L’Aventurii, c’est la vie que l’on mène avec lui

Lui ? C’est Frédéric Dorne, le big boss de JDR Editions. Il ne vient pas très souvent parler dans le poste et c’est dommage car sa boîte d’édition ne cesse de grandir, de façon assez discrète certes, mais en multipliant les succès auprès du public, notamment avec Tiny ou Imperator. De quoi avoir encore plus d’ambitions et là, le crackage : JDR Editions annonce tout simplement une collection de trois boîtes de jeu remplies à ras-bord de matos. La première, Terres-Dragons, est d’ailleurs d’ores et déjà en foulancement. De quoi aller demander quelques explications à l’Aventuriier en chef.

 

Le Fix : La suite de Aventurii ? (…) Mais, attends, je croyais que vous aviez lâché l’affaire depuis… fouïouïou… au moins ça, non ?

On ne lâche rien ! Bon, plus sérieusement, là sur le coup, c’est pas la suite, c’est plutôt la nouvelle édition. On en a profité pour refondre le tout pour actualiser au goût du jour et aux mécanismes modernes.

L’idée, dès le départ en 2015, c’était d’avoir toute une gamme de différents univers avec une même présentation, une même base de système de règles, le même matériel de jeu compatible, etc. Quand on a sorti Aventurii v1, on n’avait pas les reins assez solides pour tout ça. Alors on a commencé avec du medfan, comme tout le monde, et on a laissé le jeu faire son petit bout de chemin. Aventurii MF a bien vécu d’ailleurs, avec deux éditions, quatre suppléments et plusieurs retirages.

Voici donc la collection Aventurii, avec Terres-Dragons (fantasy où les dragons ont pris le pouvoir) qui ouvre le bal, bientôt suivi de Blackjack (pirates héroïques et fantastiques) et Helios-3 (space opéra & cyberpunk). Les projets ont été développés pendant longtemps, il fallait peaufiner, écrire, réécrire, tester, re-tester. Bref des années. On a aussi attendu que le Covid et la crise des prix du papier se fassent oublier, car ça coûte cher de fabriquer 100% made in France.

Le Fix : Bon, OK. Et donc, c’est toujours le même système de jeu 10 ans plus tard ?

Oulà non, quand on rénove chez nous, on commence par tout casser. On n’a gardé que le principe du D100 et quelques notions qui avaient fait la marque d’Aventurii (comme l’utilisation des points de vie pour lancer de la magie), tout le reste c’est neuf ou amélioré, notamment le mode solo/duo pour jouer sans MJ.

Le Fix : Trois jeux, trois boîtes (…) Ok, on a pris le melon à ce que je vois chez JDR Editions ?

C’est clair ! Et aussi de l’expérience, des compétences, une trésorerie, bref de quoi se lancer dans de plus grands projets et se risquer à éditer une collection de plusieurs jeux d’un coup. On a beaucoup appris avec Tiny, Imperator, et le magazine Chroniques des Terres-Dragons qui sont tous des succès. Alors, emballés par tout ça, comme des dingues, on s’est dit : Et si on éditait enfin la collection Aventurii ? Et si on faisait ça cette année ? Et si on lançait une souscription en juin ?

Le Fix : Hmmmm, trois univers pour finalement un même projet, ce n’est pas surtout que vous n’avez pas su choisir lequel convenait le mieux ?

Oh, tu sais, on n’est plus dans les années 80 avec tous ces systèmes génériques bancals qui faisaient tout et pas grand-chose finalement. Dans notre vision du JDR, les univers doivent beaucoup influencer les mécanismes de jeu et même s’ils ont une base D100 commune, ce sont 3 jeux totalement différents. On devait tous les sortir, pas choisir entre eux. Notre seule décision a été de déterminer quelle boîte sortir en premier en fait !

Le Fix : Ah mais en fait, vous n’allez pas financer les trois boîtes en un seul foulancement ?! Pourquoi avoir choisi de communiquer sur ce triple projet alors ?

Parce que le risque financier est assez grand pour tout ce qui est papier, comme vous le savez, alors on améliore nos chances, on communique sur toute la collection et on espace les sorties. Pas de beaucoup, remarque, Blackjack est prévu six mois plus tard.

Le Fix : Ah mince, Chroniques des Terres-Dragons… je ne me suis pas abonné au périodique. Je vais donc devoir passer mon tour pour la version boîte, non ?

Quoi ?! Mais tu n’as donc aucun goût ? Ce mag c’est le mag de tous les passionnés de Medfan ! Alors même si tu ne connais pas le magazine, le jeu te concerne quand même car, si le magazine est dans un univers assez générique, Terres-Dragons possède un univers entier, original et autonome. On peut utiliser les scénarios du magazine dans Terres-Dragons, comme avec n’importe quel autre JDR fantasy.

Mais l’univers d’ambassadeurs qui gèrent les dragons, qui ont assujetti les royaumes tu ne le trouveras ça que dans Terres-Dragons : Si les jeunes dragons s’arrogent le pouvoir par la force, réclamant sacrifices et offrandes ou détruisant les villages, les plus âgés s’associent aux postes de pouvoir humains et décident pour les populations de régions entières et même les régents prennent conseil auprès des plus vénérables d’entre eux. Si les dragons les plus sages sont, paraît-il, les plus bienveillants, il est évident qu’ils complotent tous les uns contre les autres pour une sinistre raison, n’hésitant pas à utiliser leurs pions humains pour fomenter vols, meurtres, rébellions et jusqu’aux conflits de grande ampleur pour remplir leurs objectifs.

Vous incarnez un Ambassadeur, nain, elfe, petite-gens ou humain pour “gérer” les dragons et représenter vos peuples auprès des monstres. Votre vie n’est pas de tout repos : négocier un accord avec un dragon d’or immensément riche et influent et aux objectifs opposés n’est pas toujours préférable à la traque d’un jeune dragon bleu de dix mètres qui ravage la région !

Dans un monde asservi par les dragons autant au niveau politique que par la force pure, vous êtes le seul espoir des populations soumises à leur bon vouloir.

Le Fix : Pffff, on ne me l’a fait pas à moi : encore des boîtes de découvertes qu’il faudra mettre de côté quand vous vous déciderez à nous vendre le gros livre de base avec les règles complètes du jeu, pas vrai ?

Comme le disait le communiqué de presse, ce ne sont pas des boîtes de découverte, mais des jeux complets à chaque fois, au format boîte avec plein de matériel. Dedans il y a tout ce qu’il faut pour jouer des heures et les seuls suppléments dont tu auras besoin, ce sera des scénarios à foison (ça tombe bien, entre les 12 numéros du magazine parus à ce jour et les 52 aventures de Scenarii Medfan, on est plutôt bien fournis chez JdR Editions).

Le Fix : Et qu’est-ce qui fait que ces boîtes seront tout particulièrement adaptées à l’initiation au JdR, objectif avoué de cette nouvelle gamme ?

En premier, grâce au système D100 : rien n’est plus intuitif que le pourcentage pour estimer la puissance de son personnage au premier coup d’œil. La rédaction du jeu est, quant à elle, très didactique et pleine d’exemples. On a même ajouté un livret pour les grands débutants, qui ne savent même pas ce qu’est le JDR et à qui on a probablement offert cette boîte sans trop savoir ce que c’était. Et n’oublions pas le matériel digne d’un jeu de société, dans une seule boîte on trouve tout ce qu’il faut pour jouer sans avoir à revenir dans une boutique car il faut toujours quelque chose en plus, pas de ça chez nous : le livre de jeu avec les règles intégrales, un livret pour débutants, 110 cartes pour jouer en solo/duo sans MJ, un écran, 8 scénarios, 4 plans 60x40cm, 20 pions, 7 fiches de dragons, 13 fiches de personnages et un set de dés. On voulait en mettre plus, mais la boîte débordait déjà !

Le Fix : Au final, c’est quoi le mieux pour se lancer dans le JdR : Tiny ou Chroniques des Terres/Dragons/Aventurii, hein ?

Je croyais qu’on avait dit pas de coup bas ?! Bon, et bien, cela dépend vraiment de ce que tu aimes. Tiny en boîte d’initiation, c’est incarner des jouets, de l’action et une pointe de peur, de l’aventure onirique et seulement le matériel nécessaire pour jouer les quatre scénarios inclus. Terres-Dragons, c’est de la fantasy et des dragons, de l’action et de l’exploration, de la négociation et de la magie dans un jeu avec deux campagnes pour un total de huit scénarios, tous les conseils pour écrire ses propres aventures et donc utiliser la boîte des années.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *