L’Odysee de l’espèce

Amis rôlistes, aujourd’hui est une première pour le Fix puisque l’on va vous parler d’un livre dont vous êtes le héros.

Nous avons reçu à la rédaction le premier livre-jeu d’Édouard Chuto et, dans un sens, tant mieux, car sinon, il serait passé sous nos radars. L’auteur a réuni dans cet ouvrage ses trois passions : le jeu, l’humour et la science. Un mélange suffisamment original pour susciter notre intérêt et notre curiosité.

Partons à l’aventure pour découvrir exactement de quoi il en retourne.

Evolution’s Creed

Notre époque.

Vous avez été désigné volontaire pour une expérience scientifique qui consiste à en apprendre plus sur l’évolution humaine. Rien que ça. Pour ce faire, une machine baptisée l’Animus sondera votre ADN pour y puiser sa « mémoire évolutive », vous permettant ainsi de revivre les principales périodes importantes de l’espèce humaine. Ce principe d’étapes clé historiques sera l’occasion aussi pour le lecteur-joueur d’incarner un avatar différent avec des caractéristiques toutes aussi différentes. Tiens justement, en parlant de caractéristique, abordons rapidement le système de jeu.

Quelques aides de jeu toujours utiles

Tu attaques ou tu attaques ?

Votre personnage… pardon… vos personnages (puisque vous allez en incarner plusieurs, successivement) sont définis par cinq caractéristiques. Toutes sont imposées à chaque évolution (pas de création de personnage donc) :

  • Endurance
  • Attaque
  • Agilité
  • Intelligence
  • Chance

Comme vous pouvez le constater, il n’y a pas de charisme (ou assimilé). On sent que les négociations seront plus musclées que diplomatiques. C’est aussi une occasion manquée de mécaniser la sélection des caractères sexuels secondaires, comme les plumes du paon qui fait la roue.

L’impression est renforcée par le fait que le seul point de règle expliqué concerne les combats. Mais rassurez vous, les autres caractéristiques vont également servir en faisant un simple jet de D6 + carac pour vous rendre à tel ou tel paragraphe selon le résultat obtenu.

Un petit cours de SVT entre deux choix de paragraphe, ici un arbre phylogénétique

Cursus SVT, option humour

Votre première incarnation dans l’Animus est une simple cellule. Autant dire que vos carac’ sont quasi nulles (1 en Endurance. Tout le reste à 0) et vos choix plutôt linéaires. Ceci étant, plutôt que de vous faire vivre une grande aventure épique, l’objectif est de vous en apprendre sur l’évolution. L’auteur est professeur de SVT et cela se ressent dans le savoir et la pédagogie employés. D’une certaine manière, explorer l’arborescence des choix revient à exploration d’un arbre phylogénétique du vivant – justement l’une des notions expliquées au détour de l’aventure -. Et ça fait toujours du bien d’apprendre tout en s’amusant.

Autre point fort de l’ouvrage ; l’enchaînement des paragraphes ne se fait pas que par choix mais aussi en résolvant des énigmes. Il manque cependant un système pour valider le fait que le paragraphe vers lequel on se dirige est la bonne réponse, ce qui risque de rendre le cheminement vite illogique en cas d’erreur.

Pour prendre un contre-exemple, dans les magazines-jeux « Escape Quest », chaque réponse à une énigme correspond à un numéro de page. Une fois à la « page-réponse », un numéro entre parenthèse indique la page d’où l’on vient. Confirmant ainsi (ou pas), la bonne réponse à l’énigme. Il est dommage qu’une garantie équivalente n’ait pas été employée ; elle permettrait d’enchaîner les étapes plus sereinement.

[Note : ayant pris connaissance de cette chronique, l’auteur a implémenté un système de vérification ad hoc et mis à jour l’ouvrage proposé à l’impression ; cela fait plaisir de savoir que l’on critique pour la bonne cause.]

Au final, le principal intérêt de l’ouvrage réside dans le savoir scientifique qu’il inculque. Vous commencez comme simple cellule aquatique pour ensuite évoluer comme dinosaure ou femme préhistorique. Vos interactions avec le monde, et donc vos choix, offriront donc un panel de plus en plus large. L’humour et le ton employé permettent de compenser, d’une certaine manière, la linéarité de début d’aventure. Surtout si vous êtes sensible à l’humour ciblé sur les collégiens et l’Éducation Nationale, alors c’est Banco !

Le niveau de difficulté des énigmes n’est pas trop dur (je dirais niveau collège, cela tombe bien). Par contre, certains choix sont assez punitifs et l’on ne peut qu’espérer que ça ne décourage pas les jeunes joueurs.

A coté de ça, l’ouvrage propose quelques tableaux servant d’aides de jeux. Rien de révolutionnaire, mais une façon simple et efficace d’accompagner, là encore, les jeunes joueurs.

Dans l’ensemble, si l’on excuse quelques écueils sur la forme imputables à toutes les premières fois, le fond n’en reste pas moins très intéressant par les connaissances qu’il apporte. À conseiller à tous les collégiens et collégiennes curieux ou intéressés par la science.

 

L’ouvrage est disponible sur Amazon, pour un peu moins de dix euros.

 

L’ouvrage contient de nombreuses illustrations (de qualité variable, mais toujours bienvenues)
Vous n’êtes pas prêt.

 

2 pensées sur “L’Odysee de l’espèce

  • 2 octobre 2021 à 09:22
    Permalink

    Bonjour,
    J’ai l’impression que le lien vers Amazon ne marche pas….
    Cdt

    Répondre
    • 3 octobre 2021 à 10:16
      Permalink

      Merci pour votre commentaire.
      Effectivement, le lien ne fonctionnait pas. C’est corrigé.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *