Du JdR à partir de 5 ans ? Même pas peur !

Après avoir déjà incité les plus jeunes d’entre nous à se tourner vers les histoires interactives avec leurs fameuses BD dont vous êtes le héros, l’éditeur de BD, Makaka Editions, s’attaque désormais résolument à la pratique du JdR. Mais jusqu’où iront-ils ainsi dans la corruption de nos jeunes générations, hein ?

L’éditeur s’était déjà très fortement approché de l’objectif en sortant toute une série de BD dont vous êtes le héros à plusieurs joueurs, des jeux dans différents univers (Sherlock Holmes, par exemple) dans lesquels chaque participant incarne un personnage doté de sa propre BD dont vous êtes le héros. Ainsi, chaque joueur pouvait voir des indices différents ou des choix supplémentaires selon les capacités de son PJ.

Cette fois-ci, sans totalement abandonner le format BD, Makaka se lance dans le « vrai » JdR, le classique en tout cas, avec fiche de perso, dés, scénarios et tout et tout. Cela prend la forme de Trouilleville, un jeu sorti directement comme ça, hop, en librairies, sans foulancement ni rien. C’est beau, quand même, le monde de l’édition grand public.

Entièrement signé Johan Troïanowski (textes et donc dessins), le jeu se présente sous la forme d’une BD pas trop velue contenant tout le nécessaire pour faire vivre de sympathiques aventures à des enfants, y compris très jeunes puisque le jeu, comme vous vous en doutiez si vous lisez les titres des articles, est conseillé dès 5 ans. Bien sûr, on parle là de l’âge des joueurs, hein ? Des adultes pour animer la partie et même, idéalement, pour servir de tuteur au sein du groupe de PJ, restent indispensables.

En revanche, avec des enfants plus âgés, les auteurs encouragent ceux-ci à se lancer : les principes du jeu sont expliqués par des planches de BD et les scénarios sont conçus pour être découverts (et lus) au fur et à mesure par les petits MJ. De même, bien que l’on puisse créer ses propres PJ, le livre s’achève par quelques monstres prétirés.

En effet, la proposition de jeu présente quelques similitudes avec le jeu Monstres de chez BBE, au-delà même de leur accointance avec la BD puisque les enfants jouent donc ici également des monstres plutôt gentils mais quand même monstrueux (golems, vampires, sorcières…) puisqu’ils habitent dans un cimetière ou encore collaborent avec la sorcière Baba Yaga.

Le système de jeu est évidemment très simple. Les PJ possèdent trois caractéristiques qui sont évaluées de 1 à 4. Cela indique le nombre de D6 à lancer dans le but de faire le plus possible. Il faut donc quand même maîtriser les règles de l’addition et savoir lire un minimum. En effet, sans être touffues, les règles et les fiches de PJ peuvent aussi s’intéresser à la mana, aux sorts (pour les sorcières), aux points de vie, à l’équipement, à l’expérience… Du JdR classique, quoi.

N’ayant pas pu pour le moment jeter un œil aux scénarios proposés, difficile en l’état de juger de la pertinence de la proposition de Trouilleville mais, d’ores et déjà, on peut se féliciter de l’existence d’un nouveau produit de découverte de notre beau loisir pour les plus jeunes et, qui plus est, disponible en librairies BD et généralistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *