Le retour de la vie de château

En juillet 2021, Lapin Marteau a créé la surprise en annonçant une réédition du très estimé Château Falkenstein. Durant toute la souscription, l’excitation était à son comble pour tous les anciens rôlistes, fans du jeu, et pour les plus jeunes qui avaient loupé le jeu à l’époque (1995 pour la version française).

Le jeu étant sorti seulement trois mois après la fin de la souscription, cette excitation et cet enthousiasme sont encore montés d’un cran.

Pourquoi tant d’engouement pour ce jeu datant de 1995 ? C’est ce que nous allons voir dans une prochaine critique détaillée. En attendant, sachez que le livre de base, accompagné de quelques suppléments, sont disponibles en boutiques depuis octobre.

Si vous avez loupé la souscription, vous vous demandez peut être ce qu’apporte concrètement ce nouveau Château Falkenstein ? Nouvelle édition ? Nouveau système ? En réalité, rien de tout ça. Cette édition reprend la traduction originale de 1995, mais en lui apportant une remise au goût du jour (certaines descriptions ont été mises à jour en tenant compte des suppléments parus). La mise en page a également complètement été revue, le tout mis en valeur avec des nouvelles illustrations de Mathilde Marlot pour l’essentiel (et une magnifique pleine page de Christian Jank).

Donc, pour faire simple, ce Château Falkenstein n’est ni une v2, ni une v1.5, mais le cœur de votre Château Falkenstein originel sublimé par la qualité éditoriale de l’éditeur Lapin Marteau.

Le livre de base contient une description de l’univers, le système de règles, beaucoup de conseils pour la meneuse afin qu’elle s’approprie l’univers pour retranscrire au mieux son ambiance, une aventure d’introduction et 11 synopsis.

L’écran, magnifiquement illustré par Jérémie Moran, contient un long scénario intitulé « L’encore moins concevable aventure du docteur Podélius » ; c’est une nouvelle version étendue et modifié du scénario « L’inconcevable aventure du docteur Podelieus », écrit par Fabrice Colin et publié dans le Casus Belli de 1996.

En même temps que le livre de base et l’écran, sont sortis deux suppléments :

  • Variations sur le grand jeu est un ouvrage de 84 pages dédiées aux règles. Plus que de nouvelles règles, ce sont surtout des variations qui sont ici proposées pour que, selon vos choix, le jeu colle encore plus à vos goûts. Il y a même une variante qui propose de remplacer les cartes, utilisées dans le système de base, par des dés. Bref, Variations sur le grand jeu est là pour faire de Château Falkenstein un jeu sur mesure.

  • Carabines et Margarines, quant à lui, est un supplément de campagne agrémenté d’une petite description de Paris, lieu où se déroule l’action de l’aventure.

Suite à la souscription, le supplément Comme il faut, un supplément de contexte qui vous apprend tout ce que vous devez savoir sur l’étiquette et le savoir-vivre dans la bonne société néo-européenne, doit encore paraître. D’autres suppléments sont également prévus, selon l’accueil reçu par le jeu, mais avec tout ça, vous avez déjà de quoi vous occuper pendant un petit moment.

LIENS :

4 pensées sur “Le retour de la vie de château

  • 30 novembre 2021 à 20:18
    Permalink

    Alors j’aime beaucoup cette édition! c’est un jeu qui mérite d’être disponible 🙂
    un regret? oui, dans l’édition Descartes, la première partie était en couleur sur papier glacé, ben c’est bête mais c’était quand même super cool 🙂
    Après, pour cette édition, je peux comprendre (pour plein de raisons de l’éditeur) le parti pris du N/B 🙂

    Comme je l’ai dis, le but premier est que le jeu soit dispo en boutique 🙂 et que tout le monde vivent de belles steamventures 😉

    Répondre
    • 30 novembre 2021 à 21:02
      Permalink

      Bonjour,
      Pour le choix du noir et blanc, je pense que c’est à cause des droits de la couleur pour les illustrations originales.
      Ce n’est donc pas un choix délibéré, mais plus une contrainte. Mais au final, ça rend super bien !

      Répondre
      • 30 novembre 2021 à 22:21
        Permalink

        Jérôme l’avait expliqué dans la FAQ du financement participatif: c’est bêtement pour une question de prix.

        C’est mon seul regret sur cette nouvelle édition (j’ai d’ailleurs un billet dessus planifié pour demain).

        Répondre
        • 4 décembre 2021 à 00:24
          Permalink

          C’est amusant, parce que ce que j’ai voulu dire dans la FAQ, c’est que c’était d’abord un choix d’intégration graphique pour avoir un rendu avec une certaine cohérence et quelque chose qu’on soit sûrs de pouvoir gérer. Le fait que cela nous permette de vendre le jeu quasi au même prix de celui auquel il était vendu il y a 26 ans était quelque chose auquel on tenait, mais ce n’était pas la raison principale pour nous.
          Mais comme tout le monde n’a retenu que le prix (que je mentionne aussi), j’en déduis que je me suis sacrément mal exprimé :p

          Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *