Le G.O. de C.O.

Laurent « Kegron » Bernasconi est maintenant clairement identifié comme LE spécialiste du système de jeu maison de Black Book Editions, Chroniques Oubliées. Alors, quand il y a une mission vraiment difficile à mener, c’est à des gens de son étoffe que BBE s’en remet. Et là, la mission était particulièrement relevée : écrire une énième campagne Cthulhu qui puisse faire sens au milieu du déluge de matos laissé derrière lui par SD ou publié depuis par Edge ou les XII Singes. Mission réussie ? Vous pouvez déjà vous faire votre propre idée en allant voir la page du foulancement de ce Quintessence. Pour le reste, cela se passe entre quatre z’yeux ci-dessous. 

 

1. Ces derniers temps, Laurent, on t’a souvent vu dans le registre du medfan, notamment pour CO et ses dérivés. Est-ce qu’on écrit une campagne Cthulhu comme on écrit une campagne de fantasy ?

Oui, tu remplaces les gobelins par des sectateurs et les dragons par un Grand Ancien et ça le fait. Faut juste un peu plus détailler le background des gobelins et ajouter des tentacules sur l’illustration du dragon. Dans les deux cas c’est ensuite beaucoup de remue méninge, sauf que pour Cthulhu le TGCM doit être un peu plus discret. Du coup les pièces du puzzle deviennent biscornues et réussir à les assembler ça te rend fou. Ce qui est parfait pour te mettre dans le thème… bon j’ai encore du mal à ne pas me réveiller toutes les nuits en bavant. Sinon ça va, c’est tranquille.

2. Un des écueils, j’imagine, c’est que des campagnes Chtulhu, il y en a déjà plein. Mais vraiment plein. Pourquoi aurais-je besoin de celle-ci en plus ?

Parce que tu joues à CO, parce que les illustrations sont magnifiques, parce qu’il te faut tout ce qui sort pour Cthulhu ? Et si je te dis, parce qu’elle est vachement trop bien, tu me crois sur parole ? Disons qu’elle permet une explorations de plusieurs facettes caractéristiques du jeu : confusion, folie, historique, onirique et pulp. C’est un peu le programme de Chroniques Oubliées : permettre d’explorer un genre de la cave au grenier en Technicolor.

3. De plus en plus, il semble y avoir plusieurs courants à l’intérieur du Lovecraftisme. Toi, pour ta campagne, tu es plutôt canal historique, full horror, pulp à la papa, etc. ?

Je ne suis pas assez pointu sur les courants et autres épluchages pour te répondre. Comme je l’ai dit on explore plusieurs facettes du jeu : ça commence avec une ambiance pesante et stressante avec des huis-clos et ça se termine un peu plus pulp.

4. Tiens, à propos de « plein de campagnes Chtulhu », j’ai vu que tu avais collaboré avec un certain Tristan Lhomme sur Monstres. Il t’a filé des tuyaux ?

Je n’ai pas voulu embêter Tristan avec mes élucubrations, mais pour l’anecdote, quand je lui ai présenté le pitch pour m’assurer que je n’étais pas en train d’écrire quelque chose de totalement incohérent, il m’a répondu : c’est très classique. Moi j’y ai vu un compliment 🙂 Cela m’a rassuré, car c’est exactement ce que je voulais. Tu vois, le pitch d’Invincible (un dragon terrorise une région) est très classique aussi. C’est le traitement qui est original. C’est ce que j’essaye de faire.

5. Nous, chez le Fix, on est des gentils. Mais j’ai entendu des médisants dire que la campagne de la première boîte Chroniques Oubliées Cthulhu était une sorte de train fantôme : on suit des rails pour rencontrer des monstres. Les gens sont-ils trop méchants ou bien tu reconnais qu’il y avait une part de vérité là-dedans ?

Non les gens ne sont pas méchants, ils ont en partie raison ; toutefois il est utile de rappeler qu’il s’agit d’un produit d’initiation. Le but était de ne pas perdre le MJ. Mais honnêtement, on ouvre là un vaste débat sur les différentes façon de faire du jeu de rôle : une liberté totale ou une histoire plus construite ? En gros ma façon de jouer et de construire une campagne consiste à écrire des scénarios à l’intérieure desquels il y a une grande liberté d’action pour les joueurs, mais qui mènent à des conclusions logiques et donc des transitions prédéfinies afin de construire la grande histoire. Donc il y a des aiguillages, mais pas de rails pour les relier…

6. Le format boîte pour une campagne semble moins évident que pour un kit d’initiation. C’est plutôt une chance ou un fardeau pour l’auteur de la campagne ?

Une chance à 100%. Surtout quand l’éditeur te suit pour faire un matériel complet et de qualité. Si tu joues sur table, avoir du beau matériel c’est quand même topissime, avoir plusieurs livrets aussi. Et puis quoi, nombre de campagne légendaires de Cthulhu sont des boîtes. C’est presque une marque de fabrique du genre !

7. De ce que tu en sais, tu crois qu’il y a une chance pour qu’il y ait une 3ème, une 4ème, etc. boîte dans cette gamme ?

Ouh là ! Tout est possible, mais je ne pense pas que ce sera moi l’auteur. Bon… quand j’ai terminé la première campagne de la boite d’initiation, j’ai juré qu’on ne m’y reprendrait plus. Et puis je suis faible, j’ai accepté de me charger de la suite. Alors va savoir.

8. En fait, c’est à quel moment que tu vas en avoir marre de bricoler le système Chroniques Oubliées dans tous les sens, hein ?

Je n’ai pas encore tiré tout ce que je pouvais de Chroniques Oubliées. Je bosse en ce moment sur une déclinaison alternative que je trouve super intéressante. Les Hommes en Noir on l’art de proposer des projets auxquels tu ne peux pas dire non. Et puis, je me sens une obligation morale envers les joueurs qui attendent encore plein de choses de la version Fantasy : atlas, campagne et lifting des règles. Rien qu’avec ça, j’en ai encore au moins pour deux ans de boulot.

Ceci dit j’ai participé à l’ancêtre de Role ‘N play ainsi qu’à Joan of Arc. (…) Mmm, maintenant que j’y pense, je devrais peut être m’en tenir à Chroniques Oubliées, je me demande si je ne porte pas la poisse aux autres jeux.

https://www.gameontabletop.com/cf586/chroniques-oubliees-cthulhu-quintessence.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *