Posidonia sort la tête de l’eau

Posidonia est un acteur un peu curieux de notre milieu. D’abord spécialisé dans les livres-jeux, l’éditeur s’est résolument lancé dans le JdR avec une méthode audacieuse : devenir le parrain de nombreux projets en voie d’auto-édition en se proposant de les accompagner sur les fonds baptismaux du saint-foulancement. Il s’agit de repérer des projets arrivés à maturité (ou presque) et de les aider à se faire connaître, à trouver des solutions techniques pour l’impression, etc. Un éditeur 2.0, en somme.

Le problème, c’est que le conseiller n’a pas visiblement été toujours aussi bien avisé qu’il le pensait et a lancé beaucoup trop de ces projets en même temps, créant de lui-même un embouteillage absurde qui s’est retrouvé par ricochet à handicaper pas mal de ces projets. Le mieux, dans pareil cas, c’est d’aller voir ce que raconte le planning du Fix :

Emysfer : est un planet opera présenté comme de la « science fantasy médiévale » (si, ça existe). Le foulancement vient de se terminer à hauteur de 170 %. Il va permettre de financer toute une boîte contenant les trois livrets de base du jeu mais aussi un écran du MJ, des dossiers de PJ, cartes poster, etc. Pas juste la moitié du jeu, quoi. La livraison, prévue pour le second semestre 2021, commence à accumuler pas mal de retard : seul les PDF bêtas du livre 1 sont dispo. La version définitive de tout ça est (seulement !) en cours de relecture et dispo d’ici la fin de l’année. Pour la livraison physique, il faudra aussi prévoir un délai concernant les jetons.
Ynn Pryddein : et allez ! Ce jeu historique dans un contexte celte, en développement depuis de longues années, a été aussi proposé en foulancement par Posidonia. On ne les arrête plus. Le jeu a atteint les 230 % et verra donc bien le jour. Au programme : un livre de base, une carte du monde sur tissu, l’écran du MJ, etc. La livraison est repoussée et, pour le moment, on a seulement quelques PDF. D’après l’éditeur, la version définitive devrait normalement avoir son maquettage final d’ici à quelques semaines et la campagne entrera normalement en relecture dans la foulée. Vous l’avez compris : le mot-clef est ici « normalement ».
2103, la fin d’un monde : est le titre d’un nouveau jeu post-cyber au système de jeu assez classique. Il a tenté son foulancement sur Ulule mais c’est un échec. Alors, il revient sur Game on Tabletop, na ! Ayé, le CF au long cours a dépassé les 150 % et le jeu verra donc cette fois-ci le jour. Finalement, la livraison est reculée à fin 2022. Pile-poil deux ans après la date initiale prévue. La maquette est en cours.

Comme on le voit, cela finit par faire pas mal de retard et permet de se demander si, finalement, ces foulancements étaient si bien calibrés que cela. La conclusion de l’éditeur datée d’il y a quelques jours est que :

Nous espérons avoir livré au moins une partie des projets d’ici la fin du premier semestre 2023 et autant que faire se peut l’ensemble d’ici à la fin de l’année 2023.
Nous ne lancerons pas de campagne qui ne soit pas en livraison immédiate après financement tant que nous n’aurons pas livré au moins la majorité des projets en souffrance.

Même remarque d’ailleurs pour le magazine Architeuthis qui proposait une formule d’abonnement en souscription qui ne cesse de s’ajuster en temps réel à la réalité du marché avec un net recul de nombre de pages : le #1 pesait 104 pages et le #4, le dernier sorti, ne fait plus que 56 pages pour pratiquement deux euros… de plus ! Disons que le business plan était mal ficelé, quoi. Ce #4 sera d’ailleurs le dernier à paraître en kiosques. Pour la suite, ce sera par abonnement ou en boutiques spécialisées.

Mais Posidonia a de la ressource et a décidé d’enclencher la seconde tout en tenant compte des erreurs commises. Fini les foulancements à rallonge (encore que…) et, hop, voici venir les sorties directes en boutiques. A l’ancienne, quoi.

C’est donc en totale surprise que l’on a découvert Roll & Rôle, petit livret à couverture souple vendu à vil prix qui a tout du module à l’ancienne ou même mieux, ici, de la compilation de scénarios. Il s’agit de cinq scénarios indépendants les uns des autres (qui ne forment pas une campagne, donc) unis par le thème de l’épouvante. Il s’agit de scénarios courts, supposés tenir quelques heures seulement. Pour se faire une idée des thèmes abordés, on peut citer leurs titres respectifs : La cabane, The wrong house, M’séwqura, Zombies en eaux troubles, Exorcisme macabre.

Le livret comprend également les 10 plans nécessaires et 18 personnages prêts-à-jouer présentés sous forme de cartes. Le tout est d’ailleurs présenté comme un « jeu de rôle » et non un supplément générique. Il dispose en effet de son propre petit système de jeu à base de D6 mais aussi de pourcentages (mystère, du coup, sur comment cela peut bien fonctionner…).

Si on ajoute que le livret est d’une présentation agréable, c’est une vraie bonne surprise de voir sortir directement en boutiques ce genre de produit à tout petit prix.

Même topo pour le tout petit livret intitulé SPA galactique. (…) Alors, oui, j’aurais du mettre des points à Spa parce que là, vous commencez à imaginer un jeu où on prend des bains à bulles avec de belles/beaux extra-terrestres en petite tenue et, en fait, vous allez être déçus. Non, il s’agit plutôt de la Société Protectrice des Animaux de l’espaaaaace : les joueurs incarnent de jeunes apprentis qui accueillent les animaux à leur arrivée dans la base spatiale consacrée à la sauvegarde des animaux de toute la galaxie. Ils aident aux soins vétérinaires, découvrent de nouvelles espèces, sauvent les plus mignonnes d’entre elles et les répertorient.

On l’aura compris, le jeu s’adresse à de très jeunes enfants (dès 6 ans) encadrés, bien sûr, par un MJ adulte. Le livret, petit format et un peu plus cheapos que le précédent, a néanmoins lui aussi le bon goût d’être vendu à tout petit prix, directement en boutiques.

On vous en dit plus ?

Bah non, je crois que l’on a compilé là toutes les infos possibles sur ces deux jeux que nous avons découvert, comme vous, en allant farfouiller dans notre boutique préférée. Peut-être un peu dommage pour l’éditeur 2.0 de se décarcasser pour sortir des produits accessibles et pas chers directement en boutiques et de ne pas se débrouiller pour fournir au public intéressé plus d’infos, au risque de voir ces produits (assez menus physiquement) se perdre dans le flux des gros volumes issus de copieux foulancements. Le coup du scorpion, en somme.

En effet, contrairement aux affirmations précédentes, le foisonnant éditeur n’a pas attendu longtemps avant de repiquer au jeu des foulancements.

Le premier est le curieux Les cernes du temps, actuellement en financement. Il s’agit en effet d’un jeu spécifiquement solo. Même qu’on y joue un seul et unique… arbre. Tel que. En attendant Godot RPG en quelque sorte. Pour réaliser cette prouesse, le jeu utilise tout de même deux livrets et une sorte de tarot de 40 cartes joliment illustrées. On peut planter son arbre dans le monde réel, dans une période passée ou dans un monde imaginaire (celui de Tolkien, par exemple). Le tarot sert en début de partie à s’appuyer sur une part d’aléatoire pour donner une intention, une direction inattendue au contexte. Ensuite, l’arbre franchit les décennies voire les siècles en observant ce qui se passe autour de lui et en en faisant un journal qui devient, comme souvent dans ce genre de jeu, le support principal de la partie solo.

Une proposition de jeu pour le moins audacieuse qui, toutefois, peine un peu à trouver son public : à 3 jours de la clôture du foulancement, il reste encore quelques souscriptions à trouver pour atteindre la barre des 100 %. Là encore, on ne peut que déplorer les absences de communication claire de la part de l’éditeur.

Pour plus tard, Posidonia accompagnera également le foulancement de Les chroniques du Lac d’or. Ce jeu de fantasy anthropomorphique est un peu l’archétype du poulain Posidonia : un jeu amateur porté par des passionnés multi-cartes (y compris illustrateurs) en développement de longue date auquel on a promis un foulancement de longue date également (on parlait à l’origine de 2020) et qui devrait donc plutôt être foulancé courant 2023.

Avec le soutien concret de l’éditeur, les choses avancent toutefois visiblement puisque le jeu dispose désormais d’un joli kit de découverte papier réservé aux happy few. On l’espère en format numérique pour tous un de ces jours. Et si cela pouvait être un lundi, ce serait encore mieux.

En conclusion, difficile de lire la stratégie de Posidonia pour les prochains mois entre foulancements et sorties directes en boutiques. A ce stade, tout ce qu’on peut dire, c’est qu’ils sont bien vivants et actifs. Tant mieux.

2 pensées sur “Posidonia sort la tête de l’eau

  • 17 novembre 2022 à 17:43
    Permalink

    Message a caractère informatif de l’auteur : Ynn Pryddein n’est pas un jeu historique. C’est de la fantasy historicisante à la limite ? Puisque très proche de l’histoire tout en se déroulant dans un univers d’heroic -fantasy.
    #Nobodyexpectthecelticinquisition !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *