Maxime est dans la Plasse

Il y a quelques semaines de cela, nous vous dévoilions en avant-première le contenu du nouveau triptyque des XII singes pour Cthulhlu Hack. Ce Libri Arcanum, désormais en foulancement, nous avait intrigué notamment par l’identité de son principal auteur, Maxime Plasse. Maxime est certes un des piliers des Singes depuis le début mais nous pensions que le Monsieur s’occupait essentiellement de direction artistique, mise en page et autres cartographies. Or, le voilà au clavier sur Libri Arcanum. Il fallait que l’on tire tout ça au clair à l’occasion d’une petite interview.

 

1. Aaaah mais tu sais écrire, Maxime, en fait ? Je croyais que tu faisais juste des p’tits miquets, des cartes et la mise en page, moi !?

C’est parce que j’ai l’écriture discrète, môssieur (et pas toujours beaucoup de temps pour m’y consacrer), mais j’ai déjà glissé quelques textes chez les XII singes : un peu de BIA, quelques Vies antérieures de Trinités, des Lieux d’aventures… Ainsi que quelques trucs vaguement confidentiels dans les tuyaux (ou les cartons, l’avenir nous le dira).

2. Ah bon, bah, au temps pour moi. Et donc, du coup, pourquoi particulièrement Cthulhu Hack ?

J’ai toujours apprécié les univers de Lovecraft, Poe, Hodgson, Machen, Ashton Smith et compagnie, donc c’était assez logique pour moi. Et puis j’ai un petit crush pour Cthulhu Hack et sa mécanique simple et redoutablement efficace. Ça donne envie d’écrire des choses pour jouer avec !

3. Sur ce projet Libri Arcanum, tu as l’air d’être le pilier de la rédaction des textes : Tristan Lhomme était en vacances ?
Du tout, c’est juste que j’écris beaucoup plus vite que lui. Pendant qu’il rédigeait son scénario pour Cabales, j’avais le temps de boucler tout le reste !

Plus sérieusement, j’ai fait des propositions à Jérôme (qui dirige la collection Dark Monkeys, et donc Cthulhu Hack, chez les Singes) et après qu’on a peaufiné les détails il m’a dit : ok, on fait ça. Du coup, je me suis retrouvé bien malin et il a fallu que je m’y colle ! Là ou l’univers littéraire de Lovecraft est souvent peu décrit et suggestif, le jeu de rôle se doit de mettre des mots, d’expliquer, de détailler, afin que les MJ aient toutes les cartes en main. Je me suis livré à cet exercice, particulier mais assez enthousiasmant. Raphaël et Alicia Hamimi ont par ailleurs amené quelques textes additionnels dans Magie, et nous avons associé Tristan Lhomme, Eric Dedalus et Fabien Fernandez à l’écriture des scénarios de Cabales.

4. Bon, ça a l’air bien mignon tes trucs là avec des sorts, des livres impies et des cultistes mais j’ai justement mis la main sur un vieux stock de suppléments Sans-Détour bradés. Je suis au complet. Je ne vais pas vraiment avoir besoin de tes suppléments, là. (…) Si ? Quand même ?
Certains joueurs ne jouent pas à l’Appel de Cthulhu, pour des raisons qui leur appartiennent (ils découvrent le jeu de rôle, préfèrent le  système, trouvent que le nom Cthulhu Hack c’est quand même plus moderne, ou que l’épaisseur des livres correspond pile poil pour caler leur commode ou que sais-je encore…). Ils doivent donc trouver du contenu utile pour jouer, qui pose le décor et plonge dans l’ambiance. Mais des amateurs de Lovecraft et du Mythe qui jouent déjà à l’Appel peuvent être intéressés par du contenu additionnel ou une approche nouvelle.Voilà  l’équilibre que j’essaye de trouver : proposer du contenu familier, mais inédit.

Tiens par exemple, est-ce qu’avec tes suppléments, tu connais l’histoire du Codex Engeltot ou du Livre de Lhakpa ? Ou bien l’origine et les pouvoirs du signe de Koth ou de la Marque noire ? Connais-tu l’histoire de la Nuit de Walpurgis ou de Yule, les aspects du Mythe qui y sont associés et le sens des cérémonies qui s’y déroulent ? As-tu déjà vu mentionné le cube de Yith, Abnoba, la déesse noire de la sylve de l’alphabet en jaune ou connais-tu les agissements des Moorvolk dans la forêt noire ? (j’arrête là, tu vois où je veux en venir)

5. Trois livres pour les monstres, trois livres sur la magie… c’est un peu l’inflation, là. Il n’y a pas un peu de remplissage dans les triptyques Chtulhu Hack des XII Singes ?

Tant que c’est pas rempli avec du superflu… L’objectif c’est quand même de donner le plus de contenu jouable aux MJ et il fallait bien trois livres pour proposer 5 cultes détaillés, des règles additionnels de magie, une demi-douzaine de sorciers, des dizaines de sortilèges et d’écrits interdits mais aussi des alphabets secrets, des glyphes, des artefacts, 4 scénarios, et j’en passe.

Et puis, personne ne met le couteau de sacrifice sous la gorge du client, hein ! Comme pour Libri Monstrorum, chacun sera libre de choisir un ou plusieurs ouvrages du triptyque à sa convenance.

6. En tout cas, c’est toujours plus que de suppléments sortis chez Edge pour le « vrai » Cthulhu. Penses-tu que la gamme Chtulhu Hack sera en danger quand la VF de L’Appel de Cthulhu aura pris son rythme de croisière ?
Cthulhu Hack se porte plutôt bien et cela permet de proposer davantage de contenu. Les amateurs de Lovecraft, du Mythe et d’autres horreurs indicibles ne vont pas s’en plaindre, si ? Finalement, Le Mythe de Cthulhu s’est construit aussi bien autour de Lovecraft qu’autour de ses continuateurs… Chacun apportait une pierre différente à l’édifice, c’est un peu ce que l’on fait.
7. Bon rassure-moi : tu as réussi à coller des cartes quand même dans Libri Arcanum ?

Je n’ai pas pu m’empêcher. Il y a des cartes pour indiquer les localisations de chaque culte du supplément éponyme , et on retrouve aussi quelques lieux des scénarios de Cabales dûment cartographiés ! Bon, pour les allergiques aux cartes, pas de souci, l’ouvrage Magie n’en comporte aucune 😉

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *