Au bûcher ! [chronique Mork Borg : Heretic]

Mork Borg n’est pas génial, et pourtant je l’adore.

Il n’est pas génial parce qu’objectivement, le système ne révolutionne en rien le JdR (contrairement à des jeux comme Apocalypse World ou Abstract Donjon par exemple). Non, ici c’est du D20 + modificateur contre un seuil de difficulté.

Et pourtant, j’adore Mork Borg pour son univers très dark fantasy et sa présentation complétement folle. Tout ça mis bout à bout procure une sensation de « libération des possibles » qui titille votre créativité. Un peu comme pour Lamentation Of the flame Princess a son époque. Le système de jeu n’est pas exceptionnel et pourtant le jeu a inspiré de nombreux auteurs pour écrire (et dessiner) des settings complètement fou et mémorable (Maze of the blue Medusa, Du sang dans le chocolat ou encore Qelong).

Bah pour Mork Borg, c’est pareil. Pour preuve, le jeu bénéficie d’une énorme communauté qui produit beaucoup de contenu pour le jeu (gratuit ou payant : cf. photo à la fin de l’article). Et parfois, ce contenu est sélectionné, validé et compilé dans un vrai supplément. C’est le cas pour Heretic, le supplément qui nous intéresse aujourd’hui.

Dans ce supplément A5 de 66 pages, vous trouverez de quoi enrichir votre table de jeu pour mettre en scène votre fin du monde. Et forcément, qui dit « compilation » dit « il y a un peu de tout dans ce supplément ! » (si si, on dit ça, je vous assure). Alors essayons de structurer un peu tout ça.

Au niveau des règles optionnelles, deux nouvelles classes sont proposées :

  • Sacrilegious Songbird, un barde tourmenté à la voix aussi douce que son âme hurle. Votre Présence jouera sur le moral de votre entourage (en bien ou en mal) et votre talent musical est une magie.
  • Shedding Vicar, un fanatique décharné dont la douleur sera son seul compagnon.
L’illustration du Sacrilegious Songbird

Des nouvelles options de personnages, baptisé Unheroic Feats, vous permettent de personnaliser votre alter ego. Si elles sont au nombre de 36, vous pourrez en choisir 3 maximum pour enrichir vos compétences. Par exemple, choisir Chef de partie, Conteur inspiré et Survivaliste de l’Outback vous permet de créer un personnage de soutien puissant qui améliore votre groupe lorsqu’il établit un camp.

Autre règle optionnelle : l’utilisation des armes à feu. Chapitre d’une seule page intitulé Blackpowder weapons for the rich and foolhardy, vous y trouverez une liste d’armes à feu listant leurs dégâts, leur coût et leur règle spéciale.

Pas vraiment une nouvelle règle, mais ne sachant pas dans quelle catégorie placer ce chapitre, je vais mettre ça là. Seeds of a CVLT est un regroupement de tableaux aléatoires dédiés à la création de cultes (leur croyance, leur leader ou membre important, leur siège social, leurs pratiques et, forcément, leur haine envers quelqu’un ou quelque chose).

Le reste de l’ouvrage est plus savoureux. Vous y retrouverez un mélange d’aventure et d’élément de background pour peupler votre monde.

Graves Left Wanting vous décrit le cimetière de Graven-Tosk. A la fois un lieu et une aventure, ce gros morceau (18 pages en comptant l’illustration en double page) vous présente un cimetière dérangé et dérangeant. Les lieux ne sont jamais au même endroit, les rencontres peuvent y être dangereuses… Mais c’est aussi l’occasion de looter les corps (ne me dénoncez pas, je nierai vous avoir conseillé ça). Cette aventure peut servir de one-shot ou de lieu de renaissance en cas de TPK (qui voulait jouer à Dark Soul RPG ?)

L’autre gros morceau est un scénario sobrement intitulé « Le sépulcre de la sorcière des marais ». Un donjon qui renferme un autel pouvant exaucer tous les vœux. Et comme la fin du monde est proche, le vœu à formuler est un peu tout trouvé. Et puis, on n’a pas grand chose à perdre à tenter sa chance. Non ? NON ?

Quelques petits donjons concluent cette partie aventure.

Pour finir, l’ouvrage vous propose un bestiaire :

  • The Bone Bowyer; un monstre qui kidnappe les enfants pour en faire des arcs (avec leurs os) ou des manteaux.
  • The Borg Bitor; un scolopendre de 2 mètres recherché pour son poison et ses œufs
  • Les infirmières putréfiées; vengeresses, elles peuvent apporter une touche de féminisme dans votre monde.
  • Mikhael, le marchand maudit qui propose des reliques très puissantes, mais qui se payent non pas avec de l’argent, mais avec votre âme (-1 point d’attribut permanent défini selon l’objet convoité). Son étal varie selon la région où il se trouve.

Ce qui est intéressant dans ce supplément, c’est que malgré le fait qu’il soit composé de plusieurs contributions, il y a une impression de cohérence en filigrane. Par exemple, l’une des rumeurs du cimetière est que « Les morts dorment bien à la musique d’un instrument magique » et il y a justement une classe de barde dans l’ouvrage. Ou encore, on apprend dans la description des infirmières putréfiées qu’elles ont été ressuscitées. On pense tout de suite au cimetière de Graven-Tosk décrit quelques pages plus tôt. Ce n’est pas grand chose. Mais en collant quelques éléments de-ci de-là, on peut rapidement avoir quelque chose de très cohérent.

Alors oui, si vous avez aimé Mork Borg, vous allez aimer Heretic. C’est varié, inspirant et je n’ai rien trouvé d’inutile. Généralement, dans les recueils, on sait qu’une partie ne nous concernera pas. Or ici, ce n’est pas le cas. On a envie de tout utiliser.

Et quand on voit tout le contenu « amateur » proposé pour le jeu, on se dit que Mork Borg a encore de beaux jours devant lui :

Photo de famille regroupant toutes les parutions, officiel ou non, pour Mork Borg. Photo publiée sur le twitter officiel du jeu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.