Bis repetita placent

Et oui, moi aussi je peux faire croire que je parle latin couramment, et toc.

En tout cas, visiblement, Les XII Singes ont bel et bien acheté un Gaffiot puisqu’ils continuent d’orner de latin de cuisine les titres des ouvrages qui vont continuer à enrichir cette copieuse gamme qu’est en train de devenir Cthulhu Hack.

Rappelons qu’à l’origine, le petit livret de 80 pages sous couverture souple vendu à vil prix était prévu pour soutenir la publication du reboot de la campagne L’affaire Deluze à une époque (2018) de creux pour le jeu de référence lovecraftien, L’Appel de Cthulhu, en déshérence de Sans Détour et pas encore relancé chez Edge. Depuis, le système en lui-même séduit et les Singes semblent avoir découvert la poule aux œufs d’or en multipliant les foulancements à flux tendu autour de campagnes ou de séries de suppléments thématiques (sur les monstres en particulier) au point de voir désormais cette gamme « hack » comme un sérieux concurrent à la gamme lovecraftienne officielle. Même en se limitant aux gros ouvrages, on a déjà dépassé la demi-douzaine de suppléments dans cette collection.

Et ce n’est pas prêt de s’arrêter si on en croit ce que nous préparent les Singes pour dans quelques jours (le 25/05 à 17h00) avec le foulancement intitulé, donc, Libri Arcanum : https://www.gameontabletop.com/cf506/libri-arcanum.html

On reprend ici les bases du précédent Libri Monstrorum à savoir : du thématique / trois ouvrages principaux / du Benoît Attinost en bonus.

Comme l’auront habilement deviné ceux qui ont pris l’option Latin en 4ème avec Madame Corazzini, le thème de cette nouvelle série de suppléments est la magie sous toutes ses formes du moment qu’elles soient lovecraftiennes.

Le volume de base de ce triptyque a été audacieusement nommé Magie. Ce sera un livre de 160 pages environ, couleur, grand format US Letter et sous couverture rigide. Il contient des règles étendues de magie pour Cthulhu Hack et de nombreux outils pour que le MJ puisse mettre en scène des sorciers en tant que PNJ, grâce à des règles dédiées et de nombreux éléments de background (écrits interdits, reliques, glyphes, langages obscurs, symboles occultes, etc.). Il ajoute également des dizaines de nouveaux Sortilèges et Rituels.

Il est accompagné de Cultes (ça alors !). Ce livre du même format développe cinq cultes des années 20 avec leur organisation, leurs ressources magiques, leur QG et leurs intrigues. Pour chacun, une adaptation moderne est proposée, afin de pouvoir jouer des scénarios lovecraftiens contemporains.

Cabales (112 pages) ferme la marche du peloton. IL s’agit d’un recueil de quatre scénarios liés à la magie et la sorcellerie. Ils sont signés d’auteurs maison à savoir Tristan Lhomme (qui ça ?), Éric Dedalus (La Ville en Jaune), Fabien Fernandez (Necropolice) et, plus surprenant, Maxime Plasse qui s’avère finalement être le pilier de ce projet alors qu’on était plus habitué à profiter de ses mises en page et de ses magnifiques cartographies. Du coup, nous aurons le plaisir d’interviewer Maxime dans quelques temps afin qu’il nous parle plus en détails de cette nouvelle aventure éditoriale.

Puisqu’on parle auteur maison, le triptyque est donc là aussi complété par un livre signé Benoît Attinost qui, avec ce Le Sixième Sceau, propose une campagne dans l’univers d’anticipation horrifique déjà exploré dans Rouge Delaware.

Si malgré votre intégrale Sans Détour et les premiers ouvrages de chez Edge, vous êtes en manque de Cthulhu (soupir), rassurez-vous : les Singes promettent une livraison en PDF dès cet été et en physique avant la fin de l’année 2021.

Foulancement oblige, vous pourrez, si vous êtes un gros gueudin, compléter votre panier avec de petites choses pas très raisonnables comme la pochette d’aides de jeu tirées à part (cartes, plans, lettres et coupures de presse à remettra aux joueurs, etc.), l’inédit guide de conseil Le Guide de survie du MJ Cthulhu (qui présente des centaines d’éléments – tomes impies, lieux à fouiller et objets de cultistes – pour préparer et improviser des scénarios lovecraftiens), les dés spéciaux Cthulhu Hack (qui, rappelons-le, n’utilise pas de dés spéciaux…), le deck de cartes d’événements Sombres Périls (déjà vu dans La Ville en Jaune)… Ouf, on échappe sur ce foulancement à l’écran du MJ spécifique.

A noter, enfin, que le CF sera évidemment l’occasion de compléter votre collection de Cthulhu Hack. Cela tombe bien puisque la plupart des ouvrages de la gamme étaient épuisés et vont donc, déjà, être réimprimés. Définitivement : le poulpe, ça pulse.

3 pensées sur “Bis repetita placent

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *