Chroniques pas oubliées

Si, comme moi, vous êtes le genre de rôliste à aimer les univers profonds amenant une proposition ludique atypique dans la galaxie foisonnante des contextes de JdR, et bien je vous invite sincèrement (chers lecteurs et chères lectrices) à jeter un œil attentif sur cette news.

Celle-ci concerne en effet le financement du dernier supplément en date du jeu de rôle Les Chants de Loss, un jeu basé sur le cycle romanesque éponyme de l’autrice Axelle “Psychée” Bouet et dont cette dernière a mené l’adaptation en JdR. Nommé Les chroniques Lossyannes, cet ouvrage est annoncé comme un supplément de contexte. 

Il y a beaucoup à dire sur Les Chants de Loss, sujet extrêmement riche sur lequel votre serviteur a un article très détaillé (NDLR : ah bon ?!) en cours d’écriture, mais pour aujourd’hui je tenais à aller à l’essentiel en vous expliquant l’intérêt que je vois à ce financement … même pour ceux qui n’ont pas encore mis les pieds dans ce JdR si particulier.

Les Chants de Loss : Petite présentation d’un univers à part

Les Chants de Loss est donc basé sur une matière littéraire riche (3 livres à ce jour) et nous invite à explorer un univers annoncé comme étant de la Fantasy Da Vinci Punk. Une ambiance à l’évidence peu commune que Axelle Bouet a transposé en JDR avec l’aide de Alysia Loretan et Emilie Latieule … et le trio est toujours aux manettes pour le supplément qui nous occupe aujourd’hui. 

Pour vous donner une porte d’entrée à ce cadre particulier aussi simple et claire que possible, je vous propose cette courte présentation qui je l’espère rendra justice à l’ensemble :

Imaginez une humanité pré-renaissance, avec ses traits et travers culturels et sociétaux, projetée sur un monde lointain dont les lois scientifiques sont un peu différentes des nôtres. Cette différence s’incarne dans des variations de gravité provoquant l’existence d’une flore et d’une faune redoutables aux tailles parfois démesurés, mais elle s’incarne surtout dans l’existence d’une matière étrange nommée Loss métal qui permet de défier la gravité et qui dote certaines personnes (presque toujours des femmes aux cheveux roux) d’étranges pouvoirs liés au chant qui en font les cibles d’une traque permanente.

Nous sommes donc face à un univers se voulant majoritairement rationnel, mais où certaines spécificités de Loss viennent introduire des notions et effets peu ou pas compris … ce qui amène sans surprise son lot de légendes, de croyances et de recherches scientifiques tentant d’en percer le secret.

Dans Les chants de Loss, nous sommes donc face à un double niveau de lecture de l’univers de jeu :

Tout d’abord nous avons plusieurs peuples, descendants directs de cultures terriennes clairement identifiables qui se sont installées et développées sur Loss … avec toute la structure des interactions sociales, culturelles, politiques et militaires entres ces nations diverses. Place des femmes, esclavage, obscurantisme religieux sont autant de notions traités par le jeu dans cette facette très “terrienne”.

Puis vient ensuite la facette liée à ce monde d’adoption des humains qu’est Loss. Planète viscéralement étrangère et qui a fait évoluer génétiquement l’humain, Loss lui permet de développer par le Loss métal des technologies du thème “merveilleux” comme des navires volants. Sa nature, disproportionnée et emplie de choses étranges et inconnues, est une source permanente d’exploration et de dangers.

Rajoutez à cela des technologies étranges très avancées que l’on retrouve parfois durant les explorations, et le fait que les lossyans n’ont que des légendes imprécises pour leur expliquer d’où ils viennent à l’origine, et vous avez cette pincée de mystère qui vient saupoudrer ce contexte déjà riche.

L’importance d’un supplément de contexte pour un univers riche : Un rôle potentiel de porte d’entrée des Chroniques Lossyannes

Et c’est là que vient s’imposer pour moi tout l’intérêt de ce supplément nommé Les Chroniques Lossyannes. En effet, cet ouvrage nous promet d’être une immersion dans les modes de vie des peuples de Loss. Pratiques scientifiques, habitudes vestimentaires ou valeurs morales sont autant de détails qui vont permettre aux lecteurs de se faire une idée bien plus structurée des peuples humains qui ont colonisé cette étrange planète lointaine.

L’intérêt de ce livre est évident pour ceux faisant déjà jouer au JdR Les Chants de Loss, mais mon propos ici est aussi de souligner que ce supplément peut être une excellente porte d’entrée au jeu… et voici pourquoi :

  • Déjà le prix à investir qui est très raisonnable (moins de 30 euros) promet un investissement limité pour pouvoir ouvrir le capot de cet univers.
  • Mais la raison principale selon moi est que Les Chroniques Lossyannes semble proposer un véritable petit guide des structures sociales et culturelles de Loss. Hors, ce sont de ces structures que vos potentiels futurs personnages seront issus. Ces informations détaillées vont donc permettre à celles et ceux n’ayant pas encore mis un pied dans cet univers d’en sentir l’ambiance particulière et de voir de quelle manière il est présenté.

Mais je vois déjà les inquiets au fond de la salle qui se disent : “Ok super, mais il va sûrement y avoir une partie du livre nécessitant de connaître le système de jeu de ce JdR pour y comprendre quelque chose ! ”. Vous avez raison chers amis une partie de ce supplément amène de nouvelles règles, mais sachez que les nouveaux arrivants pourront lire et comprendre cette partie s’ ils le souhaitent car les règles du JdR Les Chants de Loss sont disponibles gratuitement en ligne ici.

En résumé, pour un investissement fort limité, vous avez la possibilité de vous confronter aux spécificités de thèmes et de mise en forme de ce JdR assez particulier. Grâce à cette porte d’entrée fort accessible, je pense que vous pourrez déterminer avec précision si ce monde d’aventure est fait pour vous ou non … et si vous vous sentez attiré par Loss et ses mystères, sachez d’ailleurs que des exemplaires de la très belle version collector du jeu sont encore disponibles.

Je ne peux qu’inviter tout à chacun à se faire une idée par lui-même sur cet univers étrange et pourtant souvent bizarrement familier…

LIENS :

6 pensées sur “Chroniques pas oubliées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.