Un loisir très actuel : la rentrée des actual play

La beauté des Internets, quand même, des fois.

Tantôt, nous avouions (si, ça existe) n’y rien connaître en matière d’actual play, ces parties de JdR filmées qui interrogent nos vieilles années mais réjouissent malgré tout nos cœurs. Du coup, alors que c’est devenu une partie de plus en plus importante de notre loisir, nous sommes bien en peine de vous en parler et nous contentons de relayer les infos de ceux qui ont un (vague) lien avec des sorties papier (Héros & Dragon, Aria, etc.).

Là-dessus, paf, David lit ça et se dit : « moi qui comme un gardon suis encore jeune et frais, d’un pas alerte vais secourir ces barbons » (oui, David s’exprime essentiellement en vers rimés ; le texte qui suit a été traduit en langage courant pour plus de fluidité dans votre lecture).

Résultat : David viendra régulièrement en ces pages vous entretenir des actual play. Il commence fissa avec une présentation générale des nouveautés de la rentrée 2020 en la matière. Merci à lui ! *

—————————————————————————————————————————

Le mois de septembre a beau être déjà bien entamé, l’actualité est plutôt chargée du côté des actual play pour cette rentrée. Il semble que l’été ait été mis à profit pour relancer les dynamiques freinées ou altérées par le confinement. Et les différents projets qui fleurissent confirment la montée en puissance du format tant sur Twitch que sur Youtube. Voyons donc voir ce que proposent les quatre principaux actual play francophones du moment.

Chez Role’n Play, l’actual play propulsé par Black Book Editions, la cinquième saison est bien en marche avec quatre épisodes déjà publiés. Cette saison initie un nouveau cycle narratif, toujours en Héros et dragons, toujours dans l’univers de Pangée – mais modifié par les évènements des saisons précédentes – et toujours avec les mêmes joueurs. Bref, seuls les personnages et l’histoire changent. Ce qui permet d’accrocher les petits nouveaux qui ne voudraient pas s’enfiler les précédentes saisons. Ah et le décor aussi a été adapté. Outre l’entrée en scène des plaques de plexiglas, signe de l’époque, on a désormais droit à un habillage « années 80 ». Pourquoi pas… Mais un peu aussi pourquoi ?

À la baguette, on retrouve de nouveau Julien Dutel, et sa galerie de PNJ colorés. Il a cette fois, face à lui, une sorcière halfeline (Mellie Melzassard), un guerrier nain (Sébastien Mortamet), une humaine magicienne (Chloé Souliman), une humaine barbare (Juliette Paire) ainsi qu’un barde (Marc Wilhelm) de race encore incertaine – un aasimar ? L’ensemble, de retour au niveau 2, tourne déjà très bien, offrant des dynamiques originales sur un rythme bien maîtrisé, avec un groupe qui bénéficie de l’expérience des saisons précédentes et d’une session 0 qui semble avoir été féconde. Le public est d’ailleurs bien au rendez-vous puisque le premier épisode dépasse désormais les 23.000 vues.

Les plexiglas sont aussi de sorties chez les voisins de la Bonne auberge. Le tournage du sixième épisode (découpage Twitch, le 21 et 22 sur Youtube) a été réalisé mi-septembre. On repart finalement juste là où on avait laissé les six aventuriers après la fin provisoire proposée en juillet avec un épisode de transition, un peu trop bavard mais tellement prometteur. On retrouve donc les quatre personnages initiaux : une barde tieffelin (Pénélope Bagieu), un guerrier humain (Max Mammouth), une ensorceleuse demi-elfe (Anne-Sophie Girard) ainsi qu’un sorcier génasi de feu (Adrien Ménielle) suppléés, visiblement pour encore quelques séances, par deux frères elfes, un moine/clerc (Yacine Belhousse) et un magicien (Dédo). Un casting légèrement remanié, en cours d’épisode, avec le départ de l’ensorceleuse et l’arrivée d’une rôdeuse halfeline (Lisa Villaret). L’ensemble est toujours mené, avec beaucoup de patience et de bienveillance, par Lucien Maine en Donjons et dragons, 5e édition, dans le monde de Pandokh, créé par le meneur.

On reste toujours en médiéval fantastique avec Game of Roles, financé par Webedia. Ici aussi, on s’offre une nouvelle saison, la quatrième, qui ouvre un nouveau cycle narratif. Et les trois premiers épisodes sont déjà en ligne puisque l’actual play passe désormais en format hebdomadaire. Ici aussi, on fait du neuf mais en conservant les valeurs sûres. On reste avec le système et dans l’univers original d’Aria – sous la baguette désormais éprouvée de FibreTigre. On y ajoute toutefois des renforts pour l’écriture des scénarios et, notamment, des descriptions ainsi que, expérience originale, une animation musicale improvisée en direct.

Du côté des personnages, en ce début de saison, on retrouve une équipe de quatre nouveaux aventuriers avec un sorcier (Lam) et une magicienne (Lydia), incarnés par deux joueurs des saisons précédentes, et un prophète (Adyboo) et une adolescente (Kao), joués par deux nouveaux arrivants. Tout cela devrait toutefois changer régulièrement puisqu’on annonce une saison vue selon différentes perspectives narratives. Les deux premiers épisodes s’inscrivent en tout cas dans la tradition de Game of Roles, avec des sessions moins axées sur le roleplay que chez la concurrence et plutôt détendues. Ici aussi, les habitués semblent bien de retour puisque le premier épisode dépasse désormais les 13.000 vues.

Finalement, le rythme est traditionnellement moins scolaire chez Tales of Pi même si la rentrée est aussi l’occasion de quelques annonces. La chaîne avait déjà profité des chaleurs estivales pour sortir une nouvelle saison, les Frères Adkins, un western horrifique en six épisodes qui s’est terminé début septembre. Comme souvent, sur la chaîne, l’attention prêtée à l’immersion et à la mise en scène impressionne. Le rythme est ici volontairement plutôt lent, hommage aux films du genre, ce qui ne plaira pas à tout le monde. On retrouve toujours Pi en maître de jeu, avec, face à lui, les trois frères en question, scélérats en vadrouille, joués par Karoo, Achenar et Fatjambon. La saison suivante est annoncée pour le mois de novembre.

Entretemps, la chaine annonce deux one-shots, un en fin du mois de septembre et un en octobre, dans son nouveau format « Legacy ». Ce sont des épisodes uniques d’une seule séance maîtrisés par d’autres meneurs que Pi. Le premier de ce format, Affamés, sorti en juillet et animé par Fallen, avait ainsi emmené les joueurs dans un Portland contemporain, en plein début d’apocalypse.

Bref, les actual play vont bien et ce n’est pas le confinement qui les arrêtera !

—————————————————————————————————————————

* du coup, ce qui vaut pour David et les actual play vaut tout aussi bien pour toi, amie lectrice, ami lecteur et… je sais pas moi… les jeux sur Itch.io, les OSR obscurs, les jeux indés norvégiens ou le JdR en Italie. Si tu trouves que ces sujets sont honteusement sous-estimés sur le Fix, ce n’est pas le fruit d’un complot mais juste qu’on n’y connaît rien ou que l’on n’a pas le temps de nous y consacrer.

Le Fix, site 100 % bénévole et 100 % indépendant (pas de pub, pas de soutien d’un éditeur), n’appartient en somme à personne sauf à ceux qui sont prêts à s’y investir. A bon entendeur !

Le mail de la Redac6on : lefix@di6dent.fr

Une pensée sur “Un loisir très actuel : la rentrée des actual play

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *