Ironsworn en VF : il fallait le fer !

C’est avec une remarquable constance que 500 Nuances de Geek continue à s’intéresser aux productions Propulsées par l’Apocalypse, parfois bien confidentielles sous nos latitudes mais que, malgré tout, l’éditeur continue d’adapter dans la langue de Guiserix.

Après Medieval Mayhem, Sagas of the Icelanders ou Urban Shadows, 500 NDG se lance cette fois-ci dans Ironsworm. Mais, comme il est de coutume chez cet éditeur, cela se passe immanquablement dans le cadre d’un foulancement un peu bancal qui dissimule, bien sûr, d’autres titres. Ainsi, 500 NDG propose-t-il également dans le cadre de celui-ci, Starforged. (…) Bon, allez, on charrie un peu : Starforged est la déclinaison SF du plus classiquement medfan Ironsworn et il y a donc bel et bien une cohérence à tout cela. Notre interrogation portera plutôt sur la frénésie qui consiste à proposer toujours plus de jeux de niches dans la niche plutôt que d’essayer d’en installer durablement un qui pourrait s’imposer dans la durée plutôt que de disparaître des écrans des rôlistes francophones dans 2D6+ mois mais, ça, c’est un autre débat qui dépasse largement ce foulancement-là.

Non, là, honnêtement, on est plutôt sur du carré. La base du CF est donc composée du livre Ironsworn, un manuel de 296 pages qui présente tout le nécessaire pour découvrir un univers de fantasy d’inspiration nordique dans lequel le ou les PJ ont juré sur le Fer d’effectuer une quête périlleuse.

Oui, le ou les PJ. C’est là la grande particularité du jeu qui pourrait, sans cela, ressembler à un PbtA medfan de plus. Il a été conçu comme un jeu tout-terrain, s’adaptant à toutes les configurations de jeu possibles : classique avec MJ, sans MJ ou même solo.

Cela passe forcément par un jeu assez procédural : il faut donc s’attendre à suivre des règles assez détaillées avec des jauges comme l’Élan, le Progrès dans de nombreux Défis, etc. Comme il se doit, il faudra toujours veiller dans ce genre de jeu à ce que les mécaniques, très présentes, ne prennent pas totalement le pas sur le jeu de rôle lui-même. Le travail du MJ est également remplacé (ou soutenu s’il est finalement présent) par de très nombreuses tables aléatoires, ici rebaptisées Oracles.

Foutraque parfois mais audacieux toujours (parfois trop : on se souvient encore de la tentative de justification WTF de l’usage de l’IA dans leur précédent CF…), 500 NDG se lance là dans un modèle assez risqué puisque le jeu est… déjà disponible gratuitement en PDF. Traduit au sein de la Caravelle, la non-revue maison de l’éditeur, le jeu a été livré au public sur un site dédié resté plutôt… euh.. confidentiel (la mise en ligne ne devait pas être un lundi) mais qui propose bel et bien la VF complète en téléchargement : http://ironsworn.pbta.fr/ Le but principal du foulancement est donc bien d’en proposer une version imprimée mais (quasiment) identique à celle-ci.

Mais son but secondaire est tout de même de le doter de toute une gamme, à la fois suppléments, spin off et accessoires.

En ce qui concerne ces derniers, on sait que la pratique du jeu solo ou sans MJ favorise la production de tels accessoires qui s’avèrent utiles à la mémorisation des décisions actées ou au recours à l’aléatoire. Ici, il s’agit essentiel d’un deck de 78 cartes Atouts pour identifier matériel, alliés ou pouvoirs que le ou les PJ vont pouvoir activer pour s’en sortir.

L’ambition est aussi de publier un supplément intitulé Delve, entièrement dédié à l’exploration de donjons et autres sites souterrains mal-famés. Le supplément en mode compagnon fournit de nouvelles actions, de nouveaux lieux, de nouveaux oracles, etc. Il est accompagné, lui aussi, d’un deck de cartes.

Comme le CF décolle bien, un deuxième supplément, Lodestar, est d’ores et déjà prévu. Il s’agit d’un guide pour Ironsworn résumant les règles de jeu et reprenant les oracles, pour rendre les sessions de jeu plus simples. Prévu à l’origine au format numérique, son impression papier est déjà assurée et sera accompagnée de celles des cartes pour la gamme Ironsworn (base et supplément).

On vient tout juste de passer ce cap pour Starforged. Eh oui, vous connaissez bien la souffrance des fans de SF dans le domaine du JdR francophone, hein ? C’est toujours plus laborieux que pour les fans de dragons et d’épées. Cela dit, le spin off space opera de Ironsworn sera bel et bien lui aussi imprimé.

Au rythme où avance ce foulancement, on peut même penser que, peut-être, la gamme va encore s’enrichir. Après tout, il existe aussi en VO une version fantasy pirates de Ironsworn/Starforged nommée Sundered Isles alors qui sait ?

Une pensée sur “Ironsworn en VF : il fallait le fer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *