Dans la famille « JdR Générique », je voudrais « Le Bon » [chronique SWADE]

Savage World, SAWO pour les intimes, est un système de jeu générique qui existe depuis près de 20 ans et dont la devise est « Fast, Furious & Fun ». C’est sans doute ce qui lui a valu d’être adopté par de nombreuses tables et de nombreux MJ. En effet, c’était un système facile d’accès et rapide à prendre en main, même s’il avait certains défauts. Une nouvelle version du jeu, appelée SWADE pour Savage World Adventure Edition, vient d’atteindre nos contrées. Est-ce que cette nouvelle édition apporte quelque chose par rapport à la version actuelle (Deluxe) ? Découvrons le ensemble….

Plus ça change….

Pour ceux qui ne connaissent pas le système de jeu, en voici un résumé rapide.

Les personnages sont décrits par cinq Attributs (Agilité, Âme, Force, Intellect et Vigueur) dont le niveau est exprimé par un dé : D4, D6, D8, D10, etc. A la création, les personnages ont D4 dans tous les attributs et 5 points à répartir. 1 point permet d’augmenter d’un niveau. Passer de D4 à D10 coûte donc 3 points (D4→ D6, D6 → D8 et enfin D8→ D10). Toutes les compétences sont liées à des attributs et exprimées également en niveaux de dé. Il est possible d’augmenter une compétence plus haut que son attribut lié, mais cela coûte plus cher.

Pour faire un test de trait (attribut ou compétence), il faut lancer le dé correspondant et si le résultat est supérieur ou égal à 4, c’est un succès. Bien sûr selon les circonstances, le niveau de difficulté peut changer et être supérieur à 4, et des bonus ou malus peuvent être appliqués au jet de dé. Les PJ et certains grands méchants sont des jokers (des héros ou des vilains, quoi) : ils ont donc le droit de lancer un D6 supplémentaire et de garder le meilleur des deux résultats. Les dés sont explosifs, ce qui fait que quand ils indiquent leur maximum potentiel, on peut relancer et ajouter le 2e résultat au premier.

Exemple : ayant D8 dans la compétence Tir, Tom qui est un joker lance un D8 et un D6. Le D8 donne un résultat de 7. Par contre, le D6 donne un résultat de 6, ce qui est le maximum possible pour un D6. Tom relance et obtient encore 6. Il relance encore et cette fois-ci obtient 1. Ce qui lui fait un résultat final de 13 (6+6+1). Ce qui est un très bon résultat.

Bien sûr, le MJ peut également appliquer des malus selon selon le niveau de familiarisation avec un objet donné.

Exemple : un soldat formé dans les années 2000 trouve un mousquet ancien et essaie de tirer avec. Le MJ peut tout à fait lui infliger un malus de -2 (voire de -4) parce qu’il n’est pas habitué à cette arme. De plus, en fonction des conditions de visibilités, il peut y avoir un malus cumulatif de -2, à cause de la pluie par exemple.

En se basant sur des mécanismes simples, ce système est donc rapide à mettre en place, très facilement compréhensible et adaptable à de nombreuses situations et à différents univers.

Les personnages sont ensuite définis par des atouts et des handicaps qui permettent de les rendre uniques (ou presque). Une longue liste est fournie dans le livre de base et certains univers disponibles dans le commerce proposent une liste supplémentaire adaptée au contexte.

Enfin, les personnages ont une race qui peut leur procurer des atouts ou des handicaps. Le livre de base propose des races classiques (nains, elfes, demi-elfes, halfelings) ou génériques (aviens, aquariens, anges, etc). De plus, un système de création de races est fourni ce qui vous permettra de créer des races originales ou sous licence (vulcains, wookies ou autres).

Les véhicules, l’équipement, de grandes listes de pouvoirs, ainsi que des ennemis et des monstres sont disponibles. Bref, le jeu est toujours aussi riche et permet de jouer dans de nombreuses époques et ce avec le livre de base seulement. De ce point de vue là, pas de changement. SWADE conserve les points forts de ses prédécesseurs, bien heureusement. Par exemple, le système de combat et de poursuites est toujours aussi riche et rapide.

Enfin, le système de progression est toujours présent. Cela vous donnera l’occasion de jouer sur le long terme tout en permettant à vos personnages de progresser de manière très satisfaisante. Chaque progression permet d’augmenter des compétences (ou un attribut une fois par rang – voir plus bas), de prendre des atouts ou de racheter des handicaps (si le MJ est d’accord et que cela fait sens pour votre personnage). Toutes les quatre progressions, votre personnage gagne un rang (Novice, puis Aguerri, puis Vétéran, puis Héroïque et enfin Légendaire). Cette progression n’est pas seulement honorifique, en effet, certains atout ne sont disponibles que pour les personnages d’un certain rang. Donc, plus votre personnage progresse, plus il a d’opportunités de customisation.

Pour ceux qui sont familiers avec SAWO, on se retrouve en terrain connu, ce qui est une bonne chose car ce système avait de nombreuses qualités et cette nouvelle version les conserve.

Les changements apportés par SWADE.

Notons tout d’abord un changement de vocabulaire : la compétence Sarcasmes devient Provocation, ce qui est plus clair. Plus important, les relances s’appellent maintenant des Prouesses : grâce à une belle marge de réussite (chaque 4 points au-dessus du niveau de difficulté de l’action), il est possible de faire des actions réellement impressionnantes. Personnellement, je trouve ça bienvenu, ça permet de s’éloigner un peu du vocabulaire typé « poker » qui collait bien à l’univers de Deadlands, mais beaucoup moins à d’autres univers. C’est dommage qu’ils ne soient pas allés plus loin en renommant les jokers en « têtes d’affiche » ou « héros » ou tout autre vocabulaire plus générique.

Ensuite, concernant les talents et les compétences, il y a eu quelques ajustements. Le charisme a été supprimé, Réseaux devient un talent. Les connaissances ont été séparées en plusieurs compétences disponibles ou pas selon les univers (Education, Electronique, Sciences, Stratégies, etc). Culture Générale devient une compétence à part entière. Performance devient une une nouvelle compétence : il est enfin possible de jouer un artiste. Crochetage fait maintenant partie de Subterfuge, Pistage fait partie de Survie. Les retours d’expérience ont été pris en compte et certains petits problèmes de SAWO ont été corrigés. Bref, tout ceci me semble bien vu.

Le système de jeu a également été légèrement amélioré lors des combats. Il est maintenant possible d’imposer des épreuves à ses ennemis. Avant il était possible de faire un jet de sarcasmes ou d’intimidation. Cela reste possible, mais de nouvelles possibilités sont offertes : faire trébucher, éblouir, etc. Le joueur décrit son action, en expliquant comment il s’y prend et si le MJ est d’accord, les dés sont jetés. En fonction des résultats et de l’action entreprise, cela permet d’imposer un des deux nouveaux états qui font leur apparition : Distrait (-2 aux jets de trait) ou Vulnérable (+2 aux attaques ennemis jusqu’à la fin de son tour). En cas de prouesse, l’ennemi sera secoué en plus. Les autres joueurs peuvent apporter leur soutien à une épreuve ou à un jet de combat. En cas de succès, ils apportent un bonus à leur allié, en cas d’échec ou pire, d’échec critique, ils gênent leur camarade. SWADE devient donc encore plus coopératif.

De plus, les caractéristiques des véhicules connaissent une évolution notable : ils sont maintenant définis par leur manœuvrabilité et la vitesse maximum qui remplacent l’accélération, l’allure et la montée. Des règles de conversion sont fournies (page 82). Les caractéristiques des véhicules sont plus lisibles, mais rien de révolutionnaire.

Enfin, le changement le plus important concerne le fameux état Secoué qui était un problème important dans SAWO. Cet état peut-être provoqué par un conflit social ou par une attaque. Si le personnage subit une attaque normale, le personnage est secoué. Pour chaque prouesse supplémentaire, il subit un niveau de blessure. A noter : si un personnage secoué subit un autre état secoué, il subit une blessure et reste secoué.

Un point important à avoir en tête : il faut enlever cet état secoué pour pouvoir agir normalement. Dans la précédente édition, il n’était pas rare de passer tout son combat dans un état secoué sans pouvoir agir normalement. Maintenant, dans SWADE, c’est beaucoup plus difficile. Un personnage secoué peut faire des actions gratuites (comme se déplacer). Ensuite, au début de son tour, il peut tenter d’enlever son état secoué en faisant un jet d’âme : c’est une action gratuite et automatique. S’il échoue, il reste secoué et peut faire uniquement des actions gratuites. S’il réussit son jet d’âme, il peut agir normalement dès ce tour-ci. Dans les précédentes éditions, il fallait obtenir une relance. De plus, il est possible de dépenser un jeton n’importe quand pour enlever un état secoué. Bref, cela n’a l’air de rien, mais les nouvelles règles sur l’état secoué vont enlever énormément de frustration autour de la table… Très très bien vu.

Au final, aucun changement en profondeur et il est donc tout à fait possible d’adapter les univers existants à SWADE. Vu le peu de changements, il est même possible de l’adapter en live lors d’une partie sans avoir à faire de grosses préparations.

Encore quelques écueils…

Le premier truc qui m’a sauté aux yeux à la lecture de SWADE, c’est Red et Gabe. Je me dois de vous parler de ces deux-là.

En effet, dans le chapitre de création de personnages, deux courts encarts de conseil expliquent que deux joueurs aiment jouer le même personnage quel que soit l’univers. Red est toujours forte maligne, loyale et trop curieuse, ce qui lui cause invariablement des problèmes. Gabe est toujours un grand costaud, loin d’être bête, peu avenant, mais avec un cœur d’or. Dans les univers modernes et futuristes, c’est un technicien ou un mécano. Dans les univers de Fantasy, c’est un chevalier ou un guerrier. Je trouve très dommageable de mettre en avant des conseils qui laissent à penser que jouer le même personnage quel que soit l’univers est une bonne idée. Si le but était de montrer qu’un même concept de personnage pouvait avoir des aspects différents selon les univers, le texte aurait pu être tourné autrement. Par exemple, prenons Gabe : «Nate, le joueur de Gabe a envie de faire un personnage qui soit: un grand costaud, loin d’être bête, peu avenant, mais avec un cœur d’or. Dans les mondes modernes ou futuristes, cela pourra être un mécano ou un technicien. Par contre, dans un monde Fantasy, cela pourrait être un chevalier». Ça vous semble peut-être un détail, mais le diable aime bien se cacher dans ces trucs-là… Je n’aime pas trop l’idée que des joueurs veuillent garder le même personnage quel que soit l’univers de jeu.

Ensuite, ce qui ne change pas ou trop peu, ce sont les conseils au MJ. Ce chapitre reste trop court et trop général. Avec 10 ans d’expérience en plus, j’aurai aimé que SWADE fasse mieux que ses aînés. Ce n’est pas le cas et c’est dommage.

Enfin, toutes ces modifications ont un goût de trop peu. SWADE aurait pu être plus disruptif. En proposant des règles optionnelles par exemple… Mais ce n’est pas fait. Par exemple, il y a quelque chose qui m’a toujours paru bizarre, c’est la règle du D6 quand on est joker. Cela n’évolue jamais en fonction de la progression du personnage. Par exemple, on pourrait proposer que les jokers novices lancent un D4 comme dé joker. Les aguerris et les vétérans, un D6, les héros un D8 et les légendaires un D10. Ou alors, les novices et les aguerris lancent un D6. Et à partir du niveau vétéran, on peut soit lancer un D6 comme dé de joker, soit le dé d’attribut lié à la compétence (Agilité pour Tir par exemple). Autre règle qui aurait pu être proposée : en cas de résultat identique pour le dé joker et le dé de trait, cela donne un bonus de +1. Exemple : sur un tir, les deux jets donnent 3, avec le bonus de +1, cela fait un résultat de 4 : l’échec devient donc un succès. Cela accentue encore la différence entre les jokers et les autres.

Note: les plus attentifs auront noté que cette règle est issue de F.A.C.E.S.. Ce système générique s’est ouvertement inspiré de Savage World. Et je trouve que par certains aspects, F.A.C.E.S. reste mieux pensé que SWADE.

Bref, j’aurai aimé que les 10 ans d’expérience servent à faire des béta-tests pour voir ce qui marche et ce qui est trop gros bill. Je ressens donc un manque : SWADE va dans la bonne direction, mais ne va pas assez loin.

Et les autres univers dans tout ça ?

Savage World a toujours été intiment lié à Deadlands. Or ce jeu va connaître une nouvelle édition qui est déjà passée par le stade crowdfunding chez BBE.

Cette nouvelle édition de Deadlands va s’appeler Weird West et ne comprendra plus de système de jeu intégré. Contrairement aux éditions précédentes de Deadlands qui étaient des éditions stand alone, Weird West sera un univers, donc il sera nécessaire d’acheter SWADE. Vous voila prévenus…

Dans l’Ouest Sauvage, on sépare les gens en 2 catégories : «The Quick and the Dead ». En 2022, BBE a changé et tire les premiers. A l’heure où je vous parle, les PDF de Deadlands Weird West sont déjà disponibles pour les personnes ayant souscrit à ce jeu.

Certains ne ne satisfont pas de l’Ouest Sauvage, donc BBE a eu la bonne idée de traduire un livre présentant plusieurs Minivers. Ce supplément est déjà disponible. Suivez Le Fix pour une critique détaillée.

Concernant les autres univers, voici quelques informations :

  • East Texas University : cet univers rappelant un peu « Buffy contre les Vampires » est déjà disponible en SWADE.
  • Interface 2.0 est toujours disponible en SAWO Deluxe.
  • Lankhmar est toujours disponible en SAWO Deluxe.
  • Beast And Barbarians est toujours disponible en SAWO Deluxe.
  • Titan Effect, à venir en VF chez BBE. Un jeu de SF sur les thèmes de l’espionnage et des super-héros.

Des kits d’adaptation existent en anglais (exemple : https://www.drivethrurpg.com/product/276333/Lankhmar-SWADE-Conversion?). Espérons qu’ils seront mis à disposition en français. En tout cas, convertir une édition SAWO deluxe pour SWADE ne présente aucune difficulté. N’importe quel MJ pourra faire cette conversion facilement et cela représentera un minimum de travail.

Conclusion

SWADE garde toutes les qualités de ses prédécesseurs et en améliore certains défauts. Malgré tout, les différences sont assez ténues et peuvent être adaptées « à la main » par le MJ, donc si vous avez déjà SAWO, je ne suis pas sûr que l’upgrade soit nécessaire. Mais si vous ne connaissez pas Savage World, je ne peux que le recommander : SWADE est l’édition la plus aboutie et donc la meilleure de ce jeu. Cela reste un des meilleurs systèmes de jeu génériques sur le marché, donc si vous êtes à la recherche d’un système fortement adaptable tout en restant accessible et rapide à prendre en mains, n’hésitez pas.

5 pensées sur “Dans la famille « JdR Générique », je voudrais « Le Bon » [chronique SWADE]

  • 10 juin 2022 à 17:00
    Permalink

    Euh… y’a un chapitre entier, le plus gros, avec toutes les règles optionnelles.
    Dont la possibilité de changer le wild die il me semble bien…

    Dans les gros changements : la course poursuite est très différente. Le reste est poli, très amélioré dans les détails. Pour avoir testé les deux sur ces deux dernières années, swade est nettement streamlinée par rapport à la Deluxe sur tous les aspects. Juste que ces changements ne sont vraiment visibles qu’en jeu. Ce n’est pas « on a changé ces gros trucs » mais plutôt « tout marche mieux avec toutes ces discrètes améliorations »

    Après, j’ai quelques déceptions sur D:WW mais elle apporte aussi son lot de mieux par rapport à D:R. Mais sur ce point, mon jeu de cœur reste Deadlands Classic.

    Répondre
    • 10 juin 2022 à 17:07
      Permalink

      Edit : après verification, en effet, pas la règle de wild die variable dans les Settign Rules. J’ai dû la lire ailleurs.
      Mea culpa.

      Le gros chapitre de boîte à outils est vraiment bien.

      Répondre
      • 10 juin 2022 à 21:38
        Permalink

        Il y a effectivement un gros chapitre avec beaucoup de règles de situation (poursuites, combats de masse, alliés, conflits sociaux, etc). Elles sont effectivement très utiles pour gérer des évènements particuliers.

        Mais ce n’est pas vraiment ce que j’appelle des règles « optionnelles », qui auraient pu permettre d’amener de la variation dans le jeu…
        Mais je chipote…. 😉

        Répondre
  • 11 juin 2022 à 02:15
    Permalink

    Pour être complet (et rendre à SWADE ce qui appartient à SWADE), il existe des règles dites d’univers pour essayer de personnaliser un univers de jeu (sur 7 pages). Ca existait déjà dans l’édition deluxe, mais c’était moins abouti (4 pages seulement). Donc, il y a bien une amélioration de ce point de vue là….
    A mon sens, ça aurait pu aller plus loin et ça aurait pu questionner des mécanismes de jeu plus profond….

    Quant à l’édition préférée de Savage World, je dois bien avouer que malgré ses défauts non négligeables, l’édition de Deadlands Classic procurait un vrai plaisir à jouer…

    Répondre
    • 11 juin 2022 à 21:53
      Permalink

      Le plaisir de jouer avec le premier Deadlands, pour moi, c’est la profusion sur la table : dés, cartes, jetons, trombones, whisky, cigares…
      Jamais retrouvé cette sensation, sauf avec DCC.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.