Tchèque your body ! [chronique gamme NOC]

Comme nous le disions dans notre précédent article consacré entièrement au livre de base, la gamme NOC a déjà fière allure grâce au succès du foulancement organisé par Sethmes fin 2020. Il avait rassemblé plus de 600 % de l’objectif et avait donné lieu à de nombreux paliers débloqués et autres options. Forcément, en pareil cas, on commence à connaître la chanson : on s’enflamme, on s’enflamme et on promet des choses qui n’existent encore que sous la forme d’un demi post-it. Résultat : à l’heure actuelle, il existe encore des contre-parties non livrées. Elles devraient l’être durant ce premier semestre 2023, sans autre précision pour le moment.

C’est un peu dommage, forcément, d’autant qu’il s’agit essentiellement de scénarios qui auraient pu donner du grain à moudre à ceux qui, intimidés ou peu intéressés, n’entendent pas lancer une campagne NOC au long cours conduisant les PJ de simples citoyens anonymes à sauveurs du monde comme le promet la ligne officielle du jeu.

Bon, bah, forcément, on va déjà voir ce qui existe avant de tirer de tels plans sur la comète.

Commençons avec du classique et, là, c’est le cas de le dire : avec du solide. En effet, l’écran de la Loi est sans surprise du genre « grosse pavasse en béton armé à 4 volets ». Il a toutefois pour lui une illustration d’ambiance très convaincante : typiquement le paysage que les PJ pourraient avoir sous les yeux.

Comme on le sait, le livre de base est déjà très riche en background mais, même pas peur, le début de gamme comporte déjà un supplément de 108 pages dédié à la seule ville de Prague. En effet, après Olomouc dans le livre de base, on comprend que le jeu va se situer dans une version alternative et dystopique de la République Tchèque. Un bon mélange, sans doute, entre proximité et exotisme mais aussi entre occultisme et souvenirs douloureux des occupations totalitaires.

Le guide s’accompagne d’une grande carte A3 de la ville avec une touche vintage et des couleurs passées : c’est très convaincant et on apprécie déjà l’effet qu’elle fera quand sera venu le moment de la déployer sur la table de jeu.

Le guide est donc… euh… un guide de ville. Si vous avez un peu de bouteille en JdR, vous avez qu’ils se ressemblent tous plus ou moins : après quelques généralités sur l’histoire de la ville et le mode de vie de ses habitants, on y attaque sans tarder la description quartier par quartier des ambiances, lieux d’intérêt, personnes influentes ou secrets s’y dissimulant, le tout appuyé sur des cartes de secteur. Un des gros points forts, ici, est le caractère synthétique des textes : le guide est de taille raisonnable (104 pages) et ne consacre donc pas des rivières de texte à un seul lieu ou à un seul PNJ.

Surtout, rassurez-vous, votre guide ne fera pas doublon avec votre Routard Prague 2019. Les quartiers historiques de la ville sont décrits sommairement, trop sans doute même pour se faire une idée de la chose si vous n’avez jamais eu le bonheur de voyager à Prague. Cela dit, un petit détour sur Google Maps devrait pouvoir compléter le guide sur ce point. Les auteurs se sont légitimement concentrés sur ce qui change entre la Prague réelle et celle de NOC : certains bâtiments sont en ruine, il y a des hypogées , des gares-forteresses, des zones chelous en banlieue, etc. Bref, Prague devient une vraie ville de fiction, une vraie ville pour NOC.

La fin du supplément est occupée par des secrets qui louchent fortement vers le côté horrifique et occulte du jeu. Quelques aides de jeu comme des profils de PNJ ou quelques objets typiques sont proposés dans les dernières pages d’un supplément qui, honnêtement, semble plus ou moins indispensable à une bonne expérience de jeu. Aurait-on pu localiser directement le background à Prague et se passer de Olomouc dans le livre de base ? Sans doute. Mais que voulez-vous, NOC est un jeu généreux : vous aurez donc deux villes pour le prix (enfin, on se comprend, hein ?) d’une.

Allez, allez, même pas peur : on ajoute à tout cela une campagne ou, plutôt, comme le « tome 1 » l’indique, le début d’une campagne qui exploite tout ce background. C’est la fameuse campagne officielle promise dans le livre de base, celle qui doit permettre à nos PJ de passer du statut de petits grouillots à sauveurs de l’humanité. Hum. Comme on l’imagine aussi, cette campagne acte le passage du cadre de Olomouc, privilégié dans le livre de base à celui de Prague.

La campagne elle-même est divisée en trois scénarios qui s’enchaînent de façon linéaire. Le livre de 128 pages, bien garni, comporte quelques autres bricoles sur lesquelles on reviendra par la suite.

En ce qui concerne les scénarios, ceux qui, comme moi, sont un peu effrayés (uh, uh) par le contexte horrifique et occulte du jeu et lui préfère la lutte terre à terre contre les tentacules totalitaires seront rassurés : c’est exactement le thème de ce premier volet. Il y a bien quelques allusions aux patrons cosmiques qui tirent les ficelles de tout cela mais on n’a pas ici de confrontation directe et pas même de révélation évidente de l’essence surnaturelle des choses.

Le revers de la médaille est, évidemment, que tout cela n’est pas très guilleret. Ainsi, tout le premier scénario se déroule dans un camp de type Goulag avec brimades et tortures et tout. Cela peut plaire. Ou pas.  Les auteurs en ont bien conscience et ont ajouté quelques encarts sur la sécurité émotionnelle proposant même de squeezzer ce premier volet pour débuter la campagne au deuxième mais, franchement, c’est un pis-aller qui prive l’intrigue de trop de choses pour garder du sens. Non, soyons honnête : NOC n’est pas un jeu qui plaira à tout le monde et si vous joueurs ne sont pas à l’aise avec ce genre de sujet, il ne faut clairement pas leur proposer du tout une campagne au long cours s’y déroulant.

Les scénarios sont émaillés de « configurations » dont on n’a guère parler dans l’article sur le livre de base puisque celui-ci n’en proposait qu’une ce qui amoindri clairement le concept : il s’agit ici de propositions ludiques alternatives laissant entendre que l’on peut jouer à NOC de façon différente et/ou de façon évolutive. Si vos PJ sont des anonymes, si ce sont des résistants armés, si ce sont des espions infiltrés dans le système, si ce sont des éveillés aux mystères de NOC, si… bref, selon la situation, ce n’est pas tout à fait le même jeu. Pour chaque configuration viennent des PNJ adaptés, des pistes d’intrigues, etc. C’est une façon d’enrichir le jeu mais aussi la campagne puisque les MJ sont ainsi incités à ajouter quelques épisodes de leur cru s’inscrivant dans telle ou telle configuration (en particulier, ici, celle faisant des PJ des résistants actifs) entre deux volets de la campagne officielle.

Le livret de campagne s’achève en mode « compagnon » avec quelques pages de règles. Si certaines sont anecdotiques (les courses poursuites, par exemple), d’autres semblent quasiment essentielles au jeu, en particulier le long développement sur les « cabales », c’est-à-dire en fait le méta-PJ qui lie entre eux les PJ selon la configuration choisie

Au final, le livre de campagne est assez intimidant avec ses scénarios ardus et ses multiples pistes pour exploiter le contexte du jeu ais rappelons que, pour le moment, le choix est étroit : en dehors du kit de découverte (dont le scénario est, de plus, la préquelle de la campagne…), il n’existe pas d’autre scénario pour découvrir ce que l’on peut faire du jeu. Alors, va pour la campagne…

Pour finir, la gamme NOC dispose d’un OVNI : un dossier de documents administratifs vierges et d’affichettes de propagande ! Cette pochette remplie de documents magnifiques vous permettra à moindre frais de plonger vos joueurs dans l’ambiance bureaucratique d’un régime totalitaire et dystopique. Les affichettes, en particulier, sont vraiment très réussies.

Tout ceci est vraiment de l’ordre du gadget (les formulaires seraient plus efficaces sous forme de PDF personnalisables à imprimer…) mais c’est pour une fois un goodie original et qui participe réellement à l’expérience de jeu alors pourquoi ne pas se faire plaisir ?

Voilà à l’instant T pour cette belle et très originale gamme NOC. On la retrouvera avec plaisir dans nos colonnes quand les auteurs et l’éditeur auront tenu les promesses nombreuses sur lesquelles ils se sont engagés : des scénarios one shot en nombre et pas moins de deux volumes supplémentaires à la campagne officielle. A suivre, donc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *