Lady Rossa, une méditation sur la violence politique

Dans son numéro #14, Di6dent publie Lady Rossa, qui propose d’incarner des membres des Brigades Rouges. Nous avons tenu à faire le point pour éviter des polémiques inutiles.

Pour commencer, la rédaction de Di6dent, Benjamin Kouppi et John Harper ne cautionnent aucune forme de violence politique. Vouloir comprendre par la mise en scène et la fiction ne signifie pas adhérer, et une société qui comprend peut se doter de moyens de prévention.

Cela posé, place à la mise au point.

Lady Rossa, une immersion dans l’Italie des Années de Plomb

Dans Lady Rossa, les personnages incarnent les membres d’un groupe de feu des Brigades Rouges. Ils cherchent à éveiller la conscience révolutionnaire du peuple par la « propagande armée ». Concrètement, ils sabotent des usines, séquestrent des cadres et des patrons, les jugent, ils attaquent des prisons et commettent des attentats contre des lieux symboliques. Ils revendiquent ensuite dans des communiqués expliquant leur action au peuple et l’invitant au soulèvement révolutionnaire.

Ces événements ont eu lieu il y a quarante ans, dans une Italie plombée par un immobilisme politique incapable de prendre la mesure de transformations sociales rapides et douloureuses. L’État n’avait d’autre réponse à apporter aux désirs de changement qu’une réponse répressive et des fractions néo-fascistes tentaient de le subvertir pour réaliser une nouvelle dictature bâtie sur le modèle de la Grèce des colonels.

Ces années 70 avaient un fort parfum de guerre civile, propice à l’éclosion d’une violence politique qui n’a pas beaucoup d’équivalents en Europe en temps de paix, les années 30 seules pouvant rivaliser avec les « Années de Plomb », que les Italiens appellent « le temps des massacres », délimité par l’attentat à la bombe sur le Crédit agricole de la Piazza Fontana. Commis en 1971 et faussement attribué à un anarchiste par une préfecture bien pressée, il marque le début d’une vendetta sanglante menée par les Brigades Rouges contre les enquêteurs. En 1983, l’attentat contre la gare de Bologne ferme la marche. C’est l’apogée sinistre d’une longue série composée de plusieurs centaines d’attentats. Commis par un groupuscule néo-fasciste avec la complicité d’éléments anti-démocratiques des services secrets, il reste le plus meurtrier de toute l’histoire européenne.

Dans ce cadre marqué par les exactions de l’État et de groupuscules des deux extrêmes, Lady Rossa propose de jouer le parcours de militants qui choisissent la lutte armée et s’abîment petit à petit dans la violence politique, jusqu’à ne plus pouvoir revenir en arrière.

Peut-on jouer avec le terrorisme ?

Disons-le frontalement. Lady Rossa propose de jouer des terroristes. Alors que la France est régulièrement la cible d’attentats meurtriers, cette idée peut choquer. Certes, il s’agit d’un autre temps, d’une autre idéologie, d’autres pratiques aussi (les Brigades rouges ne commettent jamais d’attentats aveugles), mais le lecteur imagine déjà un jeu rempli des images chic et sexy parfois associées au terrorisme d’extrême-gauche, présentant des meurtriers comme les protagonistes d’une histoire plaisante et distrayante, des experts de l’attentat cigarette au bec et sourire détaché aux lèvres, et le dégoût lui vient quand il songe au parallèle possible avec le présent.

J’invite mon estimé lecteur à dépasser cette appréhension légitime et à regarder un cran plus loin pour examiner le traitement de la violence politique par Lady Rossa.

Ce que propose Lady Rossa est très différent de l’image que l’on pourrait craindre : c’est d’abord une réflexion sur le coût de l’engagement radical. Au cours de la partie, poursuivant un objectif politique, la révolution, les personnages ont recours à une violence croissante. Jusqu’où vont-ils aller ? Que vont-il perdre au cours de ce cheminement ?

Une campagne de Lady Rossa est forcément marquée par des sacrifices lourds, la rupture avec l’entourage, des doutes, des choix difficiles, la paranoïa, la perte de soi, la prison et la mort.

Inévitablement, une campagne de Lady Rossa présente des accents de tragédie et je doute vraiment qu’elle puisse constituer une forme d’incitation ou une apologie du terrorisme.

Surtout, une campagne de Lady Rossa est l’occasion de réfléchir sur ce qui pousse des jeunes gens désireux d’améliorer le sort de leurs semblables dans la violence politique et finalement les empêche d’en sortir. Non seulement tout est fait pour créer une distance critique avec l’action des personnages, mais la partie devrait permettre aux joueurs de se poser des questions qui viendront je l’espère nourrir leur réflexion, sur le passé comme sur le présent.

Je préfère le dire dès maintenant. Lady Rossa n’apporte aucune réponse. Il est bien documenté mais il ne s’agit pas d’une étude historique ou d’un essai. Par contre, j’ai l’immense prétention de croire qu’il fournit un espace de réflexion, que des questions émergeront en cours de partie et que les joueurs y apporteront leurs propres réponses.

J’ai l’immense prétention de croire que ce jeu est d’utilité publique dans la mesure où il amène à réfléchir sur l’engagement radical, la violence politique et la nature de l’action terroriste, ce dont nous avons besoin alors que nous sommes face à une menace que nous comprenons mal et qui nous semble omniprésente, ce qui la rend d’autant plus anxiogène. On aurait certes tort de calquer la situation des Brigades Rouges sur le présent et de croire que tout ce que nous savons d’elles est valable pour les terrorismes actuels. Par contre, prendre ce détour permet, j’en suis certain, d’instaurer une distance critique nécessaire avec les événements récents, ceux qui nous blessent.

capture-decran-2016-10-07-a-09-22-00

Interroger le monde par le jeu de rôle

La littérature et le cinéma se sont maintes fois emparées du sujet. Piazza Fontana interroge la responsabilité des services secrets et se demande si l’assassinat de l’inspecteur en charge de l’enquête par les Brigades Rouges ne les a pas finalement servis, voire s’ils n’auraient pas tout à fait pour que les Brigades Rouges le trouvent. Buongiorno notte met en scène une Brigadiste qui doute au moment de l’exécution d’Aldo Moro, avant de dresser un portrait terrible de la classe politique italienne de l’époque, un atroce ballet d’hypocrites ravis de voir le trop honnête Président du conseil disparaître. En explorant ces passés quasiment alternatifs, en posant des hypothèses, ces films nous aident à mieux comprendre la violence politique qui a marqué les années de Plomb.

Pourquoi pas le jeu de rôle ?

La fonction d’évasion traditionnellement assignée au jeu de rôle n’est certes pas sans noblesse. Le temps d’une partie, l’émerveillement prend le pas sur les laideurs du monde et régénère l’âme. Mais cette voie, aux qualités indéniables, n’est pas la seule possible.

Lady Rossa prend un autre parti, celui d’aborder de front un sujet douloureux. Il n’est pas le seul. Des jeux comme Night Witches, Grey Ranks ou même Te Deum pour un massacre ont creusé avant lui ce sillon et ont joué avec les « plaies de l’histoire », comme l’écrivait Jean-Philippe Jaworsksi, respectivement les marques laissées par la guerre totale, la résistance impossible d’un peuple exterminé et la guerre civile. Plutôt que d’ignorer superbement la plaie, ils sont allés en son cœur, l’ont explorée, et finalement, ils ont permis aux joueurs de la maîtriser par leur intelligence et leur créativité pour qu’elle puisse cautériser.

Et le plaisir de jeu ? La question revient souvent. Un jeu qui remplit une fonction réflexive et apaisante est-il encore un jeu ? Je répondrais que ce plaisir existe. Parfois, un roman ou un film traitant d’un sujet grave vous laisse avec un nœud à la gorge ou vous émeut aux larmes. Avez-vous passé un mauvais moment pour autant ?

Le jeu de rôle ne fait pas exception. Bien maniés, les sujets douloureux accroissent la tension dramatique et font vivre des séances inoubliables. Puis, la partie terminée et l’émotion passée, vient le temps de la réflexion et de la critique. La partie jouée est en quelque sorte une hypothèse que l’on peut discuter. Alors, le jeu de rôle, comme toutes les fictions, devient un outil de compréhension du monde.

Lady Rossa poursuit ces deux objectifs, l’un ludique, l’autre critique. Il entend faire naître l’émotion et la tension dramatique par l’immersion dans un contexte douloureux, où tous les choix sont mauvais, ainsi qu’une réflexion sur l’engagement radical par l’émergence d’un questionnement sur la séance. Après la partie vient le temps de la discussion sur le passé hypothétique reconstitué. C’est le temps de l’esprit critique, celui qui permet de prendre de la distance par rapport à un présent marqué par des litanies d’événements commentés dans l’immédiateté.

Je peux vous assurer que Lady Rossa est un jeu responsable, longuement mûri et respectueux de toutes les victimes de la violence politique.

À vous de me dire s’il est bon et s’il remplit son contrat.

Une pensée sur “Lady Rossa, une méditation sur la violence politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *