Dans les Arkhane d’un éditeur qui monte

C’est parce que l’éditeur Arkhane Asylum Publishing est plutôt discret dans sa communication que nous aimons régulièrement faire le point sur ses projets à travers quelques questions. Et avec leurs dernières grosses annonces (Star Trek, The Witcher), il était temps de reprendre rendez-vous avec Mathieu Saintout pour qu’il nous présente toutes ces belles sorties à venir.

 

1. Sur votre planning, on remarque que vos prochains jeux sont des traductions de jeux Suédois (Tales From the loop, LexOccultum), Polonais (The Witcher) ou encore Espagnol (Adventure Time). Vous pensez avoir fait le tour des jeux US et qu’ils n’ont plus aucunes nouveautés à apporter ?

Mathieu Saintout (MS) : Tout d’abord, laissez-moi saluer le Fix et ses lecteurs ! J’ai été désolé d’apprendre la fin de Di6dent, et je vous souhaite bon courage pour vos prochaines aventures.

Attaquons maintenant les questions. Concernant nos choix éditoriaux, ils dépendent moins de nous que des maisons d’édition qui créent les jeux actuels. Nous avons remarqué lors de la GenCon 2017 que pour la première fois, les USA ne sont plus les moteurs du marché du jeu de rôle, et c’est bien la Suède qui leur a damné le pion. Les récompenses aux Ennies Awards de Tales from the Loop en sont bien l’exemple ! Des sociétés ambitieuses comme Fria Ligan, White Wolf, RiotMinds, Helmgast ou Järnringen sont toutes basées à Stockholm, cela en fait la concentration d’éditeur la plus importante au monde, et vu la qualité de leurs jeux, nous sommes ravis de pouvoir collaborer avec certains d’entre eux. Nous avons aussi acquis les droits pour Adventure Time auprès de NoSoloRol, nos partenaires espagnols dans le Monde des Ténèbres, car le thème et l’offre ludique nous ont séduits, mais pour le moment, nous n’allons pas traduire d’autres jeux de chez eux. The Witcher est bien une œuvre polonaise, mais le jeu est développé par R. Talsorian Games, une société américaine, c’est donc plus classique.
Nous espérons que les USA sauront se remettront en question et proposeront des créations originales, mais nous voyons surtout des nouvelles éditions de jeux déjà connus, ce qui représente des produits moins intéressants pour nous. Nous avons tout de même quelques nouveautés en provenance des USA, comme Unspeakable Sign & Sigil de Make Believe Games par exemple.

2. Arkhane Asylum est encore une jeune boîte dans le paysage rôliste français (2014) et, pourtant, votre catalogue est surtout composé de très grosses licences (les éditions anniversaires du monde des Ténèbres, Star Trek, The Witcher…). Vous aviez un trésor de guerre ou bien c’est le crowdfunding qui vous permet cela ?

MS : Évidemment, nous sommes dans le jeu de rôle, nous avons donc des fonds illimités !
Plus sérieusement, cela provient surtout d’une gestion saine de la société qui nous offre des possibilités intéressantes de développement. Ensuite, la notoriété de la licence ne donne pas d’indication sur son prix, et nous sommes des négociateurs acharnés 😉

Ensuite, le financement participatif nous offre en effet une sécurité particulièrement appréciable pour éditer des jeux, mais cela ne nous offre pas de coussin financier nous permettant d’acheter tout et n’importe quoi. Quoi qu’il en soit, le milieu du jeu de rôle ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui sans l’arrivée du financement participatif.

3. Justement, contrairement aux autres jeux, Star Trek ne bénéficiera pas d’une souscription participative. Sachant que c’est la première fois qu’un jeu de rôle issu de cette licence sera traduit et disponible en français, n’est-ce pas un pari risqué ? Pourquoi ce choix ?

MS : Nous avons fait ce choix car nous n’avions pas d’éléments pour créer une campagne de financement intéressante. Nous ne voulions pas uniquement proposer le livre de base et un poster, donc la sortie directe en magasin semblait plus logique. C’est une question d’honnêteté avec les joueurs. Mieux vaut prendre le risque d’une édition traditionnelle, que de faire une campagne de financement inintéressante et mal conçue qui décevrait les joueurs.

De plus, nos attentes sur ce jeu sont plus élevées, justifiant ainsi ce risque. Maintenant, c’est en effet la première fois qu’un jeu Star Trek est traduit, nous espérons donc que les trekkies seront au rendez-vous.

4. Vous avez l’air de bien vous entendre avec Modiphius. Que vous inspire l’abandon par Sans-Détour des projets de VF de leur jeu Conan ?

MS : Nous revenons justement de Londres où nous avons rencontré Modiphius pour parler de Star Trek, et de Conan. Il semble que nous soyons bien partie pour éditer le jeu en France, mais il reste quelques détails à régler. Dès que nous en serons plus, nous pourrons annoncer ou non la sortie de Conan en français.

5. Revenons sur les foulancements. Celui de Tales from the loop vient de s’achever. Quel bilan en tirez-vous ?

MS : Nous sommes très heureux de ce financement qui s’est mieux déroulé que selon nos attentes. Il semble que le public français ait aussi pris l’habitude de suivre des financements, ce qui nous a aidés à attendre de très beaux paliers. Comme il s’agit de notre quatrième financement participatif, nous pouvons aussi tirer de précieuses informations sur la manière dont se comporte un financement sur la durée. Ce sont des informations importantes pour nos prochains projets. Nous réfléchissons notamment à un raccourcissement de la durée de nos projets, pour éviter le ventre mou de milieu de campagne.

6. Changeling, LexOccultum, Unspeakable Sign and Sigil… seront quelques-uns de vos prochains titres : ce seront des crowdfunding ? Vous avez déjà des dates approximatives ?

MS : Alors, LexOccultum est prévu pour un financement en février 2018, presque demain donc. Les fichiers sont de toute beauté, et le jeu est vraiment intéressant, nous sommes très heureux de pouvoir l’éditer en France. De plus, la réponse des joueurs semble particulièrement importante, ce qui est très excitant.

Unspeakable Sign & Sigil, le nouveau jeu de Mark Rein•Hagen et C.A. Suleiman sera prévu en 2018, mais nous attendons d’avoir plus d’informations sur les ouvrages avant de prévoir une date pour le financement.

Pour Changeling, si nous faisons le jeu, cela ne sera pas avant la deuxième partie de l’année 2018, nous travaillons déjà sur le livre de base de Mage M20 qui fait quand même 700 pages, c’est un vrai challenge que de le traduire sans perdre la tête !

7. Pour le moment, votre catalogue est exclusivement composé de traductions. Mais, bientôt, la réédition de Maléfices contredira ces dires. En tant qu’éditeur, quelle implication avez-vous dans son développement ? Quelle édition envisagez-vous pour ce classique du panorama rôliste français ?

MS : Nous sommes effectivement en train de développer Maléfices, qui a pris du retard à cause de nos productions en cours. Nous avons repensé le système pour le rendre plus moderne, et nous allons étendre l’univers pour lui donner une nouvelle dimension.

Par exemple, Michel Gaudo avait toujours pensé que le Club Pythagore était une création récente par rapport à l’époque du jeu, mais nous lui avons proposé de lui donner une histoire plus ancienne, avec une date de création au siècle précédent. Cela nous permet d’ajouter des personnalités du monde en tant qu’ancien membre, et ainsi donner plus de profondeur au lieu. Nous allons lui consacrer le premier supplément, de manière à offrir aux joueurs une boîte à outils pour leur permettre de jouer aisément, ce sera une sorte « d’auberge » pour les jeux de fantasy, le lieu où se rassemblent les joueurs et d’où les intrigues peuvent débuter.

Nous avons aussi prévu une longue campagne qui fera voyager les joueurs dans différentes capitales européennes. C’est un jeu que nous allons soutenir, et nous avons la chance d’avoir déjà trouvé des partenaires étrangers désireux de l’éditer dans leur langue, cela nous encourage donc à faire les choses comme il faut.

8. Vous aviez à cette occasion passé des pubs dans la presse avec la mention sibylline « prochainement ». (…) Hum, c’est quand alors « prochainement » ?

MS : Alors, nous ne préférons plus donner de date (le piège !), mais nous espérons pouvoir lancer le financement avant l’été 2018 pour une livraison dans les premiers mois de l’année 2019.

9. Initialement prévu chez la Loutre rôliste, Adventure Time sera finalement édité par AAP. Quelle est la particularité de ce jeu au point que deux éditeurs veulent le traduire en français ?

MS : L’univers d’abord. Le monde de Adventure Time est complètement fou, et en second pour sa proposition ludique. C’est un jeu de rôle original dans son offre de jeu, unique, à cause de l’univers dans lequel les joueurs évoluent. Je pense que les joueurs sauront apprécier un nouvel univers pour expérimenter une autre manière de jouer.

C’est l’un des moteurs dans mes recherches de jeu : trouver une nouvelle manière de jouer, proposer des univers novateurs ou étranges pour que les joueurs expérimentés puissent trouver quelque chose qu’ils n’ont pas vu avant. C’est ce qui fait le succès de Tales from the Loop par exemple.

10. Pouvez-vous nous parler du jeu de rôle de The Witcher ?

MS : The Witcher se fait beaucoup désirer… Nous avons signé la licence il y a plus d’un an, et nous attendons encore les fichiers. Quoi qu’il en soit, à la GenCon de cette année, j’ai enfin pu tenir le manuscrit final en main. Il n’était pas mis en page, mais le contenu avait l’air très intéressant. Les Pondsmith (la famille dirigeant R. Talsorian Games, avec Mike, le père, auteur de Cyberpunk notamment, Lisa, la femme gestionnaire et Cody, l’auteur de The Witcher) connaissent très bien l’univers, Lisa et Cody ont même fait l’école des sorceleurs en Europe 😉

Cela nous promet un jeu proche de l’univers, avec un savoir-faire hérité de plusieurs décennies d’ancienneté dans le jeu de rôle. La gamme couvrira du bestiaire des monstres, aux suppléments sur la géographie ou sur les écoles de sorcelleurs. Mais nous attendons d’en savoir un peu plus pour communiquer dessus.

11. Mois après mois, notre planning annonce la publication chez vous de plusieurs titres signés John Wick… et on ne voit toujours rien venir. Ça se passe comment ? On les efface ou on les laisse ?

MS : Non, nous allons publier le Big Book of Little Games en 2018, c’est déjà au planning, et nous réfléchissons à l’offre que nous pouvons faire pour Les Lignées de Sang (Houses of the Bloodied en VO).

Le jeu est traduit et maquetté, mais John Wick ne voulait pas d’illustration dans l’ouvrage, nous trouvons cela dommage, nous réfléchissons donc à la manière d’améliorer le jeu en gardant l’esprit que souhaite John Wick (c’est-à-dire de ne pas voir les visages de Ven pour laisser les joueurs les imaginer selon leurs envies). Nous avons aussi un étrange jeu de sa conception appelé le Necronopoly… Je vous laisse imaginer le thème.

12. À l’occasion de notre dernière interview, vous nous avez annoncé qu’AAP sera amené à publier des ouvrages en tous genres. Or, on note effectivement que vous prévoyez d’éditer une bande dessinée sur le jeu de rôle. Fini les romans ?

MS : Nous avons en effet le plaisir d’éditer Life of the Party de Travis Hanson, un rôliste auteur de comics. C’est une bédé très donjon-esque, remplis de blague pour rôliste. Nous avons d’autres projets, comme un livre de sort inspiré du mythe de Lovecraft, presque un objet de collection, mais pas de roman pour le moment. Mais qui c’est de quoi le futur sera fait ?

13. Pouvez-vous nous présenter cette bande dessinée ? Y aura-t-il plusieurs tomes ?

MS : Alors, Life of the Party est tiré des années de jeu de son auteur, Travis Hanson, notamment à D&D. En tant que dessinateur, il a pu faire ce que ce que nous avons toujours voulu faire en tant que joueur, : illustrer les scènes les plus cocasses de nos parties. Nous allons donc publier le premier tome de ces aventures, et Travis est en train de terminer le troisième tome, nous aurons donc le plaisir de continuer à publier ses comics.

14. Hier la bibliothèque interdite, aujourd’hui Arkhane Asylum Publishing. L’édition de jeu de rôle a-t-elle changé ces dernières années ?

MS : Lorsque je dirigeais la Bibliothèque Interdite, nous étions dans un milieu à part, car nous éditions des ouvrages (romans et JdR) sous licence Games Workshop, nous bénéficions donc de la force des marques.

On peut dire que l’Arkhane Asylum est notre première expérience d’éditeur indépendant. Toutefois, nous notons une évolution du milieu, qui pour une première fois depuis longtemps, semble de nouveau en croissance. Nous avons la chance de publier les jeux du Monde des Ténèbres, les éditions anniversaires, et l’année prochaine la nouvelle édition de Vampire : La Mascarade, et il semble que la communauté des fans de White Wolf soit au rendez-vous après de longues années de torpeur.

15. Après trois ans d’existence, on peut dire que le bilan d’AAP est plutôt prometteur. Si, toutefois, vous deviez améliorer quelque chose, ce serait quoi ?

MS : M’améliorer est la base de ce que je fais tous les jours, je ne peux donc pas répondre comme ça. Tous les jours je me demande comment être plus performant, plus efficace, plus proche de mes joueurs… Je pense que le jour où tu ne cherches pas à t’améliorer, tu dois changer de travail.

Le site de l’éditeur : http://arkhane-asylum.fr/

3 pensées sur “Dans les Arkhane d’un éditeur qui monte

  • 8 décembre 2017 à 14:17
    Permalink

    Hum, Star trek en français et sans financement participatif c’est un très gros risque. La SF n’a jamais trop eu de succès en France et Star trek est très spécifique comme univers et même sans parler de la rivalité avec Star wars.
    Pour Conan il y aurait l’avantage d’être du médiéval-fantastique et une notoriété importante. Par contre la gamme anglaise est déjà conséquente donc le suivi en français s’annonce difficile.
    J’espère que les règles de Maléfices ne vont pas devenir trop lourde. C’est un jeu qui doit laisser le plus de place au jeu du joueur et non au lancé de dé. Développer le club Pythagore est une bonne chose surtout en le rendant plus ancien même sous d’autres noms selon les époques.

     
    Répondre
  • 15 décembre 2017 à 13:12
    Permalink

    Et il y a une idée de la date de sortie (et pas en date stellaire 😉

     
    Répondre
  • 30 décembre 2017 à 22:39
    Permalink

    Bonjour,

    pouvez-vous soumettre aux gens d’Asylum qu’il y a un excellent jeux, avec une somme importante de suppléments qui attend une traduction digne en Français Malefices ; c’est « Aquelarre » (écouter le Radio Roliste 73 pour ce faire une idée du jeux, qui dans l’esprit s’approche de Malefices).

    Merci Fix, merci Asylum..:)

     
    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *