Le retour de la momie

Ça, c’est le truc embêtant quand on se lance dans la publication d’un jeu avec les morts-vivants (que ce soient des vampires, des goules ou des momies égyptiennes ne change rien à l’affaire) : on risque de se faire vanner quand le projet meurt. Et re-vanner derrière si, en plus, le projet renaît de ses cendres derrière. On tient justement pile-poil le bon candidat pour ce genre de vannes : Aegyptus, le jeu presque édité par feu les éditions Orygins (qui ont officiellement annoncé qu’elles arrêtaient toute activité dans quelques mois). Questions à Gabriel Thomas, son auteur, roi des bandelettes.

1. Ah, ça y est, on tient le vrai champion du foulancement : le CF qui est en train de réussir mais qui échoue quand même. Trop fort. Alors, ça fait quoi  ?

Ben oui que veux-tu ! Même dans le pire, je peux être le meilleur. Il ne faut jamais douter de son potentiel, et ce, dans n’importe quel domaine 🙂

Plus sérieusement, ça fait un peu « mal » dans un premier temps. Je me suis dit au début : « tout ce travail pour ça ? » Et puis en y repensant à tête reposée, je n’ai trouvé aucune raison qui pourrait justifier l’arrêt du projet et d’ailleurs, un CF reste une expérience à vivre, cela a donc été plutôt bénéfique à mon niveau. Même s’il n’est pas allé au bout, je ne le vois pas comme un échec, car j’en ai tiré des leçons. J’aurais bien évidemment souhaité que le CF aboutisse, mais plus le temps passe, plus j’envisage cela comme une opportunité de présenter Aegyptus dans de meilleures conditions.

2. Non mais, sans rire, c’est la perspective du succès de Aegyptus qui a fait peur à Orygins ou bien ? *

« bien »… Bon ok, ma petite blagounette était pourrie, j’assume.

Pour le coup, il s’agit plutôt d’une question qui s’adresse à l’éditeur, mais je vais me permettre de répondre avec un minimum d’éléments. Le succès relatif d’Aegyptus n’a pas du tout fait peur à Orygins (17 000 euros c’est à la fois une sacrée somme et pas tant que ça non plus, si on regarde de plus près les dépenses engendrées pour la création d’un Jdr). Ça n’a rien à voir avec cela. Cette décision a été prise pour plusieurs raisons et si elle ne concernait que mon jeu, il n’aurait pas annoncé l’arrêt de son activité et il n’y aurait pas eu cette news pour Knight. J’en profite d’ailleurs pour souhaiter toute la réussite possible à leurs auteurs. Ils bénéficient d’une très belle gamme à laquelle l’éditeur a largement contribué.

3. Bon, du coup, tu laisses tomber ou bien, comme Rê, tu renais à chaque fois après la nuit ?

Laisser tomber ? Certainement pas ! L’arrêt du CF n’a rien à voir avec la qualité ou le potentiel d’Aegyptus. Je n’ai donc pas écrit mon dernier hiéroglyphe, par Osiris !

Pour faire une analogie à Rê, je dirais qu’il a rencontré un petit problème de barque. Impossible d’affirmer s’il a fait le coup de la panne à Apophis ou si c’est un stratagème de ce dernier pour coincer le démiurge dans le monde souterrain. Toujours est-il que la nuit n’est pas achevée et que le soleil n’est pas encore prêt à se lever. Il faudra un peu de temps pour voir l’aube, mais Rê n’est pas tombé de la barque et c’est bien là l’essentiel… En clair, ça bosse en coulisse.

4. Le foulancement était donc bien parti mais le fait de devoir reprendre les choses à zéro à l’avenir te font-elles reconsidérer différemment certaines choses ?

Oui absolument ! Le CF a vu tous les « early birds » (150 exemplaires/7500 euros) partir en moins de 48 heures. C’est un excellent résultat pour une création originale. En revanche, je ne recommence rien de zéro puisque j’ai un manuscrit presque finalisé, un jeu qui a été testé de nombreuses fois par plusieurs meneurs et une petite équipe prête à me suivre.

En fait, cette première aventure éditoriale m’a procuré une certaine expérience et si l’on considère juste le financement participatif, j’ai pris en compte les questions les plus récurrentes et les observations d’une communauté naissante. Je pourrais citer les comparaisons avec Nephilim, univers dans lequel je n’ai jamais joué et pour lequel je n’ai jamais lu les romans, ou encore le fait d’évoluer sur une période de 3000 ans pouvant être trop vaste selon certain.e.s. Ces éléments parmi d’autres font parties d’une réflexion que je mène actuellement pour proposer un Jdr toujours plus abouti. Je me donne un peu de temps pour parfaire mon manuscrit à soumettre à un éventuel éditeur intéressé par l’aventure.

5. En tant qu’auteur, crois-tu que l’on puisse tirer de cette mésaventure des généralités sur l’avenir du rôle des éditeurs de JdR ?

Des généralités ? Je ne pense pas. Chaque maison d’édition dans le milieu a ses particularités et c’est très bien ainsi. Tout comme pour certaines expériences malheureuses depuis plusieurs années, les éditeurs ont su pour la plupart en tirer des leçons. J’ai bien évidemment un rôle extérieur, mais cela s’est vu dans des exemples récents. La communication est plus mesurée. Les prérequis avant le lancement d’un projet se sont affinés. Pour avoir été en lien direct avec plusieurs professionnels de notre loisir, directement ou indirectement, cela se remarque assez bien sur les derniers CF proposés.

Pour revenir à Aegyptus, je n’aurais jamais pu anticiper une telle décision de la part d’Orygins. Comme tu l’as souligné dans ta première question, ce CF constitue une exception parmi les autres financements, mais mon attention et mon intention sont essentiellement focalisées sur tout le positif que je peux en retirer.

En tout cas, merci pour cet interview. J’en profite pour remercier toutes les personnes qui ont souscrit, partagé, commenté, ou même défendu Aegyptus et qui m’ont accordé leur confiance. L’aventure continue !

https://www.facebook.com/Aegyptuslejdr/

 

————————————————————————————————————————–

Si vous n’aviez pas suivi l’affaire, nous vous reproduisons en annexe la déclaration des éditions Orygins :

C’est avec un grande émotion que nous annonçons la fin d’Orygins.

Que les souscripteurs de Pingyao et écran V2 se rassurent, nous honorerons leur sortie dans les temps que nous avons prévus et les produits seront disponibles dans vos boutiques.

La campagne d’Aegyptus, bien qu’elle soit un succès financier, est quant a elle stoppée.

Un grand merci à vous pendant ce formidables années et pour toutes ces inoubliables aventures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *