Sous le pavé, le sable [chronique Sable et Poussière pour Dune]

Oui, celui d’Arrakis, la planète désertique qui donne son nom et même son sens à la célèbre saga de SF de Frank Herbert, Dune. Ce beau supplément, Sable et Poussière, au format , solide et classieux, du livre de base (OK, en moins épais quand même !) lui est en effet entièrement consacré. Il est désormais disponible en VF grâce aux bons soins de Arkhane Asylum.

Le tour de force de Dune est finalement de réussir à insérer un planet opera dans un space opera. En effet, du second, elle prend les enjeux cosmiques, les voyages interstellaires, l’empire galactique… Mais, au final, comme dans mon premier, tout tend à se concentrer sur la seule planète Arrakis, intrigues, complots et, bien sûr, richesses tirées de sa célèbre Épice.

Pour le dire autrement, on aurait pu largement imaginer qu’un JdR entier lui soit consacré, comme c’est le cas pour Blue Planet, Aquablue ou encore Tschaï. Aussi, on ne s’étonnera pas de trouver matière à la publication de tout un gros supplément sur ce sujet. Certes, on n’évite pas tout à fait les redondances avec le background présenté dans le livre de base (qui ne pouvait tout de même pas faire l’impasse sur les Fremen, l’Épice ou les vers des sables !) mais cela ne gêne pas à la lecture. Ici, tout est plus développé sans pour autant frôler l’indigestion. Le supplément est en effet d’une taille contenue dans ses 150 pages et ne tombe pas dans la surenchère encyclopédique avec des textes qui restent accessibles et agréables à lire.

A propos d’Arrakis, on se demande d’ailleurs si Modiphius, l’éditeur de la VO, osera s’éloigner de la planète centrale du cycle puisque le seul autre supplément qui existe en VO est la campagne luxueuse en boîte, Agents of Dune qui se déroule pour l’essentiel… oui… sur Arrakis. On attend avec impatience la suite du programme éditorial pour voir s’ils sauront donner une autre dimension à un JdR prétendant exploiter tout le potentiel du cycle de Dune.

Un mot bref sur la forme : si vous avez aimé le livre de base, vous serez également séduit par ce supplément aux illustrations nombreuses et à la mise en page somptueuse, le tout dans des tons ocres pâles à la fois bienvenus pour l’ambiance et le confort de lecture.

 

Comme on pouvait s’y attendre, le supplément ouvre sur un morceau d’infodump assez volumineux. Il faut dire que les sujets ne manquent pas : histoire de la planète, géographie et risques naturels endémiques, vers des sables, Fremen, Épice, enjeux de pouvoir… Tout donne immédiatement envie d’imaginer des aventures sur cette base. Il faut dire que, avec un peu de recul, on se rend compte quand même que tout cela est rudement moins indigeste que la production moyenne des univers imaginaires inventés pour les besoins du JdR. L’univers est franchement inspiré et on sent que son épaisseur dépasse très largement les limites des besoins d’une petite équipe de héros du vendredi soir. Ce côté plus grand que nature contribue beaucoup à l’impression que laisse la présentation du décor d’Arrakis.

De plus, les auteurs n’ont pas perdu de vue qu’ils écrivaient bel et bien un supplément de JdR et pas un art book. Chaque description est donc accompagnée de pistes pour en faire usage dans vos scénarios sous la forme de petites accroches d’intrigues ou de PNJ. Cela ne va pas toujours bien loin (ne vous attendez quand même pas à « une idée de campagne par ligne » !) mais cela reste appréciable et bienvenu.

Le passage consacré aux Fremen est immanquablement suivi d’un chapitre proposant de créer des PJ de ce peuple. Si cela n’avait pas été là, on l’aurait sans doute reproché aux auteurs alors c’est de bonne guerre mais leur intégration dans une campagne de Dune telle que définies par le livre de base semble quand même bien aléatoire.

A ce titre, l’ouvrage comprend aussi un intéressant chapitre sur, justement, la possibilité de mener des campagnes hors-normes, c’est-à-dire qui ne font pas des PJ les éminents serviteurs d’une Maison mineure créée par les bons soins des joueurs. Parmi celles-ci, on remarquera la proposition d’une campagne centrée sur des contrebandiers d’Épice – d’ailleurs soutenue par un script d’environ deux pages de ce qui pourrait être les grands axes d’une telle campagne. L’idée est riche de promesses et pourra séduire ceux qui voyaient un carcan trop restrictif aux Maisons. certes, on perd un peu en dunitude (si, ça existe) puisque cela sent son Han Solo à 10 parsecs à la ronde mais c’est de bonne guerre et, au moins, tout vieux routard du jdR de SF pourra intégrer une telle idée immédiatement  : jouer en charentaises, parfois, c’est agréable aussi.

A noter que si, vous, vous voulez juste poursuivre dans la direction ouverte par le livre de base, c’est possible aussi : l’ouvrage se conclut par un solide scénario qui peut – ou pas – être relié à celui du livre de base dans un début de petite campagne à compléter par vos soins.

Si c’est du crunch qu’il vous faut (attention quand même, le sable, ça crisse sous la dent…), rassurez-vous, il y en a aussi. Chez Modiphius, on sait faire. Des talents suppélmentaires sont ainsi disponibles pour les PJ, notamment pour tout ce qui concerne l’Épice. Vous trouverez surtout des Atouts (le truc universel dans Dune pour tout ce qui peut aider les PJ dans leurs entreprises), notamment sous forme de technologies Fremen (krys, distilles, etc.). On trouve quelques règles pour les furieux qui voudraient chevaucher un ver des sables. Enfin, on a aussi une belle série de profils de PNJ détaillés (ou PJ prétirés selon vos besoins) illustrés qui couvrent à peu près tout ce qu’on peut rencontrer sur Arrakis.

Le seul point faible à nos yeux de ce très chouette supplément est la volonté forcenée des auteurs de nous présenter TOUTES les périodes de la longue et tumultueuse histoire de la planète des sables et, en conformité de l’ambition du livre de base, de les rendre toutes jouables. Ainsi, dans les descriptions de lieux ou de PNJ mais aussi dans les accroches scénaristiques qui les accompagnent, il faut toujours bien prendre en compte la période à laquelle cela fait référence car, selon votre campagne, tout cela peut très bien ne pas exister encore ou ne plus exister du tout. Or, ce n’est pas toujours très clair, ni très intuitif, ni très pratique. Et cela prend, finalement, pas mal de place. Il aurait tout de même été plus raisonnable de limiter la période de jeu à un moment de l’histoire de l’univers.

Cela dit, il n’y a pas matière là à gâcher votre plaisir de poursuivre l’exploration du riche univers de Dune en vous lançant dans ce solide supplément, le premier d’une gamme que l’on espère riche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *