¡Amor, Traición y Máscaras! [Chronique de Pasion de las Pasiones]

Les jeux de rôle n’ont plus de limites.

Après nous avoir permis d’incarner des Luchadores (mon jeu préféré) ou même des poneys sauvant le monde par le pouvoir de l’amitié, voici qu’un nouveau jeu nous invite à plonger dans l’univers exubérant des télénovelas. Pasion de las Pasiones, un jeu américain édité par Magpie Games (connus pour Root RPG et Avatar the Last Airbender RPG) et disponible en français grâce au studio Absinthe, nous offre une expérience unique et, forcément, passionnée.

Bien que le concept puisse sembler humoristique au premier abord, l’auteur Brandon Leon-Gambetta traite le sujet avec un profond respect et un véritable amour pour les télénovelas. Un genre souvent moqué, surtout si pour vous il se résume aux performances de Joey Tribiany en tant que Dr Drake Ramore dans Les jours de notre vie. C’est donc avec le même sérieux et enthousiasme que nous abordons la lecture de ce jeu. Après, bien évidemment, comme n’importe quel jeu de rôle, ce qui compte, c’est le fun qu’on aura autour de la table. Et justement, je pense que Pasion de las Pasiones propose un excellent terreau pour s’amuser.

Et pour se mettre dans l’ambiance, je vous remets ici le texte présent sur la quatrième de couverture de l’ouvrage :

La musique s’emballe tandis qu’Elena entre dans l’église, la traîne de sa robe argentée dansant derrière elle. La caméra zoome sur son visage lorsqu’elle aperçoit Domingo, el amor de su vida, l’homme qu’elle va épouser en secret ce soir. Ses yeux s’illuminent de joie et elle s’élance, elle accourt, ne parvenant plus à contenir son bonheur. Elle attrape les épaules de son bien-aimé pour qu’il se retourne… et la révélation la foudroie sur place : il ne s’agit pas de Domingo, mais de son jumeau maléfique, Juan Carlos !

Caramba, que calor !

Pasion de las Pasiones nous plonge dans un monde où les personnages vivent des histoires d’amour tumultueuses, des trahisons déchirantes, et des drames familiaux intenses.

Ce jeu capture l’essence des télénovelas en se concentrant uniquement sur ce qui se passe à l’écran, sans inclure les coulisses ou les acteurs eux-mêmes. Vous incarnez des personnages stéréotypés et emblématiques des télénovelas, tels que la Belleza, El Caballero, ou La Doña, chacun apportant son lot de caractéristiques et de manœuvres spécifiques qui enrichissent le gameplay.

Le jeu ne se limite pas à des relations amoureuses simples ; il intègre également des conflits émotionnels profonds, des manipulations et des quêtes de pouvoir. Les personnages évoluent dans un contexte où l’exagération des émotions est la norme. Une séparation amoureuse n’est pas simplement triste, elle est déchirante ; un moment de bonheur familial est le plus beau jour de votre vie. Ce cadre permet aux joueurs de pousser leur roleplay à l’extrême, en exprimant leurs sentiments de manière dramatique et théâtrale, souvent avec des gestes et des cris exagérés.

La dernière chose que vous voulez voir dans votre telenovela, c’est que les personnages soient satisfaits de la vie qu’ils mènent.

Vos personnages sont beau et appartiennent généralement à des familles riches et influentes, ce qui leur donne un pouvoir social considérable. Ce statut rappelle des séries comme Game of Thrones ou Succession, mais ici, c’est l’amour et le charme latino qui guident les actions des personnages. Les conflits sont souvent déclenchés par des passions et des trahisons, rendant chaque interaction riche en émotions et en rebondissements. Et soyez prévenu : ce n’est pas qu’un jeu de passion, mais aussi de trahison !

La Telenovela Vive

Le système de Pasion de las Pasiones est basé sur les mécaniques des jeux Propulsés par l’Apocalypse (PBTA), ce qui signifie que l’accent est mis sur la narration collaborative et la création d’histoires dynamiques. Les joueurs choisissent parmi six livrets de personnages, chacun représentant un archétype classique des télénovelas :

  • La Belleza : Aguicheuse, riche et magnifique, elle est le centre de l’attention et excelle dans les entrées spectaculaires.
  • El Caballero : Protecteur et franc, il agit avec passion et grandeur, prenant souvent des positions extrêmes.
  • La Doña : Manipulatrice et influente, elle tisse des intrigues en coulisses mais peut aussi montrer de la bienveillance.
  • La Empleada : Ingénue et travailleuse, elle cherche à améliorer sa vie, surtout en matière d’amour.
  • El Gemelo : Jaloux et destructeur, il incarne le jumeau maléfique, se complaisant dans les mensonges et la tromperie.
  • El Jefe : Autoritaire et menaçant, il commande avec une main de fer et cherche à contrôler chaque situation.

La création de personnage se déroule en trois temps :

  • La personnalisation de son personnage : on reste sur du classique pour du PBTA. Chaque joueur a un livret de personnages sur lequel il faut faire des choix, en cochant les propositions faites.
  • Une fois chaque PJ créé, les joueurs font un tour de table pour présenter leur personnage.
  • Et enfin, la dernière étape consiste, toujours en remplissant des espaces vides sur la feuille de perso, à créer des liens entre les PJ.

Les manœuvres de base permettent des actions dramatiques comme accuser de mentir, déclarer sa flamme avec passion ou manipuler un supérieur. Chaque livret inclut des manœuvres spécifiques (Par exemple, pour La Empleada, il y a « Faire entrer un prétendant en scène », alors que pour El Jefe, on trouvera « Lui rappeler la pression du pouvoir »), des options de progression, et des conseils d’interprétation, permettant aux joueurs de développer leurs personnages de manière riche et variée.

Les états des personnages représentent leurs points de vie émotionnels. Lorsqu’un personnage subit trop de stress et doit cocher un état sans pouvoir le faire, il déclenche une crise, ajoutant encore plus de drame à l’histoire.

La progression des personnages se fait à la fin de chaque session, ouvrant de nouvelles possibilités de jeu, soit en introduisant de nouveaux PNJ, soit en débloquant de nouvelles manœuvres. Cela permet aux personnages d’évoluer en fonction de leurs interactions et des intrigues en cours, offrant ainsi une profondeur narrative et une dynamique de groupe enrichissante. Pour info, une partie de Pasion de las Pasiones s’étale en général sur six sessions.

¡ Todo por Amor !

Pour mettre tous ces personnages haut en couleurs en jeu, il vous faut un cadre de jeu. L’ouvrage vous accompagne pour que vous puissiez créer le votre. Mais il en propose également deux qui peuvent servir d’exemple ou de setting « prêt à jouer » pour pouvoir vous lancer plus rapidement.

Un cadre se définit par un contexte problématique, des décors emblématiques et récurrents (dans Friends, ce sont les appartements et le Central Perk par exemple), des PNJ et des questions pour savoir ce qui s’est passé durant les épisodes précédents et pour impliquer les PJ dans l’intrigue. Et il y a même des conseils pour faire son générique avec des suggestions de musique. Top !

Ces deux cadres de jeu sont :

  1. La Rosa Querida : Après la mort prématurée du propriétaire d’un hôtel prestigieux, un scandale éclate et des conflits surgissent pour en prendre le contrôle. Ce cadre permet d’explorer les intrigues de pouvoir et de succession au sein d’une famille influente.
  2. El Sabor del Amor : Un restaurant haut de gamme lutte pour survivre face à la menace d’un concurrent. Ce cadre met en scène les défis économiques et les rivalités professionnelles, tout en intégrant des drames personnels et des histoires d’amour.

J’ai deux remarques à faire sur ces settings.

La première : ils peuvent paraître, à tort, incomplet. Par exemple, dans celui se déroulant dans l’hôtel, le propriétaire à disparu. Point. Aucun indice ou proposition de suspect ou de coupable. Rien. Et c’est normal. Tout d’abord, les personnages sont au cœur de l’intrigue. Donc, si quelqu’un doit être coupable, ce ne sera pas un second rôle, un PNJ insignifiant. Ce sera forcément un PJ. Et pour savoir lequel, il suffit de suivre l’un des préceptes du jeu : jouer pour voir ce qui va se passer. C’est une manière de jouer différente des scénarios de JdR classique, mais c’est aussi la promesse de grands rebondissements. Il faut juste que le meneur ou la meneuse ait cette approche pour ne pas passer à coté du jeu : les personnages sont au centre de tout.

Il n’y a rien de pire pour une telenovela que le statu quo

Le seconde concerne plus un manque que j’ai ressenti lors de la description des PNJ. Pour moi, il manque soit une phrase pour définir leur ambition soit une description de leur comportement selon le « classe de personnage » avec qui il interagit. Exemple : soumis devant El Jeffe, mais protecteur avec La Empleada. Ça permettrait de mieux cadrer les relations et simplifier l’improvisation du meneur.

Rivales en el Amor y en el Juego

Le rôle du meneur de jeu est crucial pour maintenir l’intensité dramatique et les rebondissements caractéristiques des télénovelas. Le manuel du jeu fournit des directives claires et des manœuvres spécifiques pour chaque type de personnage, aidant le MJ à créer des situations imprévisibles et explosives. Les trois grandes lignes directrices de Pasion de las Pasiones pour le MJ sont :

  1. Sublimer le caractère romantique et hors du commun des télénovelas : Amplifier les émotions et les drames pour créer une expérience immersive.
  2. Rendre la vie des personnages imprévisible et explosive : Introduire des rebondissements et des conflits pour maintenir l’intérêt et la tension narrative.
  3. Jouer pour découvrir ce qui va se passer : Encourager une approche ouverte et flexible, où l’histoire évolue en fonction des actions et des décisions des personnages.

Le MJ doit également bien connaître les livrets de personnages, pas seulement d’un point de vue technique, mais en comprenant les objectifs et les secrets de chaque personnage. Cela permet d’utiliser efficacement les leviers narratifs pour créer des situations captivantes et dramatiques.

bien está lo que bien acaba

Il y a plusieurs raisons de s’intéresser à Pasion de las Pasiones. En tant que joueur, c’est une occasion de vivre des moments intenses et de s’amuser en explorant des histoires d’amour dramatiques et des conflits émotionnels. En tant que meneur de jeu, c’est un défi stimulant qui pousse à créer des rebondissements et à maintenir une dynamique narrative forte. La thématique du jeu permet de jouer de manière plus légère et de tester de nouvelles méthodes de roleplay sans pression.

Pour tirer le meilleur parti de ce jeu, il est essentiel de bien connaître les livrets de personnages et de se familiariser avec les conseils et les manœuvres dédiées au MJ. Cela permet de créer des histoires riches et imprévisibles où les personnages sont au cœur de l’action et où chaque session est remplie de surprises et d’émotions.

En somme, Pasion de las Pasiones est un jeu unique qui offre une expérience ludique intense et mémorable. Que vous soyez un amateur de télénovelas ou simplement à la recherche d’un jeu de rôle différent et captivant, ce jeu est une option incontournable qui promet des heures de divertissement et, surtout, de drame.

Une pensée sur “¡Amor, Traición y Máscaras! [Chronique de Pasion de las Pasiones]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *