Vincent Mathieu fait l’intéressant

Incroyab’, la collection Icare existe encore chez Black Book Editions. On la pensait phagocytée par le succès de Würm 2 mais non, les Hommes en Noir ont de la suite dans les idées et ils vont bel et bien redonner leur chance à tout le catalogue de l’ancien éditeur éponyme. C’est donc au tour de Cats ! de s’y coller. Le foulancement est en cours et… bah… disons que cela devrait bien se passer apparemment. Cela dit, le succès attendu de la PP ne doit pas nous priver d’entendre l’auteur du jeu, Vincent Mathieu, nous en dire plus sur cette réédition.

 

1. Bon, on ne va pas se mentir : à part avoir l’air mignon et faire caca pile dans une boîte, un chat, ça ne sert pas à grand-chose. Comment on peut en faire des PJ intéressants ?

Tu ne trouves pas que manger, dormir et s’amuser forment déjà le meilleur des programmes ? Bon, c’est vrai que c’est un peu répétitif et limité. C’est pourquoi les joueurs et les joueuses n’interprètent pas n’importe quel chat dans le jeu. Ce sont des agents du Conseil de Paris, de véritables James Bond félins, la crème de la crème en matière de matou. Ils ne font pas que quémander des caresses et faire leur toilette à tout bout de champ. Ils ont aussi des missions à effectuer, comme protéger la Mascarade afin d’éviter que les humains ne comprennent qu’ils se font manipuler depuis la nuit des temps ou sauver le monde. Enfin, sauver « leur » monde, celui des chats éveillés. Celui des hommes vient en second, bien évidemment. Du moment qu’ils fournissent pâtée et croquettes et qu’ils nettoient les litières, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Cela dit, on peut aussi jouer dans Cats ! autre chose que des chats. On peut aussi interpréter de simples humains qui ont pris fait et cause pour les chats, ou des « bastets », des esprits de chats coincés dans un corps humain. Les deux propositions de personnage autre que les chats ont leurs avantages et leurs inconvénients. Mais ils donnent aussi la possibilité d’interpréter des humains pour les joueurs qui seraient décontenancés par le fait d’avoir un personnage qui ne soit pas anthropomorphe. La perte du pouce préhenseur peut perturber certains joueurs.

2. Mouais. Incarner un détective félin dans un JdR à animaux anthropomorphes, je vois vaguement. Mais incarner un chat qui est vraiment… euh… un chat , je sens que je ne vais pas être inspiré. Tu files des tuyaux dans le livre de base ?

Oui, j’en donne pas mal sur les comportements du chat et les codes de la société féline. Mais en version express, ce serait : « Soyez dédaigneux, casse-pieds et relous avec les humains ». Dans l’univers du jeu, les chats ont créé les humains comme esclaves génétiques afin de leur refiler tout le boulot chiant de la vie de tous les jours, dans le but de profiter de la vie. L’intérêt des hommes, c’est qu’ils ont des pouces préhenseurs et qu’ils peuvent manipuler des outils pour réaliser des commandes « suggérées » par les chats.

Cela ne veut pas dire que les chats sont moins habiles que les hommes. Ils ont juste d’autres moyens de réaliser certaines actions grâce à des talents psychiques que très peu d’humains ont à très faible niveau. Une pièce fermée ne l’est pas vraiment pour un chat qui a le talent « Téléportation », pour peu qu’il ait pu y jeter un coup d’œil avant. Ou alors le talent « Passe-muraille » pour ignorer les murs, le sol ou le plafond. Mais le plus simple reste quand même de miauler à tue-tête jusqu’à ce qu’un humain vienne t’ouvrir la porte fermée. Cela dit, comme m’a fait remarquer un ami félin, les humains sont assez doués pour exécuter les ordres, mais le service est d’une lenteur…

3. Outre-Atlantique la mouvance des feel good games se développe aussi dans le JdR. Est-ce que Cats ! s’inscrit dans le créneau ? Genre « bar à chats » mais en jeu, quoi.

J’aime beaucoup le concept du « bar à chats », mais en jeu. A l’origine, Cats ! a été créé pour des rôlistes trentenaires qui venaient de devenir jeunes parents et qui n’avaient plus beaucoup de temps pour jouer. Le parti pris de ce jeu confidentiel restreint à un petit groupe d’amis était d’être simple (l’univers de jeu est notre monde actuel), facile (on résout les actions en additionnant un chiffre et le résultat d’un dé à dix faces) et amusant (l’idée était de reprendre les codes de Vampire en les détournant pour les parodier avec les chats). Le jeu était plus créé dans l’optique d’une comédie parodique qu’un jeu de type « feel good ». Mais il faut bien reconnaître que les chats sont quand même vachement plus « cool » face à un nain avec un crête de punk qui s’apprête à trancher du géant. J’ai d’ailleurs pu remarquer dans les nombreux salons et conventions que j’ai écumés que les parents préféraient de loin faire découvrir le jeu de rôle à leur progéniture quand ces derniers pouvaient interpréter des chats plutôt que des guerriers harnachés de pied en cape pour aller se friter de l’orc à tout va. Il y a un côté « kawaï » du chat qui plaît beaucoup à énormément de rôlistes.

4. Roooh, franchement, je te le demande : est-ce qu’on a vraiment besoin en ce moment d’un jeu sur les complots ? Hein, ‘spèce d’irresponsable !

Pour ma défense, j’étais bien obligé de présenter cela sous la forme d’un jeu. Sinon les chats qui dirigent le monde ne m’auraient jamais permis de publier ces informations essentielles! Maintenant, vous avez une explication des plus logiques sur pourquoi les chats qui ne servent à rien dans notre société sont traités comme des rois. Et puis, je ne fais pas qu’alimenter un complot de plus pour surfer sur la vague en vogue du moment. Je l’explique aussi en fournissant moult exemples historiques et factuels. Paie ton complot, mais en croquettes !

5. Parlons règles. Du coup, sous la pression de ton éditeur, tu as été obligé de tout passer en Chroniques Oubliées, c’est bien ça ?

A la base, c’était prévu pour être un univers de jeu pour D&D5. Mais j’ai rapidement fait comprendre à Black Book que les futurs acquéreurs n’aimeraient certainement pas aller rechercher toutes les dix minutes leurs dés à vingt faces que leur félin domestique aurait balancé d’un coup de patte bien sentie sous le premier meuble venu. C’est que ça roule très facilement, ces petites choses…

Au final, on est resté sur le système de base de la première édition, mais légèrement remanié par mes soins suite à la centaine de parties faites en convention, histoire d’être encore plus fluide et plus cohérent. Les résolutions d’actions se font soit par compétence, soit par les caractéristiques du personnage. Pour le premier, on ajoute le résultat d’un dé à dix faces au score de compétence. Pour le second, on ajoute le résultat d’un dé à dix faces au double de la valeur de la caractéristique choisie. La somme doit être supérieure ou égale à une valeur en fonction de la difficulté de l’action. J’ai revu l’échelle de difficulté par rapport à la première version pour être plus cohérent et plus logique, tout en facilitant les mécanismes de jeu.

Il y a aussi l’ajout de cartes dans le jeu pour matérialiser les faveurs des personnages félins, ce qui permet de mieux les échanger entre joueurs.

6. Mmmmh, cela m’a l’air assez proche de la v1. J’ai le collector alors, avoue, je n’ai pas *vraiment* besoin de celle-ci, pas vrai ?

Je vais être cash : non, tu n’as pas besoin de cette nouvelle édition si tu as l’ancienne des éditions Icare. Tout simplement parce que le jeu de rôle n’est pas un modèle économique qui pousse à la consommation. En effet, une fois que j’ai le livre de base, ben j’ai besoin de rien d’autre. Uniquement de mon imagination pour créer des aventures et des joueurs pour s’amuser avec moi. Le jeu de rôle, ça ne nécessite que des bouts de ficelle pour fonctionner.

Maintenant, je vais me faire l’avocat du diable pour me contredire. Comme dit précédemment, il y a des améliorations et quelques changements par rapport à la version d’origine du jeu suite aux centaines de parties faites depuis sa sortie en novembre 2010. Ils sont là pour faciliter et mieux immerger les joueuses dans le jeu, et donc ça serait bête de passer à côté. En plus, Black Book a mis les moyens, notamment dans la forme (illustration, charte graphique, feuille de personnages, écran, etc.), pour donner ses lettres de noblesse à ce « petit » jeu de rôle qui peut se permettre de côtoyer les grands sans avoir à rougir.

7. Le foulancement est lancé mais, chez le Fix, une question nous brûle toujours les lèvres : y aura-t-il un kit Cats ! ? Hein ?

Ça, ce n’est pas encore sûr. Surtout parce que ça impliquerait d’avoir toute une gamme de croquettes et pâtées avec différentes saveurs, et aussi du lait spécial pour chat qui ne leur refile pas des coliques. Sans compter toute la logistique pour alimenter les supermarchés et magasins spécialisés en animaux de compagnie.

Plus sérieusement, je ne le pense pas. Cats ! est un « petit » jeu qui ne se veut facile à prendre en main et ne nécessite pas un background gros comme un Larousse ou un Robert pour commencer à jouer. Faire un kit reviendrait grosso modo à refaire le livre de jeu en excluant la moitié des chapitres. Je n’en vois pas l’intérêt. Par contre, il me semble que Black Book proposera une version PDF du jeu. Mais ça sera à préciser lors du lancement de la précommande.

8. Dis donc, Cats ! chez un gros éditeur comme BBE, ça doit faire un bon supplément de croquettes, ça ! Tu as été tenté par un foulancement grand luxe avec boîte, figurines de chats et tout ?

Le deal était que Black Book donne au jeu un ramage et un plumage (pour des chats, arf !) digne de ce nom. J’avais une tonne d’aficionados qui désespéraient de pouvoir le trouver depuis que le stock de la précédente édition avait été liquidé suite à la disparition des éditions Icare. J’ai fait mon possible pour leur permettre de remettre la main sur le jeu, avec en plus un look amélioré et des modifications pour augmenter le plaisir du jeu. Il y aura peut-être des dés spéciaux, mais surtout une foultitude de scénarios possibles pour donner l’occasion de jouer et tester les multiples facettes du jeu. Certains sont connus, d’autres uniquement présentés au cours des nombreuses conventions auxquelles j’ai fait jouer le jeu. Je pense que c’est ce que demandent en premier les joueuses qui veulent s’amuser à incarner des chats. Maintenant, si elles veulent encore plus de choses pour la sortie du jeu, il leur faudra faire entendre leur voix lors de la précommande. Je suis prêt à tout pour faire ronronner de plaisir les futurs acquéreurs du jeu. Parce que tout le monde veut être un cat !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *