Star Marx : un peu plus près des étoiles

Allez il est temps de lancer la playlist Émile et Image ou votre compilation des cœurs de l’armée rouge, car nous allons partir vers l’infini et au-delà avec le nouveau supplément des écrans du jeu de rôle Star Marx.

Nouveau, nouveau, tout est relatif puisqu’il est tout de même sorti en juin. Après le livre de base et le guide qui explore son univers il manquait l’écran afin de compléter le triptyque classique du jeu qui vous plonge dans l’URSSS, l’Union des Républiques Sidérales, Socialistes et Soviétiques.

De nombreux Kamarades ont sans doute déjà dû se pencher sur cette uchronie déjantée dans laquelle les Soviétiques, après s’être approprié une technologie extra-terrestre, ont pu coloniser les étoiles. Mais pour ceux qui ne connaissent pas faisons un peu le tour du jeu. Star Marx est tout d’abord un jeu proposé en version gratuite par Maximilien et La Moitié : Star Marx le soviet des étoiles.

En février 2020, le jeu a droit à un joli écrin grâce aux Éditions Leha sous le titre Star Marx – Le jeu de rôle, toujours motorisé par une version adaptée de Tranchons et Traquons de Kobayashi, et des illustrations de David Cochard, Laurent Libessart, Maximilien et Thierry Ségur.

Mais tout Secrétaire Général (meneur) qui se respecte (ou qui suit les directives) se doit d’avoir aussi le Guide de Voyage de l’Aventurier des Mondes Imaginaires pour Star Marx, sorti en 2017.

Euh oui, 2017, en mode Marty McFlyeski, trois années avant le livre de base, miracle du kholka kola (le soda magique que vous pouvez retrouver dans le guide) qui en plus de vous désaltérer est capable de nettoyer votre moteur Lada ou désherber votre jardin. Ce guide tout autant décalé vous permet de plonger un peu plus dans cet univers aux très nombreux clins d’œils.

Bien sûr des scénarios ont aussi été régulièrement mis en ligne que cela soit sous la forme des gazettes Parazitnyi ou des Chroniques proposant des accroches, afin de permettre à tout bon Secrétaire Général de véhiculer la parole du Politburo en attendant de pouvoir mettre la main sur le fameux écran tant attendu. (sans doute un coup des lobbies capitalistes).

Et depuis quelques mois maintenant est disponible dans toute officine d’état qui respecte la sainte trinité soviétique et pour une modique somme (ou un certain nombre de tickets de rationnement); le tant attendu écran. À noter que lors du lancement, certains fournisseurs ont vite été en rupture de stock, à moins que cela soit encore un coup des cybercriminels capitalistes visant à décrédibiliser l’œuvre de l’Union…

Je dois avoir un problème de vue

Attention, ce n’est pas une erreur, on parle bien du Supplément des écrans, car il n’y a pas un mais six écrans, enfin bulletins des camarades.

Fidèle au côté décalé du reste de la proposition ludique offerte par Star Marx, ici chaque joueur aura son propre livret qui lui permettra, côté Kamarade, de trouver un lexique pour pouvoir comprendre les traits des feuilles de personnage (enfin les cartes du parti), les tables classiques que l’on retrouve sur les écrans de meneurs mais ici sur celui du joueur, ainsi que les règles de corruption du Secrétaire Général. N’oublions pas qu’à Star Marx, les joueurs peuvent soudoyer le meneur afin de se tirer d’une situation délicate.

De l’autre côté, reprenant le format journal (la Pravda tout un programme), des petites annonces, des articles, des aides de jeu qui sont toutes différentes sur chaque écran avec par exemple des insultes en trois langues différentes ou des gestes à effectuer par le hublot de son soyouz pour se faire comprendre, sans oublier bien sûr les magnifiques illustrations.

Ces écrans ne viennent pas seuls bien sûr… Pour les pressés qui se seraient débarrassés du feuillet présentant le supplément, je pense qu’il ne devrait pas y en avoir tant que cela mais au cas où, vous pouvez aller le rechercher dans la poubelle car miracle de la psychomotricité fine et de la magie de l’édition lorsque l’on retourne la feuille on a un joli générateur aléatoire et anecdotique de scénario.

Quelques cartes du parti sont aussi fournies.

Et enfin le supplément des écrans de 66 pages, avec une couverture souple et cinq chapitres pour combler le Secrétaire Général.

On y trouve des conseils pour le meneur, des informations sur les sociétés secrètes et une table d’événements pour agrémenter les voyages intersidéraux.

Le deuxième chapitre aborde des règles optionnelles, avec la Kontrebande, les faiblesses et atouts et les Clefs pour se sortir de situations compliquées. Enfin on y trouve de quoi mieux comprendre son soyouz.

Hop direction la customisation, avec le chapitre Savant fous. Vous allez  ainsi pouvoir mettre les mains dans le cambouis avec des tables pour personnaliser les armes avec des effets, hum, parfois particuliers. Les PJ amateurs d’alcools forts et de diverses substances intersidérales pas très licites y trouveront aussi de quoi étancher leurs penchants. Enfin ceux qui préfèrent la paperasse trouveront une fiche d’immatriculation pour leur soyouz ainsi qu’un exemplaire de carte de rationnement.

Red is dead, euh pardon Red le jeu, ce chapitre présente un système de règles alternatives basé sur des pyramides de bouchons. Oui oui, on reste sur du décalé. Un scénario l’accompagne afin de tester cette mécanique. À condition bien sûr d’avoir un vignoble dans le secteur. Si ce n’est pas le cas il faudra sans doute apporter quelques modifications afin de créer une version capsule pour les fans de houblon.

Le dernier chapitre du supplément est un scénario : Symphonie pour Petrograd VII. Les Kamarades vont devoir organiser un concert ce qui ne sera pas de tout repos. Comme cela peut se produire avec une proposition ludique particulière comme Star Marx, et à vrai dire quel que soit le scénario, cela peut ne pas prendre. Le pitch et l’utilisation du memory peuvent ne pas fonctionner avec tout le monde. Chacun pourra s’approprier ce qui est proposé pour en faire ce qu’il veut et les scénarios déjà diffusés, ainsi que les accroches proposées, dans les ressources citées ci-dessus permettront de varier les plaisirs.

À dénoncer ou pas ?

Un supplément qui s’inscrit dans le reste de la gamme, décalé, déjanté, beaucoup de second degré, beaucoup de références à la pop culture, mais qui propose aussi des éléments techniques qui permettront de varier les plaisirs à la table, même si tout le monde ne sera peut-être pas fan de la pyramide en bouchon. Les écrans pour les Kamarades sont des must-have. Un supplément indispensable à tout secrétaire général pour Star Marx.

PS : cet article a été approuvé par la Tcheka et aucun Vatrouchka n’a été blessé durant la rédaction (pourtant on a essayé).

2 pensées sur “Star Marx : un peu plus près des étoiles

  • 4 septembre 2021 à 19:02
    Permalink

    « …ne sera peut-être pas fan de la pyramide en bouchon » : c’est pourtant essentiel !

    Répondre
    • 6 septembre 2021 à 12:26
      Permalink

      Comme tout système ou mécanique il y a des fans et d’autres qui n’accrochent pas. 😉

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *