Une Odd à la passion

Pendant longtemps, les XII Singes ont été spécialisés dans les productions française de qualité (Trinité, Hexagon, Wastburg, Terra Incognita, la collection Intégrales, Adventure Party, etc. Et, qu’on se rassure, ils n’entendent pas abandonner cette voie avec les récents Man in the maze (oui, je sais…) ou le supplément Paris pour Terra Incognita ou encore avec les futurs Égrégore et Le cabinet des murmures.

Mais, à côté de cette tradition française, les XII singes commencent aussi à proposer dans leur catalogue ludique quelques traductions. Pas des jeux « à licence » ou des best sellers d’éditeurs anglophones, non, les XII Singes traduisent en français des jeux auxquels ils jouent et pour lesquels ils ont eu un coup de cœur. C’était le cas pour Dieux Ennemis de John Wick (on en reparlera dès qu’on en aura l’occasion) mais aussi du système Paladin (utilisé dans Tenebrae et Skull & Bones) ou encore du Pantheon de Robin D. Laws (dans Hollywood Party, un story game). Et, plus que de simple traduction, les versions française de ces jeux sont à chaque fois une édition (très) augmentée, enrichie par leur propre expérience de jeu. Bref, un travail à la fois d’éditeur et de passionnés.

Et leur nouveau coup de cœur, le jeu auquel ils jouent en mangeant plein de bananes, c’est Into The Odd de Chris McDowall. Un « petit jeu » (48 pages dans sa version originale), mais grand par son potentiel ludique. Et du coup, on ne change pas une équipe qui gagne, les XII Singes lui font le coup du lifting made in France.

Dans les grandes lignes, Into the Odd est un rétroclone (Odd pour Old Dungeon & Dragons) dont l’immense originalité est de… ne pas du tout être un univers medfan. Le jeu présente un univers mi-steampunk, mi-bizarre et re-mi-Burtonien derrière. Mais bon, un univers « détaillé », donc, en 48 pages tout mouillées…

Alors, bien sûr, les XII Singes vont d’abord proposer la VF du jeu de base original (avec une nouvelle couverture, une nouvelle maquette et de nouvelles illustrations). Mais, mieux, l’éditeur va aussi élaborer toute une gamme Into the Odd. Inventaire.

Into our Odd

Ce premier supplément se base directement sur la campagne jouée par les Singes. Ce sera un livret présentant une dizaine de lieux d’aventures détaillés, avec pour chacun une carte, une illustration et des textes présentant les points d’intérêts, des PNJ et des péripéties potentielles.

Grâce à ce supplément, vous pourrez découvrir et arpenter Nuaj, l’archipel au-delà du bout du monde, Cordes, le repaire des corsaires aériens d’Ashen, le palais du Hierg Suprematis, la Haute-Cale, quartier de Bastion qui se prépare à la fin des temps, etc.

Into your Odd et Into the Arcana

Ces deux livrets accompagneront l’écran du MJ. Le premier est un carnet de création pour le MJ. C’est un recueil de cartes, illustrations, aides de jeu et pages de notes pour stimuler l’imagination du MJ et lui donner des bases pour ses propres réalisations.

Le second est une campagne en trois actes, jouable en une demi-douzaine de séances, qui exploite des lieux, créatures et personnages emblématiques du monde d’Odd : Bastion, la ville-monde par excellence ; Hopesend le dernier Port au Nord ; les îles d’Antivoy, Biblios, Umnergrotto et Wispra ; le général Hinkle Orphanizer ; les soldats sans tête de Yarr ; etc.

Et ce n’est pas tout !

Moins original que tout ça, les XII Singes prévoient de… passer par un foulancement prévu en Avril pour financer tout ça et même, si possible, encore plus de contenu qu’il sera possible de débloquer durant le CF dont cet intrigant Into the caves qui fleure bon son donjon.

Pour en savoir plus, on vous donne rendez-vous lundi prochain pour une petite surprise.

4 pensées sur “Une Odd à la passion

  • 27 mars 2017 à 22:03
    Permalink

    C’est quand ? c’est quand ? c’est quand ? (oeil qui pique, langue qui pend, bave qui coule…)

     
    Répondre
  • 28 mars 2017 à 16:43
    Permalink

    Chouette projet, ça va nous faire une chouette petite gamme française ! J’aime beaucoup le concept des couvertures, qui rendent hommage à l’original tout en apportant une French touch très réussie.

    Je pense pas qu’on puisse qualifier Into the Odd de rétroclone. Il ne copie rien de l’ancêtre : pas de classes, pas de jeteurs de sorts, trois caracs au lieu de six, etc. En revanche il a bel et bien une optique old school qui rappelle les vieux donjons de papy Gary.

    Et Odd viendrait du sigle OD&D ? Vous avez appris ça où ?

     
    Répondre
  • Ping : EXCLU : Kit de demo – Into the Odd – XII Singes – Le Fix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *