édition de Wulin (voire plus) et une vraie diffusion. Le jeu est bouclé, avec de nouvelles règles et une campagne. Travailler avec Romain d’Huissier est techniquement très facile. C’est juste l’un des auteurs les plus pros du milieu (avec Laurent Devernay). Je cherche actuellement un maquettiste infographiste qui pourrait retranscrire l’ambiance du jeu. On verra s’il y a un public pour relancer le jeu ou pas, mais un CF qui se plante n’est pas forcément signe d’un mauvais jeu, juste qu’il ne répond pas aux attentes actuelles du public (Oui lecteur, je sens une faille dans cette dernière déclaration, mais comme elle est spontanée, je la conserve en l’état et te laisse en débattre).

Wulin v1 a souffert des vices cachés (je ne vais pas encore revenir sur les détails sinon ce n’est plus une interview, mais une autobiographie). Je n’ai écoulé que 300 copies propres (environ), le reste (700 exemplaires) ayant fini à la benne un an après (voir les photos sur la page PP de Casus Belli. Cette édition était aussi trop confuse et bien trop datée dans son aspect. Le succès honorable du CF de la V2 démontre contre toute attente qu’il y avait bien une attente. Il n’y aura pas de V3, pas chez moi du moins, car j’estime cette édition suffisamment aboutie.

Cobra est épuisé depuis longtemps et la demande est toujours persistante. Quitte à réimprimer, autant revenir sur les défauts de la V1 (édition que beaucoup apprécient, curieusement). Et quitte à refaire le bouquin, autant aller là où je veux pour être satisfait du résultat. Pour ce jeu non plus il n’y aura pas de V3.

10. D’ailleurs, Devâstra 1, Devâstra 2, Devâstra 3… bientôt les spin off ?

Non, rien. Juste du suivi. En fait, je n’en sais rien pour l’instant. On en avait un temps évoqué la possibilité, mais finalement on est tous passés à autre chose. Tu sais, parfois on s’enflamme, on échange des conneries sur FB, et le lendemain tu vois des articles sur le Fix * cheese *. On reste (a priori – notez le mode prudent sur ces affirmations) sur les bases du jeu, c’est amplement suffisant pour développer une gamme riche et de qualité. Ce jeu a le potentiel pour exploser. Je n’ai visiblement pas été capable de relever le défi de façon convaincante en 2012, voyons comment je m’en tire en 2019.

Je suis amoureux de ce jeu depuis sa première édition. Le folklore hindouiste, le Troisième Œil, le kama-sutra, toussa quoi… Plus sérieusement, je suis persuadé du potentiel de Devâstra. Il a juste besoin d’une édition qui transcende le travail de ses auteurs. J’espère le suivre longtemps. Et puis bon, on ne va pas se mentir : avoir Romain d’Huissier au catalogue, c’est quand même classe (ça ne plaira peut-être pas à certains, mais certains n’ont pas le talent de Romain).

11. Mon petit doigt me dit que tu as eu un petit crush sur les nouvelles éditions de Over the edge et de Kult. Tu comptes pécho ?

« Il me faut une belle voiture, c’est pour pécho. Elle te plait ma voiture ? Tu veux faire un tour ? »

Question compliquée…

Alors, oui, j’ai postulé à ces deux jeux depuis longtemps. OTE bien avant le KS de la V3, Atlas m’avait alors conseillé d’attendre. J’ai l’accord de principe, mais j’attends le contrat, car je dois livrer avant Feng Shui 2, du même éditeur. Le problème c’est que la traduction des textes a eu 9 mois de retard et que les plannings de travail de Feng Shui 2 et Wulin se sont télescopés générant une surcharge, sans parler du changement d’entreprise. Du coup, Feng Shui 2 accuse un sérieux retard qui me décrédibilise auprès de la clientèle française, mais aussi de l’éditeur américain. Je suis sur le bouclage depuis la fin des livraisons des pledges Wulin, ça avance, mais j’ai peur qu’il ne soit trop tard pour négocier autre chose chez Atlas Games. C’est rageant, car j’ai décliné I Am Zombie pour m’occuper de Over The Edge 3. On verra.

Pour Kult, j’avais postulé depuis le KS, j’ai eu une réponse il y a quelques jours m’avertissant que ma candidature était retenue, mais « qu’on laissait courir jusqu’en novembre pour choisir le meilleur partenaire possible ». Traduction : « on attend de vois si quelqu’un pose plus de billets sur la table que toi ». Pas vraiment un exercice où j’excelle. Je suis bien meilleur pour les empocher.

Le problème pour Kult, c’est qu’ils ont mis tellement de temps à répondre que je suis passé à autre chose. J’ai maintenant Kabbale dans ce trip et Valérian, qui n’a rien à voir, mais qui siphonnera une part importante de mes ressources.

Pour ces raisons, je ne suis pas certain de vouloir vraiment finaliser le deal. C’est dommage, mais j’ai déjà de beaux projets en main. Sauf si je peux déléguer…

Et puis pour être honnête, d’une manière générale, je préfère investir dans l’exportation de mes jeux plutôt que faire de la traduction. Il y a des touches sur ONE% avec un ou deux gros éditeurs étrangers (et déjà pour Kabbale). Mais les deals sont longs et incertains à négocier.

12. Eh, tant que je te tiens, tu peux m’aider à rectifier le planning du Fix ? J’ai justement mon crayon rouge sous la main.

Plutôt que d’énoncer ce qui ne sera plus, je préfère énoncer ce qu’il restera :

ONE% : 4 suppléments contextuels sont prévus (3 sont déjà écrits et vont passer en mise en page) : Un guide du biker : Boston, Un guide du biker : Scandinavie, Un guide du biker : Moscou), et enfin le dernier (en chantier) : Un guide du biker : Tortilla border (Mexique) qui clôturera la gamme fin 2019. Steve Goffaux prépare un recueil de scénarios, From Hell They Came, qui s’insèrera entre deux suppléments. Gamme fermée. Un jeu de cartes évolutif One%, signé Steve « Magic » Goffaux, est en cours d’édition. Il sera présenté en 2019 et poursuivra l’exploitation de la franchise.

WULIN : Le supplément Par-delà le voile de soie (un recueil de scénarios horrifiques) sera publié prochainement, puis Moguaï (un bestiaire fantastique) et enfin Les Cendres de l’Empire (une grosse campagne – probablement en 2 tomes) qui clôturera avec brio la gamme (fin 2019/début 2020). Je n’interviens sur le suivi qu’en tant qu’éditeur. Gamme fermée.

KABBALE  : Après le livre de base et la première vague de suppléments courts thématiques, il y aura peut-être une édition « heroic-fantasy » du jeu. Kabbale sera suivi pour une période indéterminée, tant qu’il y aura de la demande. Gamme ouverte.

FENG SHUI 2 : Je termine la mise en page du livre de base (500 pages pour l’instant), on attaque l’écran et j’ai engagé de nouveaux scénaristes pour le supplément Aux portes de l’Outremonde. Gamme fermée.

VALERIAN (si CF réussi…) : Après le livre de base et le premier recueil de scénarios inédits, on serait sur un rythme de deux suppléments par an (dont au moins un recueil de scénarios), sur 4 ans. J’interviens sur le game design, la direction éditoriale et, plus tard, comme scénariste.

DES DE SANG (si CF réussi…) : La quatrième édition du jeu est en chantier. Je ne participe pas au projet autrement qu’en tant qu’éditeur. Je ne peux rien avancer maintenant sur le contenu, à part que le jeu évolue et prend de la consistance. Je pense que je pourrai communiquer fin 2019. Le jeu sera livré complet et ne devrait pas nécessiter de suivi. À voir le moment venu avec Willy Dupont. Je n’interviens qu’en tant qu’éditeur sur cette gamme fermée.

DEVASTRA (si CF réussi…) : La troisième édition, l’écran cartonné et une belle campagne. Selon l’accueil du CF (en 2019), nous aurons une meilleure vue sur ce que proposera cette gamme. Les textes sont déjà bouclés par Romain et prêts à être mis en page. Je n’interviens qu’en tant qu’éditeur sur cette gamme ouverte.

Space Adventure COBRA: La nouvelle édition – l’édition noire – est toujours en chantier, avec un retard lié aux changements entrepreneuriaux, la collision des plannings Wulin/Feng Shui et bien des remaniements. Prendre du recul pour travailler sur Valérian m’a permis d’avancer sur cette nouvelle édition de façon plus satisfaisante. Le livre de base et l’écran sont prévus (avec les dés spéciaux). Un nouveau système de résolution sans table (en réalité le système Valérian adapté à Cobra, avec une poignée de 6d6 spéciaux). Possible que j’engage prochainement un rédacteur pour finir le livre de base… L’édition sera présentée au Japon pour validation. Gamme fermée.

Tout le reste est annulé.

Entre les fins de gamme, les gammes subordonnées au succès d’un CF (donc techniquement non confirmées à l’heure de cette interview), 2019 pourrait être très fournie ; et un an, ça passe vite. 2020 devrait être beaucoup plus posée, avec essentiellement le suivi de Valérian, Kabbale et (je l’espère) Devâstra.

Je garde un autre projet JdR maison pour plus tard. Peut-être avec la participation de Frédéric Leygonie (Trauma), on verra.

(fin)

————————————————————————————————————————-

Pour finir, nous remercions beaucoup Laurent pour le temps pris à répondre avec autant de précisions et en alliant à merveille humour et sérieux à parts égales.

En conclusion, voici, en manière de bonus track, les détails du futur foulancement Valerian :

VALERIAN

  • Le foulancement se déroulera début 2019 sur la plateforme Ulule. La date a été reportée parce que Mr Mézières souhaite qu’une partie des visuels prototypes soit modifiée ; l’éditeur souhaite évidemment le meilleur rendu possible et pour cela, il faut du temps.
  • Le suivi a été rediscuté. Il sera constitué non pas d’un mais de deux suppléments par an, sur quatre ans.
  • Les contreparties :
    • (40€) le livre de base standard numéroté (exclu Ulule) + une partie des bonus,
    • (19€) l’écran de jeu (3 volets cartonnés),
    • (19€) le set de 6d6 spéciaux,
    • (95€) le pack limité (exclu Ulule) Laureline comprenant : le livre de base avec une couverture spéciale + l’écran + les dés + tous les bonus.

  • Les bonus :
    • le premier recueil d’aventures (de 1 à 5 scénarios selon paliers débloqués),
    • la carte spatio-temporelle répertoriant tous les cadres d’aventure (dans l’espace et le temps),
    • les fiches cartonnées de PJ/PNJ,
    • les fiches cartonnées de décors.

https://www.3èmeoeil.fr/

2 pensées sur “LETO se resserre (2)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *