Beyond the Wall, bientôt en français pour de vrai !

Au même titre que City of Mist était prévu chez Arkhane Asylum Publishing pour au final être édité par Barbu inc, Beyond the Wall passe du catalogue de BBE à celui de Shakos. L’actualité rôlistique est tellement riche et mouvementée qu’on pourrait créer une rubrique « people et potin » sur le Fix… Mais rassurez vous, ce n’est pas à l’ordre du jour. Non, car aujourd’hui, l’important, c’est que Beyond the Wall aura droit à sa version française. Et c’est à cette occasion que nous sommes allé poser quelques questions à Shakos, son nouvel éditeur.

Mais… ??! Mais… Beyond the Wall était attendu depuis des années chez Black Book Editions, et voilà que maintenant on parle d’une sortie chez Shakos. Que s’est-il passé ?

Shakos : En premier lieu, je dois avouer que nous ne savions pas que le jeu avait été annoncé chez BBE au moment de la signature de la licence ! En fait, j’ai eu l’occasion de jouer à Beyond the Wall à distance et j’ai eu un véritable coup de cœur (j’en profite pour passer un petit coucou à Enas notre MJ !). J’ai donc contacté les auteurs qui ont été très enthousiastes dès le début et on a concrétisé ça très rapidement.

Au dernier FIJ, Shakos a pu présenter ses dernières productions en JdS et livre jeux. Dans une itw à l’occasion de la sortie de la première série des Choose Cthulhu vf, tu nous disais que l’idée d’un JdR te chatouillait de plus en plus. Le pas est franchi mais pourquoi ?

Shakos : Parce que je suis un fan de jeu de rôle depuis que j’ai découvert la boîte rouge de D&D dans mon adolescence ! À la base, Shakos c’est du jeu de société à thématique historique, mais on s’est mis d’accord avec Denis, mon associé, pour avant tout se faire plaisir. Et là clairement, je me suis fait plaisir !

À l’époque, c’était Julien Dutel qui travaillait sur la version française du jeu. Est-ce toujours le cas ?

Shakos : Non, c’est un autre Julien un peu moins célèbre, moi, qui s’y colle.

D’ailleurs, dans une de nos interviews, il nous disait qu’il ne voyait pas Beyond the Wall sortir sans financement participatif. Est-ce que Shakos prévoit une souscription ?

Oui, c’est prévu. Ce mode de financement est très courant aujourd’hui dans le JdR et vu qu’il s’agit de notre première vraie incursion dans ce monde, on passera effectivement via une souscription. En revanche on souhaite se lancer uniquement lorsque les livres seront traduits.

En VO, Beyond the Wall est une gamme. Qu’en sera-t-il de la version française ?

Shakos : Notre ambition est de traduire la totalité de la gamme. Dans le cadre de la souscription, on compte proposer le livre de base et le supplément Further Afield qui permet de développer le jeu en campagne. Les deux sont à notre avis indispensables pour lancer le jeu.

En dehors de la gamme officielle, le jeu bénéficie également de nombreux modules d’aventures. Seront-ils traduits ? 

Shakos : Oui. À noter qu’en VO, les livrets de personnage et d’aventures supplémentaires sont proposés gratuitement en PDF. Des recueils thématiques existent, regroupant ce contenu dans des ouvrages physiques. Notre idée est d’offrir aussi gratuitement en PDF ce matériel supplémentaire et, si le succès est au rendez-vous, de le proposer sous forme de livres en dur comme en VO.

Est-ce que Shakos à la possibilité de proposer du contenu exclusif pour la VF ?

Shakos : Oui, mais dans un premier temps on va s’attacher à traduire et proposer ce qui existe en VO.

Dans le numéro #15 de Di6dent, Beyond the Wall est présenté comme un mélange de D&D (pour le système de base) et d’Apocalypse World (pour la création du monde et le côté « jouer pour voir ce qu’il va se passer »). Comment définirais-tu Beyond the Wall ?

Shakos : Beyond the Wall s’inscrit dans la mouvance OSR et utilise des mécaniques des premières éditions de D&D remises au goût du jour. Pour les auteurs, Beyond the Wall propose deux choses :

  • Des aventures centrées sur un groupe de jeunes adultes venant du même petit village et qui vont découvrir le monde et ses dangers ensemble.
  • Un jeu qui permet de jouer une session en une soirée sans aucune préparation préalable, que ce soit pour les joueurs et le MJ. Sacré défi me direz-vous, mais, à mon sens, relevé brillamment. En fait, le jeu tourne autour du concept de livrets. Les livrets de personnage vont permettre aux joueurs, via des archétypes (apprentie sorcière, héros du village…) de créer leurs personnages en tirant sur des tables qui vont permettre de définir ses caractéristiques, son histoire et surtout ses liens avec les autres personnages. Même si cela peut sembler restrictif au premier abord (on ne choisit pas), il n’en est rien car il se crée autour de la table une dynamique de création collaborative du groupe et de son environnement (le village et ses PNJ). D’ailleurs les joueurs vont dessiner la carte du village au fur et à mesure de la création des PJ et réellement s’approprier ce qui va devenir LEUR village. Ainsi, en plus de définir les caractéristiques de ses personnages, on construit des historiques cohérents et une histoire commune qui va nous accompagner par la suite, ce qui est très différent de personnages qui ont vécu « dans leur coin » avant de faire connaissance dans une auberge. Pendant ce temps, le MJ dispose lui aussi d’un livret de scénario composé de tables. Certaines tables sont vides et il devra les remplir en piochant dans les idées des joueurs en utilisant les PNJ ou lieux qu’ils vont créer au fur et à mesure des tirages. Imaginons que le scénario tourne autour du raid d’un groupe de gobelins. Le premier événement pourrait être l’enlèvement d’un des habitants du village, et plus spécifiquement d’un des PNJ créé par les joueurs, par exemple le père forgeron du héros du village qui est aussi l’oncle de l’apprentie sorcière. L’impact d’un tel événement devient bien plus important que s’il s’agissait d’un PNJ lambda, et les PJ seront personnellement impliqués dès le départ dans ce qui va se passer renforçant mécaniquement l’immersion.

Grâce au supplément Further Afield (Toujours plus loin), et c’est pour cela qu’on veut le traduire tout de suite, on va sortir du village et développer un troisième aspect, le jeu en campagne. Encore une fois, les joueurs vont prendre une part active au développement de l’histoire en proposant la création de lieux en dehors du village et en inventant des rumeurs qui pourront s’avérer juste ou fausse. Le MJ de son côté se servira des idées des joueurs et aura un livret décrivant la menace qui rôde dans l’ombre et qui va grandir peu à peu au fur et à mesure des aventures des PJ jusqu’à l’affrontement final. Il créera aussi des lieux spécifiques (souvent secrets au début) liés à cette menace et qui viendront enrichir la carte des environs établie par les joueurs.
Personnellement, j’ai été enchanté par la phase de création des personnages, et Geleach, l’apprentie sorcière que je joue, est devenue un de mes personnages de JdR préférés.

Bon Beyond the Wall, c’est du 2013, quel intérêt d’avoir une VF en 2022 ? Qu’apporte le jeu comparé aux productions actuelles ?

Shakos : Il offre pour moi une expérience de création collaborative des personnages et du cadre de campagne unique, le tout saupoudré d’une ambiance celtisante laissant la part belle au monde des fées. La magie aussi est très particulière. Elle est mystérieuse, vue sous le prisme de la superstition (ce qui se ressent dans les livrets des personnages magiciens) et dangereuse ! Il existe en fait trois formes de magies :

  • Les tours de magie, des sorts mineurs aux effets limités, mais que l’on peut lancer indéfiniment tant que l’on réussit son test d’incantation. Gare à l’échec cependant, car les conséquences peuvent être douloureuses.
  • Les sortilèges, plus puissants, et surtout qui ne peuvent pas échouer, mais qu’on possède en nombre limité.
  • Les rituels enfin, des sorts aux effets potentiellement destructeurs mais qui prennent plusieurs heures à incanter. Pour l’anecdote, la boule de feu est un rituel, donc un magicien ne pourra pas les enchaîner dans les couloirs d’un donjon. En revanche, il pourra dévaster une armée entière s’il a le temps d’incanter son rituel.

Enfin, là où dans de nombreux jeux on nous propose énormément de suppléments de contexte, dans Beyond the Wall il n’y en a pas, car on fait appel à l’imagination des joueurs pour qu’ils construisent leur monde. L’immersion dans ce cas en est renforcée, on s’attache à notre village et à ses habitants, et personnellement je trouve ça génial.

À quel MJ s’adresse le jeu ? J’ai l’impression qu’il faut avoir une bonne maîtrise de l’improvisation pour mener à Beyond the Wall ?

Shakos : Déjà le système de jeu est simple et très léger. Cependant, il ne faut pas s’attendre à ce que toutes les situations soient couvertes précisément par les règles. La structure même des livrets de scénarios, où finalement le MJ va découvrir le scénario au fur et à mesure, nécessite de pouvoir s’adapter et improviser. D’un autre côté, chaque livret fournit tous les éléments nécessaires pour guider le MJ grâce aux tables qui décrivent les situations au fur et à mesure. Il reste alors au MJ à jouer les protagonistes de façon cohérente et il n’a pas besoin de passer des heures au préalable pour préparer son scénario.

Malgré tout, on peut jouer aussi de façon classique. Le livre de base permet de créer ses personnages de A à Z sans utiliser les livrets et le MJ peut très bien utiliser un livret de scénario pour développer une intrigue en choisissant dans les tables par exemple.

Shakos c’est donc du JdS, mais aussi des livres-jeux avec la collection Choose Cthulhu, quel est ton bilan de ce lancement de gamme ?

Shakos : Très bon, on est très content de l’accueil et des ventes pour les 2 premiers tomes.

Notre petit doigt nous a dit que la suite des Choose Cthulhu arrivait bientôt. Est-ce confirmé et est-ce que la « troisième vague » est en route ?

Je confirme et il est possible de commander les tomes 3 et 4 à un prix de lancement avec un Necronotebook (carnet de notes) en cadeau ! La suite est prévue et on sortira les ouvrages au fur et à mesure deux par deux.

Est-ce que cela te donne envie de développer le concept à d’autres univers/licences/auteurs ?

Shakos : Rien n’est impossible, mais il nous reste encore du travail pour sortir les 14 tomes de Choose Cthulhu et pour l’instant rien en vue à l’horizon (mais je disais ça il y a un an pour le JdR alors…).

Bon et même s’il y a encore du travail sur la planche allez tu peux nous le dire, maintenant que Shakos s’est lancé il y a quoi d’autres dans les tuyaux JdR  ? (désolé il fallait bien la tenter celle-là)

Rien pour l’instant, on va voir déjà comment se passe cette première expérience dans le JdR et on veut vraiment développer la gamme Beyond the Wall, car je pense sincèrement que ce jeu le mérite.

Et comme on aime insister dans le Fix (avec l’âge on radote), alors si on récapitule : JdS/JdP – check, livre-jeux – check, JdR – check, il manque quoi ? Figurines ? De la créa JdR VF ?

Shakos : Comme dit plus haut, on a envie avec Denis de se faire plaisir. Donc on ne ferme aucune porte. Mais l’actualité de Shakos reste le jeu de société à thématique historique avec la sortie de 3 kickstarter, Napoléon 1815, Border States et Saladin, une précommande en cours de 2 jeux stratégiques très accessibles, Downfall of Empires (Première Guerre mondiale) et Downfall of the Third Reich (Seconde Guerre mondiale), et l’arrivée prochaine d’un jeu sur les guerres de Vendée et d’un autre sur la guerre de succession de Bretagne dans une nouvelle gamme appelée, fort à propos, Histoire de France !

LIENS

2 pensées sur “Beyond the Wall, bientôt en français pour de vrai !

  • 28 avril 2022 à 18:06
    Permalink

    Le Fix, s’il vous plaît, faites une info lors du lancement du financement participatif.

    Répondre
    • 28 avril 2022 à 18:16
      Permalink

      Bien sûr!
      En général, on parle de toutes les souscriptions. Donc pas de soucis, on traitera l’info 😉
      Merci de l’intérêt que vous portez au FIX.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.