hic sunt Draconis ?

Alors, non, on n’a pas mis la balise [chronique] parce que, croyez-nous, il va falloir quand même un moment pour décortiquer tout ce magnifique matos que l’on vient tout juste de recevoir. Toutefois, l’actualité autour de Draconis, le nouveau jeu de chez Agate, nous semble suffisamment importante et mouvante pour mériter un petit point d’étape : alors, où (en) est Draconis ?

Que l’on se comprenne bien, donc : il ne s’agit pas ici de livrer (déjà) la chronique d’un jeu que nous n’avons pu ni lire en profondeur, encore moins tester. Nous allons nous borner à un point d’étape de cette gamme aux croisées des chemins : un CF peut en cacher un autre ! Et puis, autant se l’avouer, nous ne comptions pas longtemps vous priver d’aussi belles images.

Sans approfondir, rappelons quand même le principe de cette première livraison. Aussi curieux que cela puisse paraître, nous avons là un… euh… kit de découverte de Draconis. Oui, un kit XXL qui rentre dans une boîte énorme en béton armé avec des accessoires à ne plus savoir qu’en faire (parfois littéralement). Certes, vous pourrez aller beaucoup plus loin avec ce set de base qu’avec un kit habituel : il contient notamment bien plus qu’une courte aventure d’introduction et on peut se lancer avec lui dans une véritable campagne grand luxe.

Cela dit, cet ouvrage partage quand même bel et bien des aspects communs avec les traditionnels kits. En particulier, il ne comporte pas de règles de création de personnage : il faut obligatoirement utiliser les prétirés fournis. Il n’est pas non plus véritablement conçu pour créer et faire jouer d’autres scénarios que ceux proposés ici. Non, pour tout ça, il vous faudra vous procurer le livre des règles complètes (enfin, en plus de celles de la 5E !) qui fera l’objet du prochain foulancement.

Cela dit, si vous en acceptez le principe, cet ouvrage vous fournira largement de quoi jouer pendant plusieurs soirées et ce avec un grand confort : n’est-ce pas là ce dont on besoin une grande majorité des MJ ?

Ce qu’on appellera quand même « livre de base » faute de mieux est donc totalement orienté vers les scénarios qui forment l’essentiel de sa pagination. Une quarantaine de pages, seulement, sont consacrées à la description de l’environnement, très local (ce n’est visiblement pas encore le moment de présenter tout l’univers imaginé par Chane), dans lequel l’aventure va se dérouler : une vallée, un village, ses habitants, etc.

Le reste est occupé par une campagne très scriptée en cinq épisodes conçus un peu comme un didacticiel avec des textes à lire aux joueurs, des sections « dans quel ordre jouer ? » ou encore de nombreux encarts sur les règles de la 5E utilisées par Draconis mais à l’usage ici très guidé. Autant le dire : ce « kit » Draconis peut convenir à l’auto-initiation d’un MJ novice… à condition que celui-ci n’ait pas peur de lire un gros pavé de 250 pages.

Un léger bémol, quand même, à la splendeur de l’ensemble. C’est quand même très chargé. Il y a parfois tant de cadres, textures, icônes… que la lecture s’en trouve perturbée. Dans ce cas là, était-il bien raisonnable de proposer aussi de temps en temps des fonds… noirs ? On vous laisse juges.

On notera avec étonnement la présence d’annexes qui occupent… plus de 100 pages ! On y trouve, toujours magnifiquement illustrés, des événements aléatoires, des trésors et objets magiques, un bestiaire, les prétirés, etc. Ceci plus tous les plans et portraits de PNJ qui émaillent le corps du texte permettant vraiment de confirmer l’aspect grand luxe de cette courte campagne.

Le reste de l’énorme boîte est rempli avec des accessoires plus ou moins utiles.

On n’ergotera pas sur la présence de chouettes livrets de PJ prétirés, indispensables, on l’a compris, à la mise en œuvre de la campagne.

Ils sont regroupés dans une pochette d’aides de jeu avec les tirés à part des nombreux plans et autres documents à distribuer utiles à la campagne.

Compte tenu du luxe de cette édition et, il est vrai, d’une tendance lourde notée lors de ces dernières années, on ne s’étonnera pas non plus de la présence d’un écran du MJ. On verra s’il sera doublé par un autre dans l’édition des règles complètes à venir (j’ai bien une petite idée de la réponse…).

Classiques aussi sont les decks de cartes consacrées à une application en douceur des règles de la 5E : en effet, l’un d’eux contient les résumés de tous les sorts accessibles aux PJ prétirés de la campagne, upgrade compris.On y trouve aussi les états dont peuvent souffrir les PJ : pratique.

L’autre est plus original puisqu’il offre des dizaines de péripéties pour émailler les voyages et pérégrinations des PJ avec, à chaque fois, de quoi improviser pour le MJ, y compris sur les éventuels test à réaliser.

La boîte contient aussi un autre livre, de petit format. Il est dédié à ceux qui partent d’encore plus loin et qui, avant l’auto-initiation, ont besoin de passer par l’intermédiaire du livre dont vous êtes le héros.

Outre une aventure d’introduction, il fait office de tutoriel pour apprendre les règles pas à pas.

Ah, et forcément, il y a aussi des dés. Forcément.

On passera sur les nombreux autres goodies purement esthétiques (c’est le jeu d’une illustratrice quand même) et on revient vers vous dans quelques temps pour vous dire ce que vaut l’essentiel, la campagne elle-même.

D’ici là, il est possible que Draconis refasse parler de lui puisque le foulancement pour sa version complète devait avoir lieu il y a déjà quelques temps mais a été sagement repoussée le temps que tout ce matériel ait eu le temps d’être distribué voire même joué. Cela s’appellera Héritage et cela aura lieu ici, à surveiller : https://fr.ulule.com/draconis-heritage/coming-soon/

 

La souscription sera centrée sur la production d’un gros livre de base qui contiendra :

● La description de l’univers. Dieux dragons, cités et régions du monde, factions politiques…
● Les règles de création de personnages. Nouvelles classes, nouveaux archétypes, adaptation des classes existantes…
● Des éléments d’aide à la création d’intrigue
● Des règles ajustées pour rendre celles de la 5E plus bienveillantes voire, comme ils disent, « feel good »… bon courage !

Le financement proposera en outre de nombreux accessoires, ainsi qu’une édition collector sous forme de boîte qui complètera celle, présentée ci-dessus, de L’appel de l’aventure.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *