Le retour de la vengeance de la rentrée des actual plays

Le mois dernier, nous autres vieux barbons avouions ne rien connaître en matière d’actual play, où plutôt, dans la langue d’Anne Vétillard, aux parties enregistrées. Un lecteur était venu nous proposer un article, avait comblé cette lacune et ainsi humilié la rédaction. Alors Benjamin Kouppi est sorti de sa torpeur pour tenter de laver l’honneur des vieux.

Et forcément, c’est tout de suite très indé.

Samuel Ziterman, le stakhanotwitch

Si vous n’êtes jamais allé faire un tour sur la chaîne de Samuel Ziterman, c’est un vidéaste d’une prodigieuse diversité qui enregistre plusieurs parties par semaine, sur une amplitude qui va de DD5 aux storygames finlandais. Les enregistrements sont volontairement peu montés : il peut y avoir des discussions, rapides, sur un point de règle, ou un retour en arrière sur une scène en cas d’incompréhension. Cela fait partie du jeu, donc c’est montré.

L’été avait été marqué par une campagne Dominion, jeux de pouvoir et maisons nobles, un jeu propulsé par l’apocalypse dont les inspirations sont à la croisée de Dune et de Miles Vorkosigan. L’auteur était à la table, mais comme joueur, ce qui change agréablement des parties de démonstration : https://www.youtube.com/playlist?list=PL9Z3xKmS59CsrpCPsdxLm_q0CdeYjEfrC.

Pour résumer, après 500 ans d’absence, une Maison itinérante retourne au sein du Dominion et doit faire face à de nombreuses crises. À sa tête : le seigneur Ekhos, produit du génie génétique, incertain d’être taillé pour diriger ; la guerrière éternelle Simorgha, un clone d’une précédente incarnation, honorable mais opposée au jeu des intrigues ; le négociant Magnus, dont l’ambition pourrait causer la perte ; et Yarah, la maîtresse espionne aux drones-araignées, loyale et discrète.

Avec cette brochette d’individualités incompatibles, je ne crois pas divulgâcher la campagne en disant qu’elle ne pouvait pas bien se terminer et qu’elle appelait une ambiance de coups tordus et de règlements de compte.

À la rentrée, le changement de style de jeu est radical. Après l’infiniment grand, le presque infiniment petit, après la propulsion par l’Apocalypse, l’OSR mininaliste. Une campagne Mausritter vient ainsi de démarrer. Il s’agit d’un jeu de souris condensé en une trentaine de pages sans une once de gras, avec une efficacité qu’on aimerait voir sur davantage de productions. Pour en résumer l’esprit : c’est mignon, une souris avec une épée, mais ça meurt vite. Il est publié sur itch.io, plateforme qui accueille un nombre croissant de jeux de rôle, notamment, en français, ceux de Gulix et de Khelren.

Je suis pour ma part assez curieux, car l’OSR, j’en connais surtout des explorations de donjon à l’ancienne, sans compétences de PJ, avec des joueurs qui tentent de désarmer les pièges aidés des seules descriptions du MJ, et je pense que ce transfert dans un univers qui n’est pas médiéval fantastique m’aiderait à changer ma vision de cette pratique.

Changement tout aussi radical, ce 13 octobre, la chaîne propose un Le Roi est mort, un jeu narratif de Meguey Vincent Baker, disponible en français sur itch.io (décidément).  Évard III, roi de Bantive, grand prince de la Maison Dillestone et souverain de la Côte des Rivages, est mort sans héritier. Une guerre civile est sur le point d’éclater. C’est un jeu de vengeances, de luttes intestines, d’amour contrariées ou interdites, et de trahisons. Un bon cocktail pour un actual play.

https://img.itch.zone/aW1hZ2UvNjUzNjQ2LzM1MDkzMDkuanBn/794x1000/Wdxrzo.jpg

2d6+montage

2d6+Cool est un actual play qui me plaît beaucoup pour des raisons tout à fait opposées à celles pour lesquelles j’apprécie celui de Samuel Ziterman. Ici prévalent le montage et la rigueur millimétrique. Les premiers enregistrements, sans la vidéo, faisaient penser à des pièces radiophoniques, alors même que tout était improvisé. Volsung, le maître des lieux, y passait un temps  fou, alors même qu’il était servi par des joueurs et surtout une joueuse d’exception – adepte du jeu en performance -. Le résultat était époustouflant, et j’invite tous ceux qui disent s’ennuyer devant les parties enregistrées à aller écouter la campagne Loué soit Soth, où les PJ, qui patron d’une casse de bagnole, qui adjoint au maire, qui serveuse de drive in, franchissent pas à pas les étapes de l’abjection pour faire advenir le règne de leur dieu dément.

https://2d6pluscool.ovh/wp-content/uploads/2017/05/2d6Flag-1.jpg

L’introduction de la vidéo a peut-être, à mon goût du moins, réduit l’intensité dramatique, mais elle a introduit une convivialité qui était absente du tableau aux débuts de l’émission. Les enregistrements se diversifient donc avec les « plans séquences », des formats plus longs qui ressemblent beaucoup plus à une – très bonne – partie normale, avec des joueurs et joueuses à la fois expérimentés et de bonne compagnie, à l’opposé de la tentative, un temps, de proposer des formats très courts sur le modèle du site The Gauntlet. On retrouve dans cette formule, depuis la rentrée, une belle équipe de bras cassés pour Wastburg – mais peut-il en être autrement avec les gardoches ? -, dans une optique résolument orientée vers l’enquête.

Plus proche de ce qu’était le 2d6+Cool des origines, en vocal donc, et avec tout le méta-jeu coupé au montage, le site vient d’enregistrer une partie de Oh maker, l’un des nombreux hacks de For the Queen. Si vous ne le connaissez pas encore, For the Queen un jeu narratif d’une élégance rare qui permet de jouer des parties courtes riches en rebondissements et d’une grande intensité dramatique. Sa sortie en français chez Bragelonne est imminente et vous n’aurez plus aucune excuse. Ici, les joueurs interprètent des IA dans un monde que leur créateur a déserté, et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle ne sont pas tout à fait d’accord sur les procédures à appliquer. C’est d’ailleurs très instructif, pour qui veut se familiariser avec ce type de jeu, d’écouter LisaBanana pousser son personnage dans une direction qui ne peut qu’amener une rupture de l’équilibre.

Et la suite ?

Il existe très certainement d’excellentes parties enregistrées en français auxquelles ni mon camarade ni moi n’avons pensé, faute de temps pour les visionner et les évaluer, ou simplement pour des questions de goût. N’hésitez pas à nous signaler tout ce qui vous semble d’intérêt, voire à nous proposer un article. La maison est ouverte.

Benjamin Kouppi

8 pensées sur “Le retour de la vengeance de la rentrée des actual plays

  • 14 octobre 2020 à 14:38
    Permalink

    Stop au franglais infâme ! Trouvons un équivalent français avant d’user notre santé mentale et notre appareil phonatoire avec le lovecraftien « akthualh plë » !

    Répondre
    • 14 octobre 2020 à 15:25
      Permalink

      Tu noteras que j’ai utilisé principalement « partie enregistrée » dans l’article. 😉

      Répondre
  • 16 octobre 2020 à 17:43
    Permalink

    J’aimerais rajouter quelques suggestions de grande qualité :

    Je n’ai rien contre le jeu de rôle par webcams interposées, mais je trouve tout de même qu’une table physique et un vrai décors, une vrai lumière, des caméras qui bougent, c’est mille fois mieux.

    – Tales of Pi ( le + qualitatif concernant le travail l’ambiance) / Présenté par Pi
    – La bonne auberge (le + représentatif du JdR à l’ancienne D&D) / Présenté par Lucien Maine
    – Game of Roles (le + axé entertainment) et son petit frère « Premier Rôle » / Présenté par FibreTigre
    – Sombres Machinations (le plus cosy)
    – Mash-Up (de Mr Phal, chez Tric-Trac) : le plus fandard et expérimental niveau gameplay

    Répondre
  • 17 octobre 2020 à 15:50
    Permalink

    Bonjour,
    L’intro n’est pas très claire, qui a écrit l’article (cet article ?) : le mystérieux lecteur, Benjamin Kouppi, Macbesse, les trois (vu que c’est le même), les vieux de la rédactions, Obiwan Kenobi, … ?

    Pareil pour « actual play », kékéçai ? J’ai du attendre le commentaire de l’auteur pour comprendre que c’était le terme pour « partie enregistrée ». (Bref pensez aux vieux lecturs qui ne passent pas leur nuits sur CasusNo ou qui n’ont plus toute leur mémoire)

    Note pour le designer web : mettre en avant le nom de l’auteur de l’article et des tags/mots clés : 12px en gris clair c’est pas super visible (faut penser maillage, cross content, …)

    Répondre
    • 17 octobre 2020 à 15:53
      Permalink

      C’est vrai que d’habitude, je signe et c’est tout de suite plus clair. Je vais mettre ça sur le compte du Covid et de la fièvre.
      – BK

      Répondre
    • 17 octobre 2020 à 16:00
      Permalink

      Modifié, merci pour le retour. C’est plus clair ?

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *